ADHERENT N° 8 : "J'ai repris un extrait du livre de Patrick Drouot : le rapport sur les cartographies effectuées pendant les expériences racontées sur le document "physique et conscience" que je vous ai envoyé hier soir."

_____________________________

Résumé des conclusions des contrôles EEG dans l'expérimentation de l'institut Monroe

A la suite des expériences réalisées au Monroe Institute, Skip Atwater m’envoya un rapport daté du 8 août 1989. Ce rapport était particulièrement intéressant pour eux et surtout pour moi, car il démontrait l’aptitude de l’être humain à s’ouvrir non seulement à d’autres états d’être, mais à les explorer. Une cartographie commençait à se dessiner.

En bref, le rapport disait : " Ci-joint les cartographies des ondes cérébrales durant le travail effectué sur Teena et Fay. Les représentations du cerveau ont été choisies soigneusement en fonction de l’expérience. L’activité Thêta et Alpha a été continuellement éclipsée par une activité Delta de haute amplitude. Dans l’expérience, apparaît une activité Delta et Gamma intense. On connaît mal cette activité cérébrale, nous savons juste que les fréquences Gamma de haute amplitude sont peu communes. Les patterns cérébraux fournis dans ce rapport ont été utilisés du fait de leur qualité exceptionnelle ; ils représentent une activité cérébrale fascinante. Périodiquement votre état méditatif, votre pattern d’état méditatif a englobé le spectre total des fréquences comprises entre Delta et Gamma indiquant une activité du lobe frontal très importante. Or, ce que nous appelons l’" état méditatif " est généralement limité aux bandes Thêta et Delta. Ces patterns uniques représentent la période de l’expérience. Chaque fois que vous avez découvert ou compris quelque chose en lisant un corps éthérique, les " expressions de découvert " (selon notre jargon) se signalent de manière caractéristiques par des " taches ". Elles représentent des activités cérébrales de fréquences spécifiques, d’amplitude élevée, et localisées, topographiquement, enfermées sur elles-mêmes. Ce que nous avons appelé éruptions Gamma combinées avec des éruptions Delta. En revanche, les expressions sensorielles ou intuitives de l’expérience sont illustrées sur l’écran de l’ordinateur comme une activité cérébrale d’amplitude basse, localisée et fermée sur elle-même en plusieurs endroits ; ce que nous avons appelé des taches froides.

Que s’est-il réellement passé ? L’expérience a démontré de façon répétitive deux trains d’activité cérébrale ; d’un côté, les ondes Delta et, de l’autre, des trains d’ondes élevées relativement peu connues et tout à fait rares, que les américains ont appelées les ondes Gamma. Les trains d’ondes générés pendant les états méditatifs " classiques " sont expressément Alpha et Thêta. Or, ces deux trains d’ondes ont été éclipsés un certain nombre de fois durant les expériences. Qu’y a-t-il de si extraordinaire à cela ? Tout d’abord, les trains d’onde Delta sont générés durant le sommeil et plus exactement le sommeil paradoxal, c’est-à-dire le rêve. Lorsqu’une personne est en ondes Delta, il lui est impossible de parler, elle dort. Or, non seulement au cours de cette expérience, je parlais, mais j’étais dans une sorte d’hyperconscience ; ensuite, apparurent ces trains d’ondes Gamma d’amplitude et de fréquence élevées, elles aussi tout à fait fascinantes. Se peut-il que la clé des états visionnaires se trouve dans les trains d’onde Gamma ? Peut-être ! Le moment le plus intense (où cette activité particulière a été la plus élevée) surgit lorsque, voyant le vaisseau de lumière, je m’écriai : " Elle est connectée à quelque chose d’autre ". Cette éruption Gamma est représentée sur la cartographie de l’activité cérébrale par une tache jaune vers le lobe frontal, c’est-à-dire vers la fontanelle. L’activité est montée jusqu’à 58 Hertz, phénomène tout à fait anormal ou extraordinaire. Le psychiatre John Richmond me confia que certains neuropychiatres ou neurologues étudiant de tels patterns cérébraux y trouveraient des tendances psychotiques !

Des recoupements singuliers peuvent être faits avec l'expérience de Manning a TORONTO ( documentation dans message EGP N°15 ) ainsi que l'ouvrage 220/74 surtensions électromagnétiques dans les ondes cérébrales 220_74.GIF

 

------------------------------------------------------------------

L'expérience sous contrôle EEG

------------------------------------------------------------------

Institut physique et conscience de Patrick Drouot

http://www.pdrouot.com/

Nous y développons les dernières recherches sur les états non ordinaires de conscience, les thérapies vibratoires, les liens avec la physique quantique et l'ensemble des phénomènes liés aux traditions de l'humanité.

