Poltergeist


 

 

Pierre GUERIN " OVNI; les mécanismes d'une désinformation" Albin Michel 2000

 

Quelques scientifiques français acharnés à  déboulonner  les Ovnis ne sont pas en reste, eux aussi, pour, amputer les témoignages de leurs détails significatifs.

L'un joue de sa notoriété médiatique pour pontifier en expliquant qu'il n'y a rien de cohérent dans le dossier, ce qui constitue une contre vérité. L'autre, décédé récemment, était à l'  écoute  des étoiles dans 1'espoir de détecter des émissions radioélectriques qui nous parviendraient des Extraterrestres et témoigneraient de leur activité technologique, sans vouloir reconnaître que les Extraterrestres sont probablement déjà chez nous et qu'il lui aurait suffi de lire avec soin les rapports d'observation d'Ovnis pour s'en convaincre. Le troisième enfin et non le moindre, qui a une très haute idée de lui-même, se sent apparemment investi d'une mission : celle d'assurer la prophylaxie mentale de la population en luttant contre l'irrationnel et l'obscurantisme dont relèverait en particulier, selon lui, la  croyance , aux Ovnis. Encore faudrait il préciser ce que l'on doit entendre par  inationnel . Car on en arrive parfois à se demander si notre homme ne met pas dans le même sac le chercheur qui étudie les Ovnis et le numérologue qui prédit l'avenir de son client à partir du numéro de sa cartede Sécurité sociale. Sans doute aussi dangereux que cet astrophysicien toujours prêt à  stigmatiser , ceux qui ne pensent pas comme lui, il nous faut citer également un jeune sociopsychologue qui prétend ne pas nier les Ovnis, mais fait tout pour que l'on doute de leur réalité ,

61


 

Cependant, nos connaissances actuelles en physique, telles qu'elles sont enseignées, paraissent totalement insuffisantes pour rendre compte d'autres aspects du vol des Ovnis. Nous ignorons comment ils peuvent venir des étoiles, ou plus précisément des planètes entourant celles-ci. Les Ovnis ne sont pas des fusées, et les étoiles sont immensément trop lointaines pour être accessibles avec nos sources actuelles d'énergie et nos moyens de propulsion, à moins d'accepter de consacrer des siècles à faire le voyage. En effet, selon la théorie de la relativité telle qu'on l'enseigne aujourd'hui l'énergie requise pour propulser un corps matériel tend vers l'infini quand la vitesse du corps tend vers la vitesse c de la lumière dans le vide, qui est une limite impossible à dépasser et même à atteindre. En l'état actuel de nos connaissances, le voyage d'un vaisseau jusqu'aux étoiles les plus  proches  situées à des dizaines ou des centaines d'années-lumière ne pourrait donc s'effectuer qu'à une vitesse très inférieure à c et sa durée excéderait donc de loin celle d'une vie humaine. Il me

paraît clair due les Ovnis sont capables de contourner physiquement ces limites.

Ceci nous est suggéré en particulier par les changements parfois instantanés de

position (lorsqu'ils s'amusent à tourner autour d'un avion, par exemple), qui semblent défier les lois de l 'inertie et prouvent que nous devrons un jour ou l'autre réviser et étendre nos conceptions sur l'espace-temps et la physique quantique. Peut-être déboucherons-nous alors sur l'hypothétique "antigravitation ", à moins que ce ne soit sur une  manipulation  locale de l'espace-temps dans le cadre orthodoxe de la relativité générale. Peut-être découvrira-t-on aussi des  raccourcis  spatio-temporels .

73


 

 

Mais que veulent donc nous cacher nos visiteurs qui fausseraient la manipulation a laquelle ils nous soumettent? Certains détails très précis d'un Ovni vu de près qui nous éclaireraient peut-être sur son fonctionnement ? La vraie nature de cette mystérieuse  scène primordiale  entre un témoin et les occupants d'un Ovni sur laquelle nous continuons toujours de nous poser des

questions ? Ou autre chose encore, à quoi nous ne pensons pas ?

 

Les photographies d'Ovnis constituent l'un des éléments essentiels du dossier. L'existence de faux notoires doit obliger tout chercheur à traquer une possible mystification avant de conclure à l'authenticité probable ou certaine d'un cliché. Cela suppose une solide connaissance des lois de l'optique et des propriétés des émulsions photographiques, ainsi, bien entendu, que des différentes méthodes que peuvent utiliser les faussaires pour réaliser une photographie truquée d'Ovni (ces méthodes sont heureusement en nombre limité). Une telle analyse n'élimine pas à 100 % les photos truquées mais on peut être sûr au moins que la plupart des documents photographiques qui ont été ainsi étudiés sans que l'on ait pu déceler un trucage ne sont pas des faux.

