Le mercredi 12 janvier 2005

Grande-Bretagne

Une étude sur le lien entre foi et douleur

Associated Press

Londres

La foi peut-elle aider à supporter la douleur? Des chercheurs britanniques du Centre pour la science de l'esprit de l'université d'Oxford ont annoncé mercredi leur intention de lancer une étude pour tenter de déterminer si les croyances religieuses pouvaient aider à endurer la souffrance physique.

Des symboles religieux seront présentés à des participants volontaires tandis que les chercheurs appliqueront sur leur dos et sur leurs mains une chaleur modérée, souligne Susan Greenfield, qui dirige ce nouveau centre, le premier du genre en Grande-Bretagne, voire en Europe. "Cela nous permettra d'étudier l'élément subjectif de la douleur et la manière dont elle peut être atténuée", a-t-elle précisé à la BBC.

Le centre est soutenu financièrement par la Fondation John Templeton, basée aux États-Unis, qui promeut les recherches sur la relation entre la théologie et la science.

Le Pr Greenfield souligne que la technologie, notamment l'imagerie cérébrale, est aujourd'hui suffisamment avancée pour entreprendre l'étude d'expériences humaines subjectives, laissées jusqu'ici à la réflexion des philosophes et des théologiens.

Une première étape sera "de préciser ce que nous appelons des corrélats de la conscience: ce qui se passe dans le cerveau, le type d'environnement chimique qui correspond à certains sentiments et à certaines sensations". Les chercheurs étudieront comment les croyances religieuses sont intégrées par le cerveau et les conditions qui déterminent leur force.



Toby Collins, un ancien biologiste marin qui dirigera les expériences sur la douleur, souligne que les chercheurs demanderont aux volontaires de faire appel à un système de croyances, religieuses ou pas. "Toutes les personnes, quand elles endurent la douleur, ont une stratégie pour faire face, et elles se tournent souvent vers la foi religieuse", affirme-t-il.

John Stein, neuroscientifique à l'université d'Oxford, souligne que des expériences ont déjà montré que les croyants convaincus supportaient mieux la douleur.

_________________________________
Sur Internet:

John Templeton Foundation:
www.templeton.org

University of Oxford,
www.ox.ac.uk