Messages reçus en janvier et février 2002

 

Bonjour Monsieur,

 

Je viens de passer l'après midi sur votre site, je dois dire que j'admire le travail que vous avez effectué. J'ai appris bon nombre de choses que j'ignorais. A mon avis vous êtes plus proches que d'autres de la piste scientifique du XXI siècle.

En fait je suis arrivé chez vous par un drôle de détour, j'ai entendu J.P.Petit (vous connaissez, les ummites ! ) sur Europe 1. alors je suis allé me renseigner (quelle merveille qu'Internet). Et puis au fil des liens et des discussions sur les pros et cons de la MHD je suis arrivé au Microscope.

Je suis physicien de formation passé dans les statistiques après quelques aléas qui ne sont pas sans relations avec le manque d'ouverture d'esprit de certains confrères à qui la nouveauté exogène hérisse le poil. Dans ma "jeunesse" disons dans les années 80 j'ai eu le loisir de réfléchir sur la gravitation (le livre de Misner Thorne Wheeler "Gravitation" a été un temps ma passion et les calculs de la théorie relativiste y sont extraordinairement clairs). J'avais aussi un intérêt spécial pour les ouvrages de Koestler sur la synchronicité, et les oeuvres des grands quanticiens comme Louis de Broglie. Ce qui m'intéressait (et m'intéresse toujours au fond) c'était d'établir un schéma cohérent pour la compréhension du comportement quantique et de la nature de l'espace physique au sens large. J'avais pour moi même rédigé quelques lignes théoriques sur lesquelles je n'ai pas publié car, outre qu'elles sont insuffisamment formalisées, je pense qu'elles ne m'auraient, en l'état, apporté que désagréments. Cependant je pense qu'elles pourraient peut être ajouter un brin au fil conducteur de vos recherches qui ont, à mon sens une cohérence que l'on ne trouve pas partout.

Je suis ouvert à toute discussion sans polémique (il y a des chercheurs qui ont parfois des manières déplaisantes dans ce domaine).

L'heure un peu tardive, me force à mettre un terme à ce courrier, mais je serai ravi de pouvoir discuter avec vous de ces sujets.

---------------------------------------------------------------

REPONSE GATTI

Enchanté de faire votre connaissance. J'ai pris connaissance de votre message avec beaucoup de satisfaction.

Je pense que l'apport scientifique que vous pourriez apporter a mes recherches pourrait serieusement valoriser l'image de marque de mes travaux auprès des chercheurs ; qu'ils soient parapsychologues , psychologues ou physiciens. Vous vous doutez bien qu'une synthèse venant d'un autodidacte est difficile a faire passer. Cette synthèse (ambitieuse ) visant a rassembler les différentes disciplines balbutiantes ne pourrait qu'ouvrir les yeux a bon nombre de présomptueux qui s'imaginent tout savoir mais s'évertuent pourtant à croupir dans leur spécialité en s' accrochant désespérément a cloisonner les disciplines au lieu de faire exploser des barrieres qui n'ont plus lieu d'etre.La grande l'unification de la parapsychologie et de la physique est en marche et personne ne pourra l'arreter.

Beaucoup de chercheurs n'ont pas conscience des opportunités fantastiques qui se profilent a l'horizon .Ils ne se doutent même pas qu'une ouverture sur les spécialités voisines ferait faire un bond en avant à la connaissance tout en assurant leur postérité.(je parle surtout des parapsychologues)

Je suis a votre entière disposition pour discuter de ces questions qui pour le moment tournent autour de la physique quantique. Tous les éléments valorisants les grandes lignes du projet RIOM que vous pourrez apporter seront pris en compte avec soin .

NB: Peut être pourriez vous m'aider a formuler la (délicate) requête officielle que j'envisage de faire aux physiciens de l'optoélectronique d'ici quelques mois : M106

En vous remerciant d'avance chaleureusement soyez assuré de ma sincère considération

Gatti Francis

---------------------------------------------------

Monsieur,

Merci de votre réponse si rapide. Je pense que votre travail a une valeur spéciale justement parce que venant d'un autodidacte il peut se permettre de rassembler et d'oser des rapprochements que les spécialistes prisonniers d'un système ou de contraintes professionnelles ne peuvent aisément se permettre.