Statistiquement, il est donc possible de tirer des informations valables de l'examen d'un éventail suffisamment étendu de photos d'Ovnis jugées très

probablement authentiques. Tout d'abord, ces photos prouvent définitivement la réalité physique de l'existence des Ovnis en tant qu'engins volants structurés.

Ensuite, elles nous renseignent sur la forme extérieure de ces engins, qui peut, comme on le sait, revêtir différents aspects. Dans un très grand nombre de cas, cette forme est circulaire, c'est celle de la soucoupe volante classique décrite depuis les origines sous ses deux variantes principales : une assiette renversée (McMinnville, lac Ghauvet), ou deux assiettes accolées sur leur pourtour (certaines photos de Gulf Breeze).

138

 


 

On note en outre des différences notables portant principalement sur l'épaisseur relative de la soucoupe par rapport à son diamètre. L'Ovni en forme de grosse toupie tronquée à la base, qui a été photographié à de nombreuses reprises par Edward Walters à Gulf Breeze, est à cet égard presque aussi haut que large. De nombreux Ovnis que l'on observe pendant une longue période en une région donnée (comme à Gulf Breeze), se ressemblent beaucoup à quelques détails près, et diffèrent moins entre eux que nos voitures et nos camions ne diffèrent les uns des autres. D'autre part, à chaque nouvelle vague d'Ovnis dans le monde correspond souvent, de façon préférentielle, tel ou tel type d'engin. La forme caractéristique en triangle de certains Ovnis observés depuis au moins deux décennies en Amérique, puis plus récemment en Europe occidentale (photo de Petit-Rechain), entre dans cette catégorie. On ne signalait pas, à ma

connaissance, de triangles volants en 1947 ni même en 1954. Tout cela s'explique fort bien si l'on admet que différentes espèces d'Extraterrestres nous visitent l'une après l'autre, dotées chacune de leurs engins. Certains ufologues refusent de voir dans les Ovnis ce qu'ils sont, c'est-à-dire des véhicules volants, et justifient cette croyance en prétendant que les Ovnis peuvent revêtir toutes les formes possibles et qu'il n'en existe pas deux qui soient identiques. Répétons-le une fois de plus : ces formes sont en réalité en nombre limité, et les documents photographiques dont nous disposons mon-

trent qu'il existe à coup sûr de très nombreux Ovnis semblables, si ce n'est identiques.

Pour terminer, si je n'ai pas abordé l'analyse dés prises de vues cinématographiques, sur film classique ou en vidéo, qui montrent des Ovnis décrivant des boucles ou des trajectoires "impossibles", en zigzag, tout à fait semblables à celles que d'innombrables témoins visuels ont depuis longtemps observées et rapportées. Je renvoie le lecteur a l'ouvrage de Walters et Maccabee qui analyse quelques uns de ces films.

139

 

 


Comment se déplacent les Ovnis

Physique théorique et recherche militaire

La question que je viens de formuler peut s'exprimer autrement : est-il réaliste de croire qu'à coup de dollars distribués sans compter pour alimenter une recherche planifiée militaire ultra-secrète (les Blark Projerts), on puisse faire progresser nos connaissances en physique fondamentale dans un délai d'à peine quelques décennies au point qu'une nouvelle physique soit ainsi créée, allant bien au-delà de la mécanique quantique et de la relativité telles qu'elles sont enseignées - cela sans que le reste de la communauté scientifique soit au courant ou même seulement en ait vent ? Je pense que la réponse est non. Et voici pourquoi.

On confond trop souvent physique fondamentale et physique appliquée (cette dernière débouchant sur les réalisations industrielles). Cette confusion risque de conduire trop de responsables politiques et militaires à se référer à l'exemple du Manhattan Project pour appuyer l'idée qu'en  mettant le paquet  sur un projet, les Américains sont capables d'aboutir à une percée ,décisive dans un délai raisonnable tout en maintenant les recherches secrètes. Or, le Manhattan Project n'était en fait qu'un projet technologique en vue de fabriquer la bombe atomique. Projet certes gigantesque pour l'époque, mais qui ne remettait nullement en question les bases mêmes de la physique théorique enseignée.

Bien au contraire, il s'appuyait entièrement sur celles- ci, et plus précisément sur le principe théorique de l'équivalence de la masse et de l'énergie E = MC2 ),Qui découle de la relativité restreinte d'Einstein, auquel s'ajoutait le fait expérimental de la réaction en chaîne des neutrons dans une masse critique d'uranium ou de plutonium,

161

 


 

découvert en 1939 et connu de tous les physiciens atomistes dès cette date. S'il y eut un secret, ce fut d'abord celui de la nature du projet lui-même : construire la bombe. Ce fut ensuite celui des techniques à développer pour y arriver : séparation des isotopes de l'uranium, fabrication du plutonium, détermination expérimentale de la masse critique (qui coûta la vie à plusieurs chercheurs irradiés), etc. Il fut possible de garder relativement secrète une recherche technologique comme celle-là pendant une durée d'ailleurs limitée, en

maintenant cloisonnées ses différentes branches de façon que seuls les concepteurs du projet en connaissent la finalité.