Perspectives scientifiques et spirituelles de la lecture énergétique et vibratoire

Principes de base de la structure énergétique de l’être humain :

L'une des différences principales entre l'approche newtonienne et l'approche einsteinienne de l'être humain tient à la vision du corps. A travers son approche sophistiquée en biologie moléculaire, la pensée scientifique classique conçoit le corps physique comme une série de systèmes chimiques imbriqués les uns dans les autres. Or il est intéressant de constater que les spécialistes à l'avant-garde de la science suggèrent, tout comme les mystiques orientaux, que la nature solide de la matière n'est rien d'autre qu'une illusion des sens. Cette perspective décrit la matière comme une substance composée de particules qui ne sont que des points de lumière froide. La dualité onde-particule de la matière tend progressivement vers un nouveau modèle de l'être humain en tant que système énergétique intelligent. Les enseignements mystiques orientaux rejoignent cette vision quand ils envisagent le corps physique comme le début d'une chaîne de systèmes énergétiques et non son aboutissement. Ces systèmes énergétiques subtils tiennent une place prépondérante dans le fonctionnement global de l'être humain. Ce modèle de pensée, bien sûr, s'oppose à la vision scientifique classique.

A travers toutes les expériences d'expansion de la conscience, on s'aperçoit qu'il n'existe qu'un voile entre notre condition du moment et notre nature véritable et intemporelle. Cet état de conscience ne peut s'exprimer habituellement avec des mots. Ainsi, lorsqu'on observe l'existence des champs énergétiques, des corps de lumière, on retrouve un langage ancien qui est en fait un meilleur support de communication. C'est une langue universelle, celle de la lumière. Nous nous rendons compte alors que les transferts d'informations d'une couche énergétique à l'autre se présentent comme une transmission de codes qui sont autant d'unités vivantes, à la fois plus précises et plus globales que notre langage verbal courant. La différence entre la matière physique et la matière éthérique est donc essentiellement une différence de fréquence. Or, un principe reconnu en physique admet que des fréquences différentes puissent coexister dans un même espace sans se détruire mutuellement. Ce principe a des implications qui illustrent bien notre propos: de même que les ondes radio et les ondes télé peuvent se croiser dans un même espace sans interférer les unes avec les autres, la matière physique et la matière éthérique peuvent coexister. Le corps éthérique, qui peut être considéré comme un champ d'énergie holographique, est superposé au corps physique. Le principe de coexistence des matières de différentes fréquences est applicable aux plus hauts niveaux des champs vibratoires. C'est tout du moins un exemple de la manière dont ces visions scientifiques avant-gardistes réconcilient science et tradition. Les traditions orientales enseignent qu'il n'y a pas un corps mais que nous sommes un agrégat de sept corps. Ces corps sont imbriqués, et ils portent différents noms.

Les chakras et l’anatomie subtile de l’être humain :

Le corps éthérique, ou premier corps, vibre à une fréquence très proche de celle de la matière physique. Il se trouve à douze ou quinze centimètres du corps physique et l'on y retrouve le double lumineux de tous les organes du corps. Dans ce corps éthérique se trouveraient soixante-douze mille canaux, des nerfs de lumière que les yogis nomment nadis et les Tibétains tza. Dans ces soixante-douze mille canaux circule une énergie universelle appelée prâna par les yogis. On parle aussi de mana, de wakan, de chi ou ki. Ce premier champ énergétique est donc vitalisé par cette force universelle. Dans certaines conditions, cette force peut ralentir jusqu'à disparaître, provoquant ainsi des troubles physiques parfois graves. La première observation décèle que le corps éthérique est une interface entre des énergies élevées et le corps physique.

L'enseignement des textes anciens de la littérature yogique évoque les centres énergétiques spéciaux qui existent dans le corps subtil. Ces centres d'énergie connus sous le nom de chakra—qui signifie en sanscrit "roue"—ressemblent à des vortex énergétiques en mouvement, composés d'énergie subtile. Le rôle des chakras est d'émettre et de transmettre les énergies élevées. C'est récemment que les scientifiques occidentaux ont concentré leurs efforts sur la compréhension de ces structures. Dans le passé, le système des chakras, des nadis, des méridiens d'acupuncture, a été ignoré, on considérait qu'il relevait de la mentalité magique et primitive. Or, c'est un système qui trouve aujourd'hui sa validation grâce à l'évolution de technologies complexes qui peuvent mesurer son existence et ses fonctions. D'un point de vue physiologique, les chakras sont des récepteurs-transformateurs-émetteurs de l'énergie subtile élevée. Ils la reçoivent, la ralentissent en diminuant sa fréquence, comme un électron passant d'une courbe électronique vers une autre, si l'on veut. A ce moment-là, l'énergie est envoyée à travers le corps.

Il existe sept chakras dans le corps éthérique, qui sont associés au corps physique. Chaque chakra du corps éthérique est en rapport avec un plexus nerveux majeur et une glande endocrine majeure. Ces sept chakras sont situés le long d'une ligne verticale en partant de la base de la colonne vertébrale jusqu'à la tête. il existe vingt et un chakras secondaires, associés i certaines structures du corps comme les genoux, les hanches, les coudes, etc, et d'autres, plus mineurs. Si on les prend tous en compte, il pourrait y en avoir environ trois cent soixante ayant une influence sur le corps physique.