J'ai fait une lecture attentive toute l'après midi d'hier, je n'ai donc pas tout lu, la présentation internet ayant d'ailleurs, outre ses avantages, l'inconvénient parfois de trop ramifier l'information.

Encore un peu à chaud je peux articuler cette lettre en deux parties, la première un peu décousue fait état de quelques réflexions sur divers points et interrogations. La seconde est un peu plus structurée concernant mon propre cheminement dans des directions qui ont in fine des points d'attache avec les vôtres.

Parmi les points divers qui ont retenu mon attention il y a les suivants.

La question de la foudre en boule me paraît spécialement intéressante, je dois avouer que votre site a déclenché une ligne d'idées qui ne m'avait pas effleuré auparavant. J'ai complété rapidement la lecture sur ce phénomère, certains sites en français sont très bien faits. Mon sens physique vaut ce qu'il vaut, mais les descriptions proposées me font penser à l'association qui suit :

Je pense qu'il s'agit d'un phénomène de plasma ionisé, les conditions génératrices et certains traits d'aspects laissent à penser cela. L'interprétation chimique me paraît trop compliquée et dépendante de conditions particulières (présence de substances solides) pour être d'emblée convaincante. Dans l'hypothèse plasmatique, il y a plusieurs problèmes quand même : il faut stabiliser le plasma, et certaines propriétés non destructives (passage sans bris) optionnelles posent question.

On peut penser à une stabilisation par un phénomène de "vortex tridimensionnel fractal", pourquoi ce terme barbare ? Un vortex habituel, gazeux ou liquide possède un axe de rotation et un plan perpendiculaire dans lequel les particules en mouvement tournent sans s'éloigner, quoiqu'elles puissent se déplacer le long du tube de vortex. Pour transposer ce concept de tourbillon de sorte qu'un confinement tridimensionnel existe, on peut envisager la situation dans laquelle l'axe de vorticité se brise en de multiples ramifications de plus en plus fines de sorte que l'ensemble fortement turbulent soit magnétohydrodynamiquement stable (j'ai vu une publication qui semble prendre cette optique). Cette vision a été déjà proposée sous une forme apparentée au soliton.

Cette descente troubillonnaire à caractère hydrodynamique et électromagnétique est une structure chaotique dont les plus fins détails vont sans doute jusqu'au niveau atomique (c'est le cas pour la dissipation turbulente). A mon sens c'est une indication que des effets quantiques peuvent remonter sur cette structure, je pense à cette idée de cohérence quantique macroscopique. Cet aspect de cohérence donnant un caractère ondulatoire à la structure pourrait expliquer les passages non destructifs (un peu comme le son passe, plus ou moins atténué, les parois), et sans doute quelques aspects de luminosité et de température possiblement modérées.

Je suis conscient du raccourci et du caractère hypothétique, mais il y a une ligne d'idées assez simple qui se défend quand on propose ceci : la foudre globulaire est peut être un exemple d'ilôt macroquantique partiellement cohérent résultant d'une structure de plasma ionisé stable et à forte turbulence.

Je vais approfondir la question en me documentant plus avant.

Concernant la lévitation y a t'il des indications sur ceci : les corps lévitants sont ils faciles à déplacer ou semblent ils verrouillés dans l'espace ? y a t'il des témoignages crédibles sur cet aspect, un témoin a t'il essayé de pousser un lévitant (peut être pas au vu des conditions, rares et particulières d'occurrence, vous vous voyez à pousser Saint Quelquechose pour voir s'il est bien arrimé à l'espace ? ). Pourtant c'est un aspect physique intéressant du point de vue de l'inertie (si j'avais un lévitant sous la main, j'essayerais bien).

Concernant les OVNI, il serait très intéressant de savoir sur quelle base les observateurs disent qu'un objet discoïdal tourne. Est ce la présence de plages lumineuses en rotation ? ou bien une texture défilante ? Sur un objet parfaitement lisse, la rotation est difficilement détectable. Avoir des éléments pour savoir s'il s'agit d'une rotation solide, ou d'une apparence visuelle découlant d'autre chose que d'un mouvement solide est important.

