----- Original Message ----- From: YC To: francis.gatti@wanadoo.fr Sent: Tuesday, October 21, 2003 7:12 PM Subject: RE: TRADUCTION
Francis,
Je viens de faire la traduction demandée... J'espère que personne ne l'a encore faite...
A plus,
Yann
***********************************
Journal de la Société pour la Recherche Psychique - Volume 48 numéro 768 - Juin 1976 - pp. 322-328
Rapports relatifs à la psychokinèse (PK) dans divers pays
Canada
'New Horizons Toronto' vol.1, N4, juillet 1974 est une publication qui fera date. Le Dr A.R.G Owen (pp. 172-173) décrit différentes expériences menées pour tester la faculté PK de Matthew Manning et Uri Geller en juin 1974.
Manning a effectué des démonstrations informelles de ses possibilités pour déplacer l'aiguille d'une boussole en avançant et reculant sa main à une hauteur de 20-30cm. Bien qu'Owen concède le fait que les conditions de mise n'étaient pas suffisamment strictes du point de vue scientifique pour prouver que c'était l'oeuvre de la PK, les résultats ont malgré tout convaincu les personnes présentes que Mr Manning possède bien une puissance inhabituelle pour influencer l'aiguille de la boussole.
" Un enregistrement filmé complet de la torsion d'une clé a pu être effectué. Il permet de voir de façon ininterrompue les mains de Mr Manning. Au départ du film, on peut voir la clé parfaitement droite. Après avoir été tenue environ une minute dans la main légèrement fermée de Mr Manning, on peut la voir en cours de torsion. Elle continue visiblement de se tordre en plein champ de la caméra, alors que Matthew en tient seulement la poignée. "
Matthew a participé à une expérience pour comparer ses enregistrements électro-encéphalogramme (EEG) dans les conditions de (a) relaxation mentale, et (b) concentration (comme en essayant de tordre une clé). Dans l'état (b) son EEG contenait une quantité remarquable d'ondes à basse fréquences.
Les sujets psi semblent s'imiter les uns les autres. Uri Geller a lancé la mode des torsions d'objets en métal par la PK et Matthew Manning l'a suivi dans cette voie. Du temps de DD Homes [un illusionniste du début du siècle ndt.], il aurait tout aussi bien fait léviter des tables lourdes et généré des manifestations sonores dans toute la pièce.
Aux pages 174-183, le Dr J.L. Whitten note des changements remarquables et caractéristiques pour les personnes qui vivent des manifestations psi authentiques. Celles-ci contrastent avec les EEGs de personnes qui se concentrent mentalement ou qui dont les résultats aux tests psi sont non concluants. Il nomme les motifs EEG obtenus durant les manifestations paranormales authentiques " fonctions rampe ". Le Dr Whitten a enquêté sur les lectures d'EEG de deux sujets supposément psi : Mr Manning lui-même, un bon sujet PK, et Dr A. Tanous, un bon sujet pour les expériences hors du corps - un terme qui pourrait être un peu trompeur dans ce contexte. Les termes " clairvoyance voyageuse " ou " projection ESP " pourraient plus précisément convenir dans le cas des expériences du Dr Tanous, puisque aucune preuve n'est apportée qu'il soit apparu comme un fantôme à un endroit éloigné de 3 kilomètres de la chambre test dans laquelle il était enfermé.
Les sujets avec lesquels ces tests ont été conduits simultanément avec des enregistrements EEG ont tous été la source de fonctions rampe lors de manifestations psi, c'est-à-dire sous forme d'une augmentation significative du pourcentage d'énergie dans les fréquences EEG les plus basses. L'auteur affirme que la fonction rampe semble être l'unique corrélation physiologique d'un comportement paranormal chez les sujets psi testés, et qu'elle se distingue par un pic dans la bande delta ou thêta basse. Il semble effectivement qu'il y ait une corrélation avec la production de phénomènes paranormaux authentiques.