L'anatomie des chakras a été décrite dans la littérature tantrique tibétaine et yogi. Certains chercheurs comme Hiroshi Motoyama, Pierre de Vernejoul ou le Dr Valery Hunt de l'UCLA l'étudient. Les chakras "pulsent" d'une manière rythmique, de manière à ce que l'ensemble soit tel une fleur dont les pétales sont en constant mouvement harmonique. Leur fonctionnement influe énormément sur l'équilibre physique. De même que le corps physique meurt et se recompose à chaque instant, ces champs se renouvellent constamment, mais à un rythme beaucoup plus élevé. Or, les chakras possèdent un mécanisme qui synchronise les énergies élevées descendant vers le corps physique. Ils sont donc des transmetteurs essentiels.

 

Lecture d’un coprs d’énergie au laboratoire du Monroe Institute USA :

Il est 8 heures. Ce matin le soleil est déjà haut dans le ciel, il commence à faire chaud dans les Blue Ridge Mountains, au cœur de la Virginie. La route gravillonnée mène au sommet d'une colline où quelques bâtiments dominent les quatre cents hectares de l'institut. C'est ici le théâtre d'une nouvelle étape de mes recherches. Avoir développé la faculté de lire à l'intérieur de quelqu'un d'autre et éventuellement d'y voyager ne me suffit plus. Je veux comprendre, en tant que scientifique, ce qui se passe dans mon cerveau quand je ferme les yeux et quand, à ce moment précis, je suis capable de lire l’histoire d’une personne : ses maladies, son état de santé, son histoire depuis sa toute petite enfance et même avant à partir de ses corps d’énergie.

On m'accueille au laboratoire et l'on me conduit aussitôt vers une petite pièce rectangulaire, appelée ici le Booth, et qui est une sorte de "caisson d'isolation sensorielle " amélioré. A l'intérieur, les murs sont tapissés de moquette pour une bonne isolation, et l'ensemble est blindé de plaques de cuivre placées sous des coussins antisismiques. Je m'allonge sur un lit à eau, la tête orientée vers le nord magnétique. On me met un casque avec douze électrodes, le NRS 24, différentes sondes cardiaques et thermométriques et toutes sortes d'autres détecteurs, de résistance de la peau par exemple (GSR). La lumière s'éteint. Je flotte, avec l'impression étrange d'être à trois cents kilomètres au-dessus de la stratosphère, bardé d'équipements et enfermé dans une capsule comme un astronaute . Mais j e suis à Faber, dans l'est des Etats-Unis, mon nom de code est TS007 (Talented Subject 007) et la mission que l'on m'a confié est d'une tout autre nature. Je vais, en effet, tenter d'explorer le corps éthérique d'une jeune femme aperçue à partir d’une photo, le sujet se trouvant à 2000 Km de là. Chacune de mes expressions et de mes impressions sera perçue et analysée par un ordinateur auquel l'appareillage me relie. Skip Atwater, le patron du laboratoire s'assure régulièrement que je vais bien. Sa voix me parvient à travers le casque.

"O.K. Avant de commencer l'expérience nous faisons un enregistrement de vos ondes cérébrales. Vous êtes prêt ? Je suis prêt. "
Je suis, en fait, très nerveux. Malgré l'habitude de me placer dans un état méditatif lors de ce type d'expériences, je sens mon cœur s'emballer, mes pensées se bousculer et surtout le doute, le doute m'assaillir. Je suis arrivé de Paris la veille. La nuit a été interminable. Et si ça ne marchait pas?
" Patrick, je vais maintenant diffuser un son de vagues doublé par des ondes Delta * de manière à ce que vous puissiez vous relaxer et vous habituer au Booth. Ce que vous direz à partir de cet instant sera enregistré. C'est quand vous voulez. "

Je commence à respirer, les yeux clos, de plus en plus profondément. Je fais mon décompte de vingt à un. C'est un mécanisme auquel j'ai progressivement habitué mon corps et mon esprit, qui répondent immédiatement par une plus grande disponibilité et une plus grande ouverture. Cependant, les circonstances étranges de cet épisode ou je deviens mon propre sujet d'étude à travers une inconnue et un ordinateur perturbent quelque peu cette belle assurance. Mais je suis fermement décidé à mener à bien cette recherche. Mon corps s'alourdit progressivement, et je ressens bientôt une sorte de picotement dans les mains, un peu plus fort dans l'index gauche, celui que j'utilise d'habitude pour le fil de lumière. Deux ou trois minutes ont dû s'écouler depuis que le directeur du laboratoire de recherches m'a parlé. Je poursuis ma respiration, pour préparer ma conscience à s'ouvrir à d'autres niveaux d'ouverture de conscience.

(* Ondes Delta: rythmes cérébraux d'une fréquence de O,5 à 4 hertz).

On m'installe dans le Booth. La lourde porte se referme, c'est le silence absolu. Me voilà seul avec moi-même, le casque sur les oreilles, les électrodes sur le crâne, les fils autour des doigts.