Dans ce domaine je suis avec vous plus que sceptique (le mot est faible) sur la MHD. Pour une raison simple et peu explicitée : peut on raisonnablement déplacer autant d'air ionisé qu'un réacteur d'avion éjecte de gaz ? j'en doute sincèrement. Si OVNI il y a (et ça je pense qu'il y a réellement quelque chose au moins par un témoignage direct d'un ancien sous marinier qui n'a rien d'un farfelu), il y a une connexion avec la gravito-quantique.

C'est la raison pour laquelle il y a je pense aussi une large part d'informations fausses (description de systèmes apparemment simplistes comme la cabine à engrenages) concernant les soucoupes dit on récupérées avec leurs occupants par les états-unis. Si une telle récupération est exacte, on peut se demander ce qu'il en a été retiré. Peut être pas grand chose finalement s'il s'agit de quelquechose de réellement en avance. Imaginez un ordinateur donné à démonter au Moyen Age, je ne suis pas sûr que l'information retirée eut été grande.

En seconde partie, je me focaliserai sur un point plus spécialement qui m'a été l'occasion de beaucoup de réflexion. dans les années 80 je me suis passionné pour à la fois la mécanique ondulatoire de L de Broglie et la gravitation. L'origine de cet intérêt est plus ancienne, en fait tout jeune j'ai moi aussi rêvé d'avoir un véhicule silencieux, rapide évoluant en trois dimensions, je me rappelle que j'appelai cela le moteur à soliton gravitationnel avec mon frère. Ah jeunesse.

La réflexion conjointe MO + G m'a amené assez rapidement à des idées quelque peu similaires à de celles de Penrose : il faut se donner (décrire) un "substratum" sous jacent dont les actions mutuelles reproduisent tout à la fois la structure spatiale et les structures matérielles. J'avais écrit quelques années plus tard vers 84 et pour ma propre mémoire, un petit livret titré "Théorie des actions élémentaires" parce que l'action y était un ingrédient de base reliant des entités élémentaires à une seule caractéristique binaire (wheeler avait lancé "an idea for an idea" avec la logique des propositions comme sub géométrodynamique).

Le développement mathématique est malheureusement resté très faible, mais il y a des idées forces qui bien qu'intuitives donnent bien des éléments pour comprendre le comportement quantique, la notion d'espace, les effets relativistes, et inférer une richesse assez insoupçonnable de l'univers physique.

En quelques traits :

* Je postule l'existence d'éléments fondamentaux (e.f.) pourvus d'une seule caractéristique binaire à deux états + et -. Ces e.f. sont par nature non localisés dans l'espace puisqu'ils le constitue par leurs relations.

* Les changements d'états de ces e.f. sont corrélés (sans notion de causalité, le temps n'existant pas plus que l'espace pour les e.f.). Mais les changements d'états forment par leur alternance au long de la continuité existentielle d'un e.f. une suite ordonnée d'alternances d'état. Cette corrélation entre basculements est assimilée au quantum d'action. Pour donner une image, l'espace des e.f. pourvus d'actions ressemble à une feutrine dont les fibres sont les fils existentiels des e.f et les entrecroisements les échanges d'action. (on peut donner une description mathématique assez simple de cela).

* Les structures physiques sont des assemblages d'e.f. dont la dynamique d'action définit la structure, les propriétés géométriques etc.

* La permanence des structures implique une pseudo périodicité de l'état global descriptif de la structure dynamique dans un espace de configuration. On est conduit à l'existence de la pulsation particulaire, manifestation de la stabilité d'état d'une structure dynamique constituée d'e.f. non locaux. La dynamique d'action met en jeu une puissance d'action résultant de l'intensité de ses échanges dynamiques (l'énergie comme puissance d'action). Le resserrement de la période de pulsation particulaire en proportion de l'intensité de la dynamique d'action est alors le fondement de la relation E=Hv.

* L'espace est défini par des processus de franchissement (propagation de structures et altération de relations d'action). On est conduit à une définition relationnelle des lieux. La relation de de Broglie "p=h_barre k" est alors interprétable en insérant dans la dynamique d'état à fréquence v une composante d'altération d'état en relation avec le changement de lieu. (La définition relationnelle est d'une extrême richesse puisque la notion de distance dépend des relations éventuellement très structurées. En d'autres termes une structure peut être à la fois loin d'une autre sur certains aspects, ses relations d'action étant faibles dans ces aspects, et proches sur d'autre plans les relations d'action y étant plus intenses). La notion usuelle d'espace-temps est alors la résultante moyenne restant lorque les spécificités structurelles et les modalités diversifiées de distance sont mêlées et moyennées. L'espace temps n'est alors qu'une perception moyenne non spécifique des structures. Ce simple effet moyen est à mon sens une des raisons pour lesquelles les simples masses "n'accrochent" pas assez l'espace pour former des ondes de gravitation d'amplitude acceptable sans aller à des extrêmes mécaniques.