La mise au point d'un système de propulsion antigravifique et/ou hyperluminique, au contraire, impliquerait que l'on en découvre au préalable les fondements théoriques. Pour le moment, à en juger par les publications théoriques dont nous disposons, ces fondements ne sont pas véritablement établis et de rares chercheurs ,se contentent d'essayer de les imaginer en partant de la physique déjà connue (la relativité des quàntâ,1'energie du vide, etc.), sans reussir pour autant à les englober dans une théorie mathématique structurée digne de ce nom et technologiquement exploitable. En fait, je juge peu probable qu'une telle théorie révolutionnaire puisse être élaborée seulement à partir de nos connaissances fondamentales actuelles. Il s'agira bien plutôt d'une révolution de la physique , à l'image de ce que furent dans le passé la révolution de la mécanique quantique et celle de la relativité. Elle ne pourra consister - si les possibilités conceptuelles de notre cerveau s'y prêtent - qu'en une interprétation radicalement nouvelle de nos connaissances à la lumière de nouvelles expérimentations. Le problème à résoudre est immense.

Et j'ajoute qu'il n'est pas a l'ordre du jour dans la plupart des instituts de physique théorique , pour la simple raison que la plupart des physiciens et, plus généralement, des universitaires n'imaginent pas qu'il se pose, ne s'étant pas encore vus personnellement contraints, pour interpréter les phénomènes qu'ils étudient dans leurs laboratoires, de reconsidérer les fondements enseignés de leurs connaissances.

162

 

 


 

Comment se déplacent les Ovnis

 

(C'est l'une des raisons pour lesquelles ils refusent de prendre au sérieux l'existence des Ovnis, car celle-ci imposerait une telle révision.) Le projet de la NASA que nous avons cité plus haut vise à modifier cet état de choses et à mobiliser les chercheurs américains. On peut affirmer en tout cas qu'il n'a pu encore, en si peu de temps, aboutir à l'objectif recherché qui est la création d'une nouvelle physique pouvant nous donner les clefs du voyage interstellaire ultrarapide.

Il faut se pénétrer du fait que les conditions d une telle création n'ont strictement rien à voir avec celles qui sont requises pour la réalisation d'un projet technologique comme le fut le Manhattan Project. Tout d abord, la politique du secret est ici impensable. Tous les physiciens théoriciens se connaissent personnellement, échangent leurs idées, publient leurs travaux au grand jour, se rencontrent à l'occasion des congrès scientifiques internationaux. C'est la condition même de leur créativité. Imposer le secret total à ceux d'entre eux qui passeraient des contrats avec l'Armée, au pire les  parquer  dans des bases secrètes en plein désert pour; qu'ils ne puissent communiquer avec leurs collègues du monde entier, serait à la fois préjudiciable à leur productivité et totalement irréaliste. Le physicien théoricien travaille entouré d'ouvrages et de revues spécialisées et n'a besoin que de papier, d'un stylo, de son sens de l'intuition, de sa maîtrise de l'outils mathématique et, enfin (de nos jours), d'un puissant ordinateur pour tester numériquement les conséquences tirées de ses modèles.

163

 


 

l'hypothèse de la soucoupe volante extraterrestre est rejetée,parce qu'on en a donné au départ une définition étriquée (nuts and bolts: tôles et boulons ) qui ne correspond pas à ce qu'on observe en réalité. Oui, les soucoupes volantes ne nous apparaissent pas toujours comme des engins au sens où nous l'entendons sur la Terre ; oui, on ne les voit qu'exceptionnellement dans l'espace circumterrestre, encore que cette affirmation doive être relativisée ; .oui, elles peuvent parfois apparaître ou disparaître brusquement sur place, comme si elles passaient provisoirement dans une  autre , dimension. Et alors ! Qu'Aimé Michel influencé par Vallée et prenant conscience de tous ces aspects déroutants des Ovnis, ait préféré rejeter leur nature d'engins extraterrestres plutôt que de la formuler autrement, m'apparut et me paraît toujours incompréhensible. Car c'est bien lui qui, le premier, et avec quelle clarté d'esprit, avait su nous montrer que, confrontés à des êtres du cosmos nous dépassant par l'intelligence, ou pour mieux dire par le niveau de la pensée, à la façon dont notre pensée humaine transcende celle des animaux, nous ne pourrions que trouver  magiques  leurs réalisations matérielles, et pour une part incompréhensible, parce qu'informulable, leur comportement à notre égard. Sans même aller si loin, des Ovnis conçus par des extraterrestres ne nous dépassant pas par les facultés intellectuelles, mais qui seraient seulement en avance sur nous de quelques milliers d'années dans le domaine de la physique fondamentale et de la technologie, poseraient à notre compréhension immédiate un très grand nombre de problèmes insurmontables.

256