"Commencez votre processus de relaxation... Allez dans votre domaine de perception et faites-nous savoir ce que vous ressentez, ce qui se passe au fur et à mesure. "
Quelques minutes passent. Le processus de détente, cette fois, est un peu plus rapide.
" Je suis prêt, je suis en train de penser à l'image sur la photo que vous m'avez donnée. Plusieurs registres d'informations me parviennent simultanément. Comme si différents canaux s'ouvraient ensemble. A propos de Fay—il s'agit du nom de la personne—la première chose qui vient ce sont les dents. Il semble y avoir un certain nombre de dents extraites. "
Le processus démarre très rapidement. Je plonge dans l'énergie (l'essence) d'une personne que je ne connais pas, que je n'ai vue qu'une seule fois— pendant vingt secondes—, je peux effectuer un " saut " et la percevoir telle qu'elle est actuellement.
Je sens quelqu'un doté d'une énergie moyenne, vraisemblablement souvent fatigué avec une faible résistance. Le premier point est le sein droit. Je vois une tache que j'avais déjà perçue sur la photo. Je ne sais pas ce que c'est, le problème est lié à la poitrine et il a dû démarrer voilà trois ou quatre ans. Je perçois une sorte de glande enflée.

La vibration d'un homme me parvient. C'est une vibration d'homme au sens général du terme. Il s'agit d'un événement difficile. J'ai un cri, des hurlements dans mes oreilles. Des hurlements lointains. J'entends quelqu'un hurler, c'est peut-être elle. Je vois un fusil. Quelqu'un est en train de devenir fou, un homme je crois, un époux vraisemblablement. On dirait une scène de rupture.
Je vois le corps de lumière, maintenant, qui flotte dans la pièce. Le corps éthérique est très fin, il devrait être plus épais. Un corps de lumière qui correspond à une vitalité moyenne. Mais on peut avoir un caractère fort et en même temps une vitalité moyenne. Cette personne a besoin de paix, elle a besoin qu'on s'occupe d'elle.

Quel étrange voyage. La rapidité avec laquelle défilent ces images, et leurs significations me bouleversent. C'est comme commenter un film en direct, qui vous force à faire une synthèse instantanée d'éléments disparates.Une sensation inconnue m'envahit. Une image étrange me vient, une soucoupe volante, un OVNI !!. Je ne sais ni d'où, ni pourquoi, ni comment cette image surgit. J’ai la vision de Fay, petite fille, 7 ans peut être dans un champ la nuit tombée, un vaisseau sphérique lumineux flottant au - dessus de l’enfant.
"J'ai l'image de quelque chose d'étranger, dis-je un peu angoissé dans le microphone placé à quelques millimètres de ma bouche.
— Je ne comprends pas, que voulez-vous dire? demande l'opérateur.
— C'est étranger... It's... ALIEN.
— Ah, quelque chose d'étranger?
— Oui, quelque chose comme une soucoupe volante. Je ne comprends pas... je ne sais pas d'où cela vient. "
Le doute me tiraille. Qu'est-ce que je raconte? Je divague, je délire ! Ces gens sont des explorateurs de la conscience, ils vont me prendre pour un demeuré !
L'expérience continue.
" Je ne sais pas quelle est la relation entre Fay et cette chose étrange.
— Allez plus loin, Patrick, allez vers cette perception.
— O.K., mais je me sens oppressé. I1 y a un élément totalement étranger; pas une soucoupe volante, mais quelque chose de cette nature. Ça ressemble à un vaisseau, un vaisseau fait de lumière. Je sens une énergie étrangère, radicalement différente. Je vois des rayons de lumière, et je sais que ce vaisseau lumineux est fait de pensées, comme s'il avait une intelligence propre: une sorte de lumière intelligente. Il ne s'agit pas d'une construction mécanique. C'est, je ne sais pas comment l'expliquer, une espèce de matière vibratoire intelligente, connectée à un autre monde, un autre plan. C'est la raison pour laquelle j'ai utilisé le terme "d'étranger". Fay doit avoir des rêves à ce sujet. Elle est à la recherche d'une chose perdue, dont elle ne se souvient plus. Et ce qu'elle recherche est cette espèce de masse vibratoire qui apparaît là. Attendez, maintenant cela commence à prendre un sens. Elle essaye de retrouver quelque chose, mais elle ne sait pas quoi. Peut-être est-ce la raison pour laquelle il y a cette immense tristesse chez elle. "

Skip Atwater, le responsable de l’expérience qui intervenait rarement auparavant, intervient alors deux ou trois fois en deux ou trois minutes, avec une espèce d'excitation dans la voix:
" De quoi n'est-elle pas consciente, Patrick?
— Fay est connectée à un élément étranger, régulièrement, peut-être durant la nuit. Ce serait la raison pour laquelle elle a des rêves répétitifs. Et c'est peut-être aussi la raison pour laquelle elle ne peut pas se les rappeler. Dans sa vie de tous les jours, elle cherche, elle attend. Elle ne sait pas quoi, encore moins qu'en faire. Je vois cet immense vaisseau de lumière fait de pensées. C'est une lumière intelligente et je perçois des choses à l'intérieur. J'ai besoin d'être rassuré, j'ai besoin de savoir si tout cela a un sens ou si je me trompe complètement !
— Les sentiments qu'elle ressent proviennent directement de la connexion avec ce vaisseau étranger. Ce n'est pas un vaisseau spatial, mais un vaisseau qui traverse les dimensions. I1 semble voyager à travers différents niveaux de conscience, comme si par exemple, j'étais en niveau 5 et je voulais aller en niveau 2. Je vais m'envelopper avec un vaisseau, un module fait de lumière. Et ce module devient une partie de moi-même, il est intelligent.