* Dans ce cadre, certains effets relativistes comme l'augmentation de masse d'un corps C en mouvement rapide et sa contraction longitudinale s'expliquent intuitivement par la polarisation des échanges d'action dans la direction du mouvement qui à intensité d'échange interne constante pour C se traduit par un effacement des échanges latéraux (contraction) et une prise à l'action modificatrice réduite (inertie en augmentation).

C'est ce fil de réflexion et de conceptions qui me fait accepter comme tout à fait crédible, et même très probable, l'existence de modes matériels diversifiés et plus ou moins "ondulatoires" ou "évanescents" ainsi que la possibilité d'accrocher plus efficacement l'espace-temps et de le définir d'une façon plus raffinée que ne le suggère la simple relation entre le tenseur d'Einstein et celui d'énergie impulsion. En fait je pense qu'il y aura une technologie fine du contrôle géométrodynamique. Mais le problème auquel je n'ai pu apporter de réponse, malgré moultes réflexions et quelques tentatives expérimentales, c'est de trouver au moins un ensemble de conditions expérimentales pas trop compliquées dans lequel on puisse montrer la validité de ces conceptions.

Les recherches sur le contrôle de cohérence quantique sont sans doute une partie de l'ouverture, j'ai le sentiment que c'est votre conviction, et je pense que vous êtes dans le vrai. Je pense aussi qu'il manque cependant un ingrédient que je suggérerai comme la transmission hiérachique au travers d'une structure complexe partiellement aléatoire quoiqu'organisée, je pense aux structures fractales. Je ne suis sûrement pas le seul à avoir ce genre d'intuition. Mais les réalisations effectives ne sautent pas aux yeux. J'ai longtemps pensé aussi que les ordinateurs nous apporteraient un soutien dans leur capacité de collecte et de restitution rapide et multi voies de signaux complexes, l'avenir le dira. En finissant ainsi je ne peux m'empêcher de revenir à la réflexion de départ sur la foudre globulaire, c'est bizarre, cette association d'idée me trouble.

Vous me parlez de requête auprès des optroniciens, j'ai lu la page M106.htm, est ce à elle que vous faites référence ? Si je puis, dans la mesure de mes moyens intellectuels et de mon temps disponible vous apporter quelque aide, ce sera avec plaisir. Peut être les rélexions ci dessus valent t'elles d'être rendues visibles et catalyseront elles d'autres idées plus déterminantes.

Tout au plaisir de suivre ces discussions, et très cordialement,

---------------------------------------------------------

 

 

REPONSE GATTI:

Je dois tout d'abord vous assurer de ma discrétion au sujet de votre identité ou de vos activités professionnelles qui ne seront a aucun moment publiée sur mon site. Ceci afin de lever tous risque de désagréments vis a vis "des autorités de tutelle" qui sont assez susceptibles et capables des pires coups tordus vis a vis des gens lucides qui s'aventurent dans le paranormal. Ce fut le cas pour JPP et bien d'autres qui acceptent de débattre avec moi sous cette condition de minimum de discrétion.

En ce qui concerne la foudre en boule nous nous situons dans le domaine des hautes énergies et je ne suis pas étonné que ce dossier vous interpelle fortement. Ce qui est intéressant ici c'est le fait que certaines foudres en boule traversent des cloisons , (des murs , des vitres de fenêtres ou des carlingues d'avion ) sans détériorer ces obstacles matériel qu'elles semblent "ignorer" magistralement .

Ce point relativement paranormal avait attiré mon attention des le début de mes recherches , j'en avais fait état dans une de mes premières publication mal écrite (mais écrite tout de même)de "Microscope". Depuis ce temps mon optique a bien évoluée et je comprends mieux de quoi il est question.