Pour étayer sa conclusion que les torsions et casses d'objets en métal effectuées par Uri Geller étaient véritablement d'origine paranormale, le Dr A.R.G Owen note que parmi tous les objets en métal présents dans la pièce où il a suivi ces tests " les objets - une fourchette et deux clés - qui ont été tordues ou cassées en deux avaient été apportées par ma femme ou moi-même, nous connaissions leur condition jusqu'au moment où la présentation de Uri a commencé. La nature des objets était par ailleurs tellement personnelle qu'il n'y avait aucune possibilité que quiconque ait pu substituer des objets similaires préalablement modifiés sans que la substitution n'ait pu être détectée. Ainsi, du point de vue de ma femme et du mien, la présentation constitue une expérience pour laquelle les phénomènes sur le métal opérés par Mr Geller étaient sans le moindre doute possible authentiques et paranormaux. "
Les expériences ont eu lieu durant un entretien avec Uri Geller au studio de City-TV à Toronto. Onze personnes étaient présentes. Il a tout d'abord été demandé à Geller d'apporter des commentaires sur ses dons ESP. Ensuite, durant la première page publicitaire, Mme Owen a sorti de son sac un trousseau de six clés qu'elle avait préalablement montrées à plusieurs dames présentes et qui étaient alors normales. Il n'y a eu aucun contact entre Mme Owen et Uri, mais " à sa grande surprise, elle a trouvé l'une des clés, une Reilly, particulièrement tordue à un point situé à 5 mm de la poignée. L'angle de torsion m'a apparu être d'environ 25 degrés. "
Lors de la démonstration, Geller a choisi une fourchette longue de 18 cm et a " demandé à Pat Murphy de la tenir de telle façon que le manche entier soit visible... Uri, en utilisant le bout du pouce et de l'index de sa main droite, a alors gentiment 'caressé' une section du manche de la fourchette. " Au début, il pensait que rien ne se produirait, puis en souriant il a dit quelque chose comme " c'est parti !... "
" Avec le pouce et l'index de sa main droite, il a tenu le bas du manche et l'a gentiment secoué. Le manche a bougé symétriquement à la lame... montrant par là que la section qu'il seecouait avait perdu sa rigidité... l'angle total entre les positions extrêmes m'a apparu dépasser les 40 degrés. Après cinq ou six secousses, il a relâché le bas du manche et l'a poussé doucement avec le bout de son doigt. Le manche s'est détaché soudainement à l'endroit-même où Uri avait tapé, et est tombé sur le sol. Uri l'a ramassé et a tendu les deux parties à Pat Murphy... c'est à ce moment que j'ai réalisé qu'il s'agissait de la fourchette que j'avais moi-même ramené de la maison. "
Le Dr Owen avait également amené deux clés uniques, réalisées pour lui il y a de nombreuses années de cela lorsqu'il étudiant au Collège Trinity de Cambridge. Elles étaient attachées ensemble par un bout de ficelle qui portait une étiquette avec une annotation de la propre main du Dr Owen. " Uri les a saisies par l'étiquette sans toucher les clés elles-mêmes. C'est alors que quelqu'un a remarqué que l'une d'elles était en train de se tordre. Cela a d'ailleurs été vu par le public et par la caméra en close-up. Uri a soutenu cette clé avec un doigt de l'autre main. Elle a continué à se tordre et s'est finalement arrêtée à environ 15 degrés. "
Lors de la deuxième page de publicité, " Uri a suggéré que le trousseau de clés de Mme Owen, la clé Reilly tordue comprise, soit empilée parmi le reste des éléments sortis des poches du public sur le siège arrière entre Mme Sparrow et moi. " Uri a répondu à trois questions du public et a alors suggéré que l'on jette un coup d'oeil sur la pile d'objets. " Seule la moitié supérieure de la clé Reilly était encore attachée au trousseau. Le reste s'était séparé, le métal étant divisé à un point proche du point de la torsion précédente, une opération qui nécessiterait normalement l'usage d'une scie à métaux ou d'un burin et d'un maillet. Le reste de la clé se trouvait parmi les autres clés de la pile. "
Le Dr Owen suggère que le choix de Uri concernant sa fourchette et sa paire de clés est dans le premier cas probablement dû au hasard, et dans le deuxième cas, voulu pour un effet spectaculaire. Ne se pourrait-il pas que Geller, sachant que le Dr Owen faisait figure d'autorité en métière de recherche PK expérimentale, ait voulu spécialement l'impressionner, et ait par conséquent choisi par ESP parmi les objets en métal proposés ceux qu'il avait apportés ? Ses performances pourraient ainsi convaincre le Dr Owen. De la même façon, c'est la clé de Mme Owen qui a été tordue plutôt que celles d'autres femmes présentes dans le public. Le couple Owen pourrait avoir été considéré comme le plus utile à convaincre de ses pouvoirs paranormaux.
Puis-je insister sur l'appel du Dr Owen à tous les enquêteurs du cas Geller pour rapporter et rendre publics les résultats de leurs enquêtes, afin que les générations présentes et futures puissent savoir ce qu'il s'est exactement passé, et à quel point ces phénomènes peuvent être considérés comme paranormaux ? Sinon, nous commettrions la même erreur que nos ancêtres victoriens vis-à-vis de D.D. Homes. Les rapports contemporains des phénomènes de D.D. Homes sont rares en comparaison. Moins de dix ans après sa mort, il était littéralement tombé dans l'oubli, et c'est seulement durant la décennie passée que nous avons recueilli les écrits restants concernant ses pouvoirs extraordinaires. Comparé à Homes, Uri est évidemment un enfant faisant ses premiers pas mais il est néanmoins essentiel que tout ce qui concerne Geller soit collecté et gardé par une institution digne de confiance, qui triera les éléments, les préparera pour publication et les laissera à la disposition des personnes qui souhaitent étudier les rapports etc.
Nous devrions tirer le plus d'éléments possibles du cas Uri Geller - et du cas Matthew Manning - pendant qu'il est encore temps car il se peut qu'il faille attendre encore 50 ans avant que leurs successeurs n'arrivent.
Il faudrait encore ajouter que le volume 1 n 5 de New Horizons, qui n'était pas à la disposition de notre correspondant au moment de la discussion, contient un rapport complet du déroulement de la Première Conférence Canadienne sur la Psychokinèse et les Phénomènes Attenants en juin 1974.

Des copies de ces publications de New Horizons peuvent être obtenues après envoi d'un chèque ou d'argent de l'ordre de 3$ canadiens chacune à la New Horizons Research Foundation, PO Box 427, Station F, Toronto, Ontario, Canada M4Y 2L8.