Mon cerveau génère alors des trains d'ondes absolument extraordinaires, mais je ne le sais pas encore.

" Fay devrait être capable de comprendre le langage des oiseaux, des arbres, des fleurs. Je ressens un sentiment de perte, un état de conscience qu'elle recherche. Elle doit s'asseoir de temps en temps dans un coin et puis avoir une sorte de rêve éveillé, penser à des choses sans suite. Fay est une personne très aimante. J'aime beaucoup l'énergie qu'elle dégage. C'est quelqu'un qui possède un caractère fort mais qui, en même temps, est très fragile et a pleuré souvent. Elle pleure encore d'ailleurs. Elle a traversé un divorce extrêmement pénible. Et c'était vraisemblablement la cause des cris que j'ai perçus. J'aimerais poser une question...
" Qu'y a-t-il?
— J'aimerais savoir s'il y a un problème, si le problème de dents a un sens ou non.
— Je ne suis pas au courant d'un problème dentaire, répond Skip Atwater, mais le problème de poitrine, de sein plus exactement, est effectivement présent. Il y a plusieurs années, le sein a été opéré.
— Je pose cette question parce que je ressens le besoin d'effectuer une chirurgie énergétique. Je peux le faire sur le corps de lumière parce que l 'information est toujours là, codée dans le champ éthérique. Même si elle n'est que résiduelle, suite à l'opération, elle peut se déplacer vers un autre endroit du corps.
" J'active le film de lumière qui émane du centre de mon front et j'entre dans ce champ. L'image de Fay se précise "Des glandes, comme des petites boules, se situent dans le corps éthérique. J'entre dans une glande; je me trouve dans une sorte de sphère, un cercle, où il fait chaud, où l'on sent une pulsation.

" J'ai l'image d'un bureau où quelque chose est arrivé lorsque Fay avait une vingtaine d'années. Cela a mis une quinzaine d'années avant de se manifester physiquement. Ainsi la mise en mémoire de ce problème aurait été généré à l'âge de vingt ans. L'événement s'est inscrit de manière vibratoire, il s'est placé dans sa poitrine éthérique, dans le sein droit, avant de descendre dans le corps physique.

"A présent, je suis en train de couper et d'élargir complètement cette ouverture. Je vois ma main éthérique épancher, je ne sais comment dire, une sorte de pus énergétique. Outil de ma conscience supérieure, ma main de lumière travaille sur l'image holographique d'un être nommé Fay, qui est devant moi, vivant, plus vivant que jamais. En fait, je n'épanche pas à proprement parler ce pus énergétique, mais j'élève sa fréquence vibratoire, pour en modifier la lumière. On ne peut pas enlever ce qui est codé dans un champ E, mais on peut changer sa vibration et sa lumière. Maintenant, plusieurs rayons de lumière arrivent. Alors que je travaille sur certaines parties du champ énergétique, une sorte d'automatisme s'engage. Bien sûr, je pilote, mais c'est extrêmement facile. Puis un rayon vert arrive: le vert est la couleur de la guérison spirituelle. Je peux commencer à refermer la béance, bien qu'il subsiste une sorte de tache résiduelle. Si Fay veut se débarrasser complètement de tout cela, elle doit sortir de son cocon, sortir d'elle-même. Elle a besoin de parler de nouveau à la terre, aux fleurs, aux arbres pour sentir le sens de ses origines.

"O.K., répond Skip Atwater. Nous allons cesser l’expérience. Relaxez-vous quelques instants. Je vais arriver pour vous ôter l'appareillage. "
Je me sens redescendre rapidement, tout se brouille et s'évanouit, à mi-chemin entre l'absurde et la réalité. Le doute est encore inséparable de ma démarche. Tout cela, au fond, ne serait-il qu'un vieux rêve? La porte s'ouvre. Skip Atwater apparaît, et me regarde, l'air stupéfait.
" Y avait-il quelque véracité dans tout cela? lui disje.
— Oui, répond-il. C'est assez stupéfiant, et nous vous raconterons toute l'histoire.

Le même soir, nous avons donc une réunion avec Skip Atwater et son équipe dans le laboratoire du Monroe Institute. J'y apprends que plus de 90 % des choses que j'ai dites se sont révélées exactes.