La physique quantique est très probablement responsable ( comme vous le suggérez ) de cette anomalie incroyable mais vraie ; un objet semble en traverser un autre sans qu'aucune détérioration n'apparaisse; ni pour l'objet traversant , ni pour l'objet traversé.

C'est ce que j'ai naïvement appelé LA TRANSMATERIALITE dans mes dossiers sur site et je suis agréablement surpris de l'explication que vous en donnez car votre approche cadre tout a fait bien avec ce que je pensais sans pouvoir le formaliser .

Cette explication rejoint bien le fait que la "transmaterialité" en haute énergie tendrait a prouver qu'elle est possible AUSSI au niveau des basses énergie. Ce ne sont pas les exemples (précis et extrêmement fiables: provenant de Manning par exemple) au niveau des témoignages paranormaux qui manquent.

Dans les deux cas (haute et basse énergie) le principe et lié a la MQ vous vous en doutez bien.

La difference de taille entre les deux extremes de l'echelle des energies (haute et basse) c'est que si la foudre en boule plamoide reste intact apres son passage au travers d'une cloison ce n'est pas un scoop pour le commun des mortels.Par contre si un objet usuel quelconque (voir transmaterialité dans le dossier M104 ) se retrouve intact apres avoir traversé un mur (sans faire de trou de ans ce mur); alors là c'est un vrai scoop a la portée des plus idiots de ce monde.

Je pense que ce genre d'information devrait pouser les jeunes a faire de la physique fondamentale et inciter les sceptiques ringards a faire preuve d'un peu plus d'imagination.

Nous en reparlerons dans mon prochain message et si vous le voulez bien nous passerons au crible les autres points dont vous parlez.(levitation et OVNI)

A bientôt et au plaisir de converser utilement avec vous

Francis GATTI

-------------------------------------------------------

Bonjour,

Merci de votre réponse et de la discrétion dont vous acceptez de faire preuve. Maintenant, je suis universitaire depuis près de 20 ans et j'ai toujours eu le double défaut (du point de vue de l'efficacité immédiate) d'être plutôt un intuitif curieux et de ne publier que ce qui me paraît vraiment intéressant, donc peu. Je me considère donc de toutes façons comme un peu "grillé" du point de vue carrière, mais baste ! Par contre dans ces domaines frontières, il est parfois bien difficile de discerner la réalité de l'affabulation. Certains récits présentés comme réels font l'effet d'histoires de science fiction (et le sont probablement ! cf.les histoires de Montauk ...). Ce qui m'a plu dans votre approche c'est une attitude analytique qui essaye de séparer le vrai du faux. C'est indispensable dans ce domaine, même si c'est difficile, car le progrès scientifique est quand même un progrès en savoir et en savoir faire, pas en littérature de fiction. Le tout est de faire preuve d'honnêteté intellectuelle, savoir reconnaître que l'on ignore des choses, que d'autres semblent connues et que l'imagination est un autre domaine, riche, mais autre. Il est aussi appréciable d'utiliser les calculs dans la mesure du possible et sans excès inutile (je ne suis pas un fanatique de l'équation, au contraire, mais quelques calculs physiques, ordres de grandeurs, comparaisons avec du connu, explications aussi claires que faire se peut, c'est important).

Vos réflexions m'ont convaincu de faire une chose que j'ai longtemps différée, écrire un article sur la ligne de réflexion que j'ai poursuivie depuis les années 80. Je vais tâcher de l'envoyer à Bio-Math petite revue pleine d'intérêt qui accepte des points de vue originaux sans descendre les auteurs. (j'y ai publié timidement un petit texte de 8 pages en relation avec mes idées "Sur une relation entre progression de non localité et taille des entités biologiques" en 1994 N127 pp 5-12). Je vous en enverrai une copie électronique dès que j'aurai retrouvé le fichier.

Je continue de me documenter sur la foudre globulaire, je tâcherai de vous donner mon sentiment sur les propositions théoriques faites, je suis un peu sceptique sur l'interprétation de Kapitsa (maser atmosphérique). Curieusement il est presque plus difficile de trouver des travaux sur la plus immédiate interprétation du phénomène : y a t'il une configuration magnéto-électro-hydrodynamique d'un gaz ionisé chargé qui soit stable (métastabilité globulaire) non convective (pas d'ascension) quoique fortement turbulente (le rapprochement entre tornades et foudre globulaire est intéressant, souvenez vous de ma suggestion concernant la vorticité) ; et quelles sont les propriétés de cette configuration particulière de circulation fermée de charges dans le champ électromagnétique inhomogène et sans doute auto homothétique (fractalité turbulente). La résolution technique de ce problème n'est certainement pas simple, il est peut être plus facile d'imaginer autre chose comme le laser UHF dans des km3 d'air (!?).

