----- Original Message ----- From: patrick.flamand@club-internet.fr To: francisgatti@wanadoo.fr Sent: Friday, November 28, 2008 9:09 PM Subject: TCI : mon enquête auprès d'un scientifique :
TCI :
Mon enquête auprès d'un Grand Scientifique :
Jean-François Bonastre :
http://lia.univ-avignon.fr/fileadmin/documents/Users/Intranet/chercheurs/PHOTOS/bonastre.jpghttp://lia.univ-avignon.fr/fileadmin/documents/Users/Intranet/chercheurs/PHOTOS/bonastre.jpg
Grand scientifique,
Spécialiste de la reconnaissance vocale
Maître de Conférences (HDR)
LIA - Université d’Avignon
Ses emails :
jfb@lia.univ-avignon.fr
jean-francois.bonastre@uni-avignon.fr
Lien vers son CV :
http://lia.univ-avignon.fr/personnel/fiches-personnelles/bonastre/index.html?L=0
En 2006, j'ai mené mon enquête auprès d'ingénieurs du son trouvés sur internet, mais aussi auprès de scientifiques du CNRS, pour tenter d'avoir des renseignements précis concernant le point de vue scientifique actuel sur la reconnaissance vocale.
Ma question était de leur demander si l'on pouvait formellement identifier le locuteur à partir de l'analyse acoustique d'une voix enregistrée, sans bien sûr leur parler de TCI. Plusieurs d'entre eux m'ont orienté vers Jean-François BONASTRE, reconnu comme étant en France l'un des plus grands scientifiques spécialisé dans ce domaine (il n'y a qu'à voir son CV qui est très impressionnant !!!!!).
Je lui avais écrit, et il avait eu la gentillesse de me répondre. Il me précisa qu'il n'existe pas d'empreinte vocale comme cela existe pour les empreintes digitales, donc aucun moyen d'identifier de manière absolue le locuteur à partir de l'analyse acoustique d'une voix enregistrée.
Je lui avais ensuite parlé longuement de la TCI, mais il n'avait pas souhaité y donner de suite (par manque de temps sûrement), cependant, il a fini son email par cette phrase très sensée, je trouve, qui a retenu toute mon attention et qui démontre que cet homme est vraiment intelligent :
" La science ne sait pas tout et n'explique pas tout "
Jean-François Bonastre
J'ai même trouvé ses écrits sur ce site :
http://lia.univ-avignon.fr/fileadmin/documents/Users/Intranet/chercheurs/bonastre/CriminalistiqueLyon04.pdf
" A ce jour, il n’y a pas de procédé scientifique qui permette :
de caractériser de manière unique la voix d’une personne,
d'identifier avec une certitude absolue un individu à partir de sa voix"
Jean-François Bonastre
mailto:jean-francois.bonastre@uni-avignon.fr
* * *
L’état actuel des possibilités de la reconnaissance vocale :
" Si le Tribunal est amené à considérer qu’il n’existe pas d’empreintes vocales au même titre que l’empreinte génétique ou l’empreinte digitale, il n’en demeure pas moins que, tout comme en matière d’écriture, un individu peut présenter dans son expression orale des caractéristiques, lesquelles à défaut d’être uniques, n’autorisent pas une identification formelle, mais permettent, dans un contexte judiciaire précis de corroborer d’autres éléments "
Jean-François Bonastre
* * *
Deux " cas d’école " dans lesquels
la voix a constitué le seul indice à charge :
" L’expertise vocale " du LATS, confirmée par la suite par une
" contre-expertise " de l’IRCGN entraîne, à elle seule, la détention
(10 mois), puis la condamnation en première instance (3 ans de prison) du prévenu accusé d’être l’auteur de l’appel anonyme
L’intervention du GFCP et de la SFA :
• Nomination d’un rapporteur
• Rapport concernant les " expertises " transmis au Juge
d’Instruction antiterroriste (Laurence Levert)
• Position de 1990 ré-affirmée : impossibilité
• Audition du rapporteur par le Juge d’Instruction, qui
entraîne la libération du prévenu
• Témoignage en première instance du rapporteur, du
Président du GFCP : condamnation
• Dossier de Presse : Europe n°1, France Inter, Canard
Enchaîné, Charlie Hebdo, L’Humanité, Libération, Le Monde
• Pétition nationale : pour l’arrêt des expertises vocales tant
qu’elles n’auront pas été validées
• Témoignage en appel du président de la SFA : relaxe
La Cour d’Appel de Paris :
" L’identification vocale de Jérôme Prieto […] ne
constitue qu’un indice de culpabilité qui ne saurait, en
l’absence d ’autres éléments de l’enquête ou de
l’instruction le corroborant, constituer une charge
suffisante à l’encontre du prévenu auquel le doute
doit bénéficier. […] La Cour, en conséquence,
infirmant partiellement le jugement déféré,
déclarera Jérôme Prieto non coupable des faits qui lui
sont reprochés et le relaxera des fins de poursuite "
TGI d ’Aix-en-Provence :
" Si le Tribunal est amené à considérer qu’il n’existe pas d’empreintes vocales au même titre que l’empreinte génétique
ou l’empreinte digitale, il n’en demeure pas moins que, tout
comme en matière d’écriture, un individu peut présenter dans
son expression orale des caractéristiques, lesquelles à défaut
d’être uniques, n’autorisent pas une identification formelle
mais permettent, dans un contexte judiciaire précis de
corroborer d’autres éléments "
2. L’affaire K. Kacem 1997-2001 :
Mis en détention provisoire puis condamné par la cour d’assises
du Puy en Velay à 10 ans de prison ferme. Il est acquitté en appel
à Riom. Le prévenu aura passé 4 ans en prison accusé d’avoir été
l’auteur d’un appel anonyme
Les conclusions du LATS :
• exclusion formelle de 2 des suspects
• identification formelle du 3e : K. Kacem
=> Mise en détention
• l’IRCGN ne se prononce pas
condamnation aux assises
Chambre d’accusation
de la Cour d’appel de Lyon :
" Attendu que ni les expertises vocales [effectuées par le LATS],
ni les conditions dans lesquelles ont été identifiés X et Y comme
auteurs du vol du Crédit Agricole de Crémieu, ne sont
suffisamment fiables pour pouvoir être retenus…"
Vous en saurez plus en cliquant ici :
http://lia.univ-avignon.fr/fileadmin/documents/Users/Intranet/chercheurs/bonastre/CriminalistiqueLyon04.pdf
wildernesstrail.jpg
Cordiales
et amicales pensées,
Patrick