Concernant l'histoire de Fay, le pourcentage d'exactitude dépassait 90 %. Elle a divorcé à l'âge de vingt ans. Lorsqu'elle était encore mariée, son mari a offert au père de Fay un fusil. Au moment du divorce, le gendre a voulu le récupérer et, bien sûr, son beau-père s'y est opposé. Un jour, ivre d'alcool et de colère, le gendre a pris sa voiture, il a roulé sur les massifs de fleurs de ses beaux-parents: ces images, le fusil et les fleurs, me sont parvenues à un moment donné. C'est aussi l'image des hommes qui peu à peu s'est gravée dans l'inconscient de Fay. Mais le plus extraordinaire est ce vaisseau de lumière. Lorsque j'en ai eu la vision, j'ai failli bloquer toute l'expérience, car j'ai cru être incapable de l'exprimer; j'ai pensé que les assistants du laboratoire allaient bloquer aussi. J'ignorais qu'ils en avaient entendu bien d'autres. J'ai ressenti une vibration si profondément étrangère. Pour moi comme pour les chercheurs du Monroe Institute, les trains d'ondes générées à ce moment-là furent l'aspect le plus stupéfiant de l'expérience.

Depuis le début des années 80, différents laboratoires de recherche et certains scientifiques disséminés à travers le monde se sont livrés à de nombreuses observations sur les modifications somatiques et bio-électriques chez des personnes qui se plaçaient d'elles-mêmes dans des états d’éveil spéciaux. Il semble que ces états et capacités d'ouverture de conscience appartiennent à la dotation spirituelle de chaque être humain. Depuis 12 ans, j'enseigne les techniques pour atteindre ces états à plusieurs centaines de personnes suivies d'une manière répétitive. Plusieurs dizaines d'entre elles — parmi lesquelles des médecins, des thérapeutes de toutes sortes, des psychologues — se sont éveillées progressivement à ces potentialités de l'esprit recréées relativement aisément. Einstein et les physiciens modernes ont mis en évidence l'existence de dimensions hors du temps et de l'espace conventionnel que nous connaissions. Ainsi sont nées les notions d'antimatière et d'anti-univers. Dans les années à venir, de plus en plus d'individus pourront sans doute accéder à des possibilités encore réservées à un nombre de gens relativement modeste en Occident. L'homme est à la dérive, car la science a cassé son système de croyance, du moins la dimension spirituelle de celui-ci. La science y a substitué une autre croyance: celle de n'être rien d'autre qu'un animal apparu par le hasard et la nécessité, sur une planète miracle mais insignifiante face à l'immensité cosmique. ll nous reste donc à trouver la grande inconnue: la relation entre l'esprit et le cerveau.

Les expériences développées au Monroe Institute, et en bien d'autres endroits, mettent en lumière l'influence du cerveau et la singularité de l'esprit : celui-ci n'est pas un sous-produit du cerveau, bien au contraire il l'influence. Ce qui expliquerait que l'esprit puisse pénétrer un organisme au niveau cellulaire et en modifier les mécanismes physiologiques. Nous ne sommes plus là dans le domaine de la superstition ni de la foi populaire, car la connexion entre l'esprit et le cerveau, comme celle entre le corps et l'esprit, n'est que le prolongement des questions posées par la physique moderne. S'il s'agit d'une réalité, se peut-il qu'elle devienne quotidienne pour chaque individu? Peut-on couramment percevoir le corps de lumière ou le champ d’énergie qui enveloppe les êtres humains? Comment un individu, une communauté scientifique, peuvent-ils accepter ces phénomènes, les vivre et en tirer des enseignements applicables? Que deviennent les notions de naissance, de vie, de maladie ou de mort, à travers ces découvertes? Cette étape recèle une question des plus fondamentales pour chacun. De la réponse recherchée, apportée, dépend en partie l’évolution scientifique et spirituelle qui se dessine pour le prochain millénaire.

Les étapes de la conscience humaine

du niveau de conscience 7 au niveau de conscience 49 :

Dans mon premier ouvrage, j'avais opéré un certain nombre de classifications sur les états d’expansion de conscience, m'inspirant de ceux du Pr Pierre Weill, de Maurice Buck et de Stanislav Grof, père de la psychologie transpersonnelle. J’ai une formation de physicien de type cerveau gauche et j’ai occupé des fonctions dans l’industrie en France et aux Etats Unis dans le domaine des télécommunications, des systèmes radars, puis dès 1980 des premiers balbutiements de ce que l’on appellera plus tard la réalité virtuelle. Je me suis intéressé aux fonctionnements anormaux du cerveau en étudiant et en expérimentant des états spéciaux d’éveil. Au fur et à mesure que les années s’écoulaient, ma perception et ma compréhension des univers au-delà des cinq sens, et des dimensions hors du temps et hors de l'espace se sont affinées. En observant mes propres réactions et les expériences que j'ai traversées, j'ai élaboré une cartographie de la conscience, y distinguant ses différents niveaux et les paramètres les plus importants qualifiant chacun d'eux. Je suis parti du principe que l'être humain relevait d'un système basé sur le chiffre 7. (Sept corps, sept champs d'énergie, sept chakras, sept mondes.) J'ai appliqué ce principe à l'exploration systémique de niveaux de conscience différents.

1er Stade.
Niveau 7. C'est le niveau de l'état normal de veille.
Celui de la conscience normale, quotidienne. C'est un niveau de type cerveau gauche, rationnel, analytique lié à la vision occidentale du monde.