J'ai vu votre question à M. Levy s'agissant de la masse d'un condensat bosonique d'atomes. Je serais curieux de connaître sa réponse, je ne pense pas qu'il y ait de réponse immédiate. Mon premier sentiment serait que non tant que le condensat quoique non local est peu étendu. Si le condensat était si étendu que l'intensité de la gravitation n'y puisse être homogène, je dirais que la masse apparente peut changer. Mais à y bien penser c'est plus compliqué et je dirais en fait que tout dépend de la relation que le condensat entretient avec l'extérieur (c'est un peu sybillin, je pourrais expliciter un peu ma pensée mais ce serait un peu long).

En fait ma question concernant la lévitation est un peu liée à ces considérations, je ne sais pas si vous avez quelques informations sur l'inertie du lévitant, mais ces informations sont des indices physiques très intéressants : il est serait très différent qu'un lévitant devienne léger au point que seul un plafond l'arrête, ou qu'il prenne une situation ferme verrouillé dans l'espace, ou encore que tout en étant faiblement inerte (facile à déplacer) il ait une altitude d'équilibre. Je serais vraiment éclairé par une réponse à cette question.

L'interprétation supraconductive de la lévitation humaine me convainc peu (un éventuel tenant de l'hypothèse devrait essayer de donner quelques calculs sur la base de ce que l'on connaît, si de tels calculs arrivent à des absurdités c'est qu'il y a autre chose et peut être d'autre noms à inventer). L'intervention du diamagnétisme soulève le doute, on peut en discuter, mais je me souviens du cylindre de bismuth en TP dans l'électro-aimant, ça ne subit pas de grande poussée même dans 1 Tesla, alors que dire dans le champ terrestre si faible et si homogène à notre échelle ! Et puis c'est une poussée hors du gradient de champ magnétique. En lévitation humaine, pour moi il y a autre chose en relation avec un état de cohérence interne du sujet vis à vis de lui même et de son environnement.

Pour la question des ovni, je persiste sur cette question de rotation, car là aussi il y a un indice physique important : Des intuitions complètement différentes pourraient être développées suivant qu'une rotation solide est fortement suspectée ou bien qu'une impression de rotation qui peut résulter de commutations est plus probable. Je suis un peu sceptique sur la simple rotation solide d'un vaisseau spécialement pour expliquer la propulsion (je n'exclue pas, la nature du solide tournant peut changer beaucoup de choses, mais, il y a d'autres éléments physiques envisageables dans le domaine des champs commutés).

J'aimerais avoir votre avis sur ces deux aspects si vous le voulez bien : inertie du lévitant et rotation des ovni. Malgré les apparences, ces deux points ont dans mon esprit quelque chose à voir avec ce que vous appelez transmatérialité. Je tâche de mettre en forme un petit document sur mes réflexions à soumettre à Bio-Math et je vous en enverrai une copie, cela vous aidera sans doute à apprécier la connexion entre les points ci dessus et l'existence d'états matériels évanescents.

Avec l'expression de mon plus profond respect,

-----------------------------------------------------------------------

 

REPONSE GATTI

1) les materialisations:

Comme je vous l'ai souligné dans mon dernier message je me limite a faire des recherches au niveau des basses énergies parce que je pense que les "transferts" (ou teletransports) d'objets.

Les objets poltergeist sont de cette veine (qui concernent certains cas de psychokinèse) , ils sont en relation avec une quantité inimaginable de phénomènes paranormaux qui englobent AUSSI du transfert d'information Par le même procédé en relation avec une radiation du cerveau humain de l'information dont l'origine indéterminée nous arrive:

- les matérialisations d'objets dans un local vide sont manifestement en rapport avec un changement brusque faisant que l'objet sous une forme non matérielle prend subitement sa forme matérielle. La MQ expliquerait merveilleusement bien ce phénomène si on se réfère aux expériences récentes sur la condensation BOSE EINSTEIN (BEC) surtout la technologie du laser à atomes.

