L'entrepreneur Trevor Jackson rêve de voitures à piles (27/03/2006)

© NR Multimedia

Les élus et Trevor Jackson devant l'ordinateur.

Une nouvelle entreprise est en train de naître dans les murs de la cité. Dans l'immédiat, six emplois vont être créés.

A une époque où les emplois ne courent pas les rues, Trevor Jackson, d'origine anglaise mais domicilié à Argenton, a décidé de créer son entreprise. Cette dernière a pour finalité de fabriquer des piles à combustible qui pourraient, à moyen terme, permettre aux véhicules (voitures et autres) de ne plus utiliser l'essence.

La ville d'Argenton-sur-Creuse pourrait être le point de départ de cette grande révolution technique, actuellement au stade de la recherche. Quant à Trevor Jackson, ingénieur, il sera rejoint très prochainement par quatre autres ingénieurs et un technicien. Ils auront pour mission de confectionner et de mettre au point les premiers prototypes. Ces gens se connaissent bien pour avoir déjà travaillé ensemble.

Une réaction chimique source d'électricité

Le système à mettre au point se base sur un liquide dont la composition n'est évidemment pas dévoilée, tout comme la matière utilisée pour la réaction chimique qui produit l'électricité.

La différence avec une batterie ordinaire ? La batterie se décharge à l'usage alors que cette nouvelle pile produira en permanence l'électricité nécessaire pour faire fonctionner le véhicule. Certaines voitures ont déjà dans leur structure un emplacement prévu pour recevoir cette installation. Cette nouveauté s'inscrit bien entendu dans le cadre des énergies renouvelables.

Pour faire avancer les choses, la municipalité d'Argenton et la communauté de communes qui a une compétence en matière économique, ont décidé de tout mettre en œuvre pour faire partir du bon pied cette entreprise.

Le local mis à disposition est un bâtiment communal. Il est situé au 8, route de Châteauroux. Des transformations sont nécessaires pour l'aménagement du laboratoire. " Nous mettons à disposition les locaux et réalisons les travaux nécessaires au bon fonctionnement de cette entreprise. Quant au loyer, il sera étudié en fonction de l'amortissement des travaux ", ont indiqué Michel Sapin, président de la communauté de communes, Michel Quinet, maire d'Argenton et Jacques Quesnel, adjoint, lors d'une visite de chantier dont la majeure partie des travaux est réalisée en régie.

Il va sans dire que tout a été mis en œuvre pour retenir l'industriel à Argenton-sur-Creuse. Il avait déjà pris des contacts avec des villes plus importantes, Limoges, Poitiers… Quant aux élus, ils espèrent de tout cœur la réussite de ce grand projet qui pourrait, par la suite, déboucher sur de nombreux emplois.

© Copyright La Nouvelle République 2006