2ème stade.
Niveau de conscience 14. Corps endormi, esprit éveillé.
Il correspond aux états de relaxation. Le cerveau génère des trains d'ondes Alpha; ce niveau peut s'atteindre très rapidement , voire en quelques secondes pour une personne entraînée. Corps endormi, esprit éveillé signifie simplement que le corps s'est totalement relâché mais que l'esprit reste conscient de son environnement immédiat. Si vous fermez les yeux, par exemple, vous relâchez toutes vos tensions musculaires. Vous pouvez être assis ou allongé, mais vous avez tout à fait conscience des bruits extérieurs, de l'endroit dans lequel vous vous trouvez. Le niveau 14 signe le début de l'exploration de niveaux différents de conscience. Le monde physique est encore là, mais déjà derrière les yeux clos commencent à se produire d'autres phénomènes. Dans cette nuit étoilée, des portes internes s'entrouvrent ou plus exactement le monde extérieur commençant à se replier sur lui-même, permet de découvrir l'univers intérieur, le monde des sages des mystiques et des chamans.

3ème stade.
Niveau de conscience 21. Expansion de conscience.
Entre 14 et 21 se produit une sensation d'ouverture interne. Elle peut être provoquée par des techniques d'imageries guidées ou par des visualisations mentales. Depuis plusieurs années, j'utilise la vision d'une boule de lumière d'or qui expanse. Quand je m'identifie à cette boule de lumière d'or, j'éprouve une sensation d'expansion, non seulement de ma conscience, mais aussi de la dimension globale de mon être. Vous pouvez parfaitement utilisé la même technique avec des musiques appropriées ou avec d'autres sons, des mantras...
NC 21 est caractérisé par la génération d'ondes Thêta. Les mesures effectuées au laboratoire du Monroe Institute aux USA démontrent que dès l'atteinte de NC 21, se produit un mélange d'ondes Alpha et de Thêta. Vraisemblablement, l'être oscille entre ces deux trains d'ondes. Généralement en NC 21, on garde la conscience de son corps. Néanmoins si, celui-ci peut toujours réagir, il commence à s'effacer. Le monde extérieur passe au second plan. L'endroit où l'on se trouve prend des proportions fantasmagoriques, les impressions sensorielles et kinesthésiques se modifient. Comme les recherches le démontrent, les niveaux inférieurs Alpha et les niveaux supérieurs Thêta deviennent des champs d'activité cérébrale fort intéressants. Il est vraisemblable que lorsqu'on lit un chakra, lorsque l'on décode un corps éthérique et ou astral, c'est en NC 21 que l'on se trouve. On peut générer d'une manière volontaire ces niveaux de conscience en étant physiquement présent et non plus allongé.

4ème Stade.
Niveau de conscience 28. Sortie du temps linéaire.
Entre 21 et 28 un autre phénomène apparaît. Peu à peu, surgit la sensation de sortir du temps habituel, linéaire. Le temps prend une dimension d'espace, il est possible à ce moment-là de commencer à marcher dans le temps. Quoique cette sensation se manifeste en NC 21, elle se précise encore davantage à ce stade. NC 28 ouvre sur les dimensions hors du temps. Durant les différentes expériences au Monroe Institute, à certains moments, j'ai vraisemblablement oscillé entre NC 18 et NC 30. J'ai commencé à faire une incursion de l'autre côté, même si j'avais toujours bien conscience du temps vécu des personnes dans lesquelles je lisais. Je n'avais plus en revanche exactement conscience de mon temps propre. Entre 21 et 28, la perception du corps physique passe totalement au second plan. Parfois, le corps physique est ressenti comme véhicule, comme quelque chose de secondaire. Dans ce champ d'exploration, la conscience prend toute sa dimension réelle. Surgissent le sentiment d'union, le sentiment que tout est réel, parfois même, plus que le quotidien.
Plus l'on monte dans les niveaux de conscience, plus l'on ressent une sensation de globalité, en soi et en dehors de soi. Ce sentiment d'union sera beaucoup plus précis à partir de niveaux de conscience plus élevés. C'est entre 18 et 25 que commencent à se produire les états visionnaires, les flashs de médiumnité, la perception des champs énergétiques ou des auras. Au niveau de l'activité électrique, le cerveau peut générer des trains d'ondes Alpha et/ou Thêta, mais là n'est pas réellement la question. En effet, la mesure de l'activité électroencéphalographique ne peut prendre en compte ce qui se passe en profondeur et autour du cerveau. Je reste profondément persuadé qu'en atteignant graduellement les zones frontières de NC 28, il est possible de ralentir le temps qui passe. Si ce phénomène de ralentissement du temps s'avérait réalisable, alors il serait aussi possible de ralentir le processus de vieillissement des cellules, c'est-à-dire du corps. En d’autre termes, de devenir immortel.
NC 28 représente une zone frontière entre ce monde, cet univers et les univers non physiques. A ce niveau de notre univers physique, nous pouvons pénétrer dans des univers non physiques. Les niveaux supérieurs ouvrent sur une espèce de firmament, une zone frontière, un no man's land. Au-delà, se trouve le monde de l'après vie, des défunts, des guides, des archétypes.