- Le même procédé (que je suppose ondulatoire) pourrait avoir des variantes impliquant des sons pour générer des bruits et des voix

- De même que des impulsions mécaniques extrêmement faibles seraient aussi possibles a distance par ce procédé (naturel) , celles-ci pourraient générer de l'écriture automatique, faire bouger des objets de toutes tailles. ou generer des torsions de metaux

- Dautres phenomenes ayant la meme origines existent , ils nous echappent car ils concernent des modification infimes de structures atomiques modifiant les metaux ou les compositions chimiques

2) La lévitation:

Le levitant se comporte de la même manière qu'un ludion dans une bouteille d'eau. Je suis complètement en accord avec vous pour que le physicien s'inspire des indices que donnent les témoins de lévitation qui sont légion. Le levitant est en constante vibration et il peut emporter avec lui une autre personne si celle-ci lui donne la main. L'histoire n'est pas avare de renseignements sur ce phénomène mais les scientifiques continuent a nier ce phénomène. Pour ma part la question ne se discute même pas étant donné le nombre de témoignages connus qui sont impossibles a réfuter en bloc. J'ai proposé une explication en relation avec le diamagnétisme mais c'était un exercice de style faisant intervenir la théorie BCS. Nous dirons qu'en attendant mieux, c'est la moins mauvaise des solutions.

La théorie Bardeen Cooper Schrieffer est très "intéressante" ; a travers elle ce sont surtout les phonons ( les sons au sein de la matière) qui sont à exploiter tout comme la résonance et les harmoniques.

Vous trouverez mes informations concernant la lévitation au chapitre 7 de mon premier ouvrage sur site.

http://perso.wanadoo.fr/casar/chap7.htm

en cas de mauvais fonctionnement du lien reprendre la page d'accueil http://perso.wanadoo.fr/casar et chercher le chapitre 7

3) LES OVNIs

Les masses solides tournantes sont une constante importante du dossier OVNI. Ce qui est paradoxal étant donné que la résistance de matériaux interdit ce genre de performance. En effet selon les témoins la masse tournante est amenée a des vitesses folles avec changement de couleur lié a l'impressionnante accélération de cette masse. Selon moi, il y a une composante gravitationnelle qui nous échappe complètement et qui doit protéger le rotor tournant. Les rotors sembles utilisés extrêmement souvent , car ils sont souvent visibles depuis l'extérieur par une grande masse tournante située sous la machine ou faisant partie de la machine. Ils sont parfois décrits a l'intérieur de la machine. Les couleurs changeantes en rotation visibles a l'intérieur sont aussi souvent décrites. Pour ma part les machines ayant une masse tournantes ont un bel avenir .Ces machines sont en relation avec la production d'énergie , c'est pourquoi ,avant de penser a faire des soucoupes pour se balader , les terriens exploiteront des machines de ce type qui remplaceront très avantageusement les centrales nucléaires et les éoliennes ridiculement improductives.

4)La foudre en boule:

Les recherches sur la foudre en boule sont intéressantes ; elles pourraient donner des indication fort utiles sur le comportement des particules dans des états de la matière qui nous sont inconnus actuellement . Il n'empêche que les très hautes énergies impliquent la destruction de tout objet et c'est en cela que je me limite dans les basses énergies (a cause des phénomènes liés au psi qui "manipulent" la matière sans la déstructurer) . Il n'y a pas de mauvaises ou de bonnes recherches ; la foudre en boule est liée elle aussi a des effets quantiques majeurs, c'est pourquoi elle pourrait jouer un grand rôle dans l'explication de beaucoup de phénomènes mystérieux.

Voici quelques adresses où vous pourriez trouver des informations intéressantes sur la foudre en boule.

http://www.sciam.com/askexpert/physics/physics30.html
http://www.australiasevereweather.com/storm_news/2000/docs/0006-02.htm
http://www.geocities.com/jaydshelton/

 

---------------------------------------------------------------

Bonjour Monsieur,

J'ai pris un peu de temps avant de renvoyer un courrier, je voulais terminer le texte dont je vous avais parlé et que j'ai soumis à Bio-Math. Vous en trouverez une copie en fichier attaché. Certains aspects vous paraîtront peut être un peu techniques, mais le texte reste plutôt littéraire (j'essaye assez péniblement de trouver une expression mathématique rigoureuse à ces idées).

