L' Extrait de "SCIENCE ET AVENIR" ci-dessous ( juin 2002 ) engage les travaux de CASAR résolument dans la postérité

_________________________

L'adieu aux trous noirs

Au lieu d'être des" trous" ces nouvelles étoiles théoriques seraient plutôt des bulles

Le concept de trou noir? Une vieillerie du xixe siècle, obsolète,affirment deux physiciens américains . Ils proposent de le remplacer par un nouvel astre plus conforme aux observations, la gravastar.

 

 

Vous connaissiez les trous noirs? Oubliez-les. Ou plutôt, reléguez-les au rayon des antiquités pour les remplacer par de drôles d'oiseaux astronomiques : les gravastars. C'est du moins ce que pensent deux physiciens américains, Emil Mottola, du Los Alamos National Laboratory, et Pawel Mazur, de l'université de Caroline du Sud.

Arguant que le concept des trous noirs date du début du XXe siècle, à une époque où la physique quantique n'existait pas, ils estiment que ce concept est obsolète et proposent un nouveau type d'astre plus conforme

aux dernières découvertes.

Souvenez-vous, les trous noirs étaient décrits comme des cadavres d'étoiles massives qui se seraient effondrées sur elles mêmes pour se confiner en un minuscule espace, dont la puissance gravitationnelle serait telle que rien ne leur échapperait, pas même la lumière. Ce qui signifie que personne, jamais, ne pourra les voir , et encore moins détenir la preuve définitive de leur existence. Ils pourraient même ne pas exister du tout. Les objets que nous avons rangés, jusqu'à présent sur l'étagère des trous noirs devraient alors être re-étiquetés "gravastars", Selon la nouvelle théorie de Mottola et Mazur.

Au lieu d'êtrc des trous dans l'espace-temps où la matière disparaîtrait. vers une autre dimension, ces nouvelles étoiles théoriques seraient plutôt des bulles. Soit un vide sphérique cerné par une forme de matière

extrêmement résistante, jamais expérimentée sur Terre.

Reprenant le modèle de formation des trous noirs, les deux physiciens suggèrent que , si le processus d'effondrement prend place effectivement au sein des étoiles les plus massives en fin de vie, cet effondrement ne s'effectue que jusqu'à un certain point. Parvenue à cette limite, l'intense gravité qui règne déjà au sein de l'étoile agonisante transforme la matière stellaire en quelque chose apparenté aux condensats de Bose-Einstein (voir Sciences et Aven i r N° 661).

Ces condensats ont été observés récemment dans des laboratoires terrestres lorsque la matière est refroidie à la limite du zéro absolu. Les particules subatomiques sont comme "gelées" et cessent tout mouvement. La matière entre alors dans une phase étrange, où tous les atomes atteignent. le même état énergétique et fusionnent

en une bulle appelée superatome. Selon le scénario de formation des gravastars, la matière de l'étoile mourante crée extérieurement une carapace de matière fine, froide et sombre à l'extrême, théoriquement indestructible. Intérieurement, lan ouvelle forme d'énergie gravitationnelle est semblable à un condensat de Bose-Einstein à grande échelle, même si cela apparaît comme étant une bulle de vide.

Une apparence qui a donné son nom à la gravastar :Gra (pour gravitationnel), Va (pour vacuum) ou vide en anglais scientifique), Star (étoile).

Toute chose s'en approchant serait capturée par son attraction gravitationnelle et viendrait s'écraser sur sa coquille, à laquelle elle s'incorporerait. Cependant, à la différence des trous noirs, l'intégration de ces corps étrangers se traduirait par l'émission d'une forme d'énergie, ce qui ferait des gravastars de puissants émetteurs énergétiques. Pour l'heure, cette théorie a pour avantage de gommer les incompatibilités de plus en plus gênantes qui existent entre les trous noirs et la mécanique quantique.

 

Sylvie Rouat 

·SCIENCES ET AVENIR -JUIN 2002