5ème stade.
Niveau de conscience 35. Monde des défunts, des guides et des archétypes. Informations du futur.
Au-delà de NC 28, la conscience se déplie, se délie; la sensation d'union devient extrêmement intense. Comme une fusion avec l'esprit universel. L'impression de se sentir en toutes choses. Cette sensation va s'amplifier surtout au-delà de 35. Les premiers niveaux au-delà de 28 sont ceux des défunts. A ce niveau-là, il est possible de contacter des êtres disparus. NC 30/32 sont les niveaux des guides, des maîtres spirituels Apparitions magnifiques, parfois, des boules de lumière, des Intelligences qui se font et se défont. Les niveaux 28 et 35 représentent une interface entre les mondes supérieurs des causes et les mondes de la manifestation. Monde intermédiaire, espace au sein duquel la création peut advenir. Monde qui exprime la possibilité d'être et d'expression de la pensée. Dès lors que la pensée est capable de créer, elle peut donner naissance à n'importe quel vecteur grâce auquel l'homme atteindra des dimensions inexplorées de son être. A partir de niveau 32/34, on entre dans ce que John Lily, neuropsychiatre, père des caissons d'isolation sensorielle appelle un "métaprogramme". Le Niveau 35 dessine une nouvelle zone frontière. Elle ouvre non pas sur le monde des avatars de l'humanité, mais sur le monde des avatars de l'univers. Là passé, présent, futur n'existent pas. Tout se produit et advient simultanément. En 1990, j'ai vécu une expérience qui m'a profondément bouleversé. Lors d'une exploration systémique de ces niveaux de conscience élevés, je me suis vu "à des milliers d'années d'écart, dans un futur possible". Allongé sur un divan de forme bizarre je me sentais en état de dégravitation. Soudainement, je me suis aperçu qu'il m'était possible de canaliser des informations de ma conscience supérieure ou "d'une" conscience supérieure. Si j'avais déjà expérimenté le surgissement de mémoires très lointaines dans le temps présent, pour la première fois, j'éprouvais la possibilité de recevoir des informations du futur. Bob Monroe, fondateur de l’Institut du même nom, raconte dans un de ses livres que lors d'une expérience de sortie hors du corps, il rencontra des êtres de l'an 3000 qui lui dirent: "Tiens, qu'est-ce que vous faites-la, comment êtes-vous venu et quel est ce moyen de locomotion primitif que vous avez employé? Ah! la sortie astrale, s'étonnèrent-ils, c'est un moyen de se déplacer qui est tombé en désuétude et depuis bien longtemps ! "

6ème stade.
Le niveau de conscience 42. Les plans cosmiques.
De NC 35 à NC 42, la classification devient difficile. Les mots ne suffisent plus à rendre compte des phénomènes que l'on y éprouve. Visions de villes titanesques sur un fond d'espace noir, cités incommensurables perdues dans la nuit des temps... Sont-ce les villes d'un passé lointain, d'un univers précédent, d'un imprévisible futur, des villes érigées sur cette planète, ou dans un autre univers? A chaque expérience que j'ai vécu à ces niveaux, je suis entré dans des états d'être inimaginables. Une expérience, parmi toutes, m'a particulièrement bouleversé. En dépassant le niveau 35, en entrant dans ce que l'on pourrait appeler les plans cosmiques, je me suis rendu compte que le monde astral, ses constructions, ses guides, ses maîtres n'étaient que des constructions de l'esprit. Au-delà de NC 35 plus de guide, d'être, d'ange, de dieux. Simplement la lumière qui brille, des niveaux de fréquence intelligente, et les lumières de la création. A ce niveau-là j'ai contacté une race composée de milliards d'êtres qui s'étaient fondus en un seul point d'univers. Cette expérience me laisse accroire que les portes Gamma, des trains d'ondes très élevées générées par le cerveau et découvertes à la fin des année 80 se trouvent à un niveau de conscience entre 32 et 37/38, à une autre étape de l'évolution de l'homme, que la conscience se révèle un champ d'énergie relativiste capable d'influencer le tissu sous-jacent de l'univers.

7ème stade.
Niveaux de conscience 42 à 49. La vacuité. La Source.
Peut-être est-ce là que se trouve la source, le un, la vacuité. Là, la conscience se fond dans la source comme l'eau se mélange à l'eau. L'exploration systémique de ces différents niveaux de conscience conclut au fait qu'il est pas de monde extérieur et qu'il n'y a rien en dehors de la conscience. Ce que nous croyons voir n'existe pas réellement. Simple illusion créée par notre esprit. Parce que nous sommes séparés de la source, nous sommes captifs de la toile que tisse Maya. Tous les êtres que j'ai rencontrés et qui ont éprouvé des états élevés de conscience, sans compter les sages et les saints se sont affranchis des illusions du monde, cause de la souffrance de l'homme. Il émane d'eux un détachement des choses de la vie et une humanité irradiante. Ils ne fuient pas la réalité ou les réalités quotidiennes comme le pensent certains. Par leur expérience, ils ont découvert l'état selon lequel l'univers les contient comme ils contiennent l'univers. A travers ces états différents de conscience, l'être ressent la vie comme un bienfait infiniment précieux.