L'idée force qui sous tend ces réflexions, c'est le caractère non local naturel des éléments constitutifs du monde physique. La localité est une propriété dérivée d'un ordre relationnel entre structures. Autrement exprimé, cela signifie que subdiviser des objets en éléments localisés de taille de plus en plus petite n'a pas de sens, et qu'au delà d'un certain niveau de décomposition en sous structures, on arrive à des éléments de plus en plus étendus chaotiquement dans l'espace. D'où une sorte de repliement ou rétroversion qui fait que les plus petits éléments du monde physique ont l'étendue de l'univers entier.

La conséquence que j'ai pressentie depuis longtemps mais qui semble assez difficile à formaliser, c'est que la structuration descendante peut aboutir à une mise en ordre remontante dans les échelles macroscopiques lorsqu'elle passe des échelles macroscopiques usuelles en descendant à travers la rétroversion. (je suis désolé, même cela n'est pas très facile à exprimer clairement, donc à comprendre pour quelqu'un d'autre). Cette remontée de structure est à mon avis un effet particulier des structures multi échelles (apparentées aux figures fractales).

Je suis d'accord que le phénomène de foudre en boule est très énergétique et ne tombe pas directement dans vos intérêts, mais je pense que s'il y a une interprétation par l'intervention de phénomènes quantiques ou sub quantique, cela montrerait que la structuration turbulente d'un plasma chargé peut rendre macroscopiques des effets comme peut le faire la structuration d'un être vivant dans le cas des lévitants. L'intérêt est donc de renforcer l'idée de l'intervention des structures multi échelles, et d'inciter à penser que par des moyens peut être plus brutaux ou énergétiques on pourrait obtenir des effets en analogie avec ceux obtenus à moindre coût avec des structures déjà constituées.

Je vous remercie pour les éléments de comportement au sujet des lévitants. Il est capital de collecter ce genre de données rationnelles d'observation concernant ces phénomènes. Le comportement "en ludion" que vous décrivez est assez révélateur : cela suffit pour dire qu'il ne s'agit pas simplement d'annulation de la gravité car si c'était cela, il n'existerait pas "de lieu de prédilection" pour le corps lévitant, ce que les physicient appellent un puits de potentiel. Il semble plutôt que tout en s'extrayant de l'influence géométrique (si l'on prend le point de vue relativiste) des masses environnantes, le lévitant se crée un nouvel environnement géométrique dans lequel il est est faiblement confiné (attiré si l'on parle en terme de force). Cet environnement inhabituel semblant quand même défini par rapport à l'environnement habituel formé des corps massiques alentour (le lévitant ne reste pas dans l'espace sans suivre le mouvement terrestre entre autres).

S'il comme vous me semblez l'affirmer les ovni ont des pièces matérielles en rotation rapide et fortement accélérées, cela pose deux classes de problèmes : certains touchant à la mécanique en ce qui concerne l'inertie, la résistance des matériaux et la conservation du moment angulaire ; d'autres concernant la fonction de ce genre de dispositif (on pense à l'hélice ; par exemple je m'étais posé il y a longtemps la question de la possibilité d'une hélice subquantique en me demandant si le vide pouvait être utilisé comme l'air dans certaines circonstances ; c'est une question liée à la génération efficace d'ondes gravitationnelles : comment "accrocher" la géométrie du vide, si c'est possible ! ).

Je ne sais pas si d'autres personnes ont débattu de ce genre d'idées avec vous, mais si c'était le cas il serait sans doute intéressant de former un groupe d'intérêt informel en français avec des gens ouverts et sérieux. Pour ma part je suis intéressé de discuter des points de vue physique sans a priori dogmatique mais sans faire de la fiction pour elle même et en tenant compte des faits expérimentaux dans les conditions habituelles.

En vous souhaitant bonne lecture, et avec l'expression de mon plus profond respect,

----------------------------------------------

 

J'attache le fichier Biom2002.doc (126Ko).

 

Ce texte scientifique est confidentiel mais il pourrait etre mis a la disposition avec l'accord de l'auteur a toute personne interessée.