Contenu du FAX envoyé le 30/07/03 a Hervé Poirier Journaliste de "science et vie"

 

Monsieur POIRIER vous êtes convié aux EGP

 

Nous avons le plaisir de vous annoncer que notre travail de recherche
poltergeist/physique est en bonne voie. Il suffit de comparer l'article de
"science et vie" ci dessous avec notre communication a l'académie des
sciences faite il y a plus d'un an.
Jugez vous même ! et déduisez en ce qui s'impose : L'affaire Pantel est
authentique. Pendant que les sceptiques doutent ou se moquent , CASAR avance
a grands pas
----------------------------------------------------------------------------

Extrait de "science et vie" N 1031 ( août 2003) page 113
Pourquoi la physique quantique ne s'applique-t-elle pas a notre échelle
C'est un paradoxe, personne n'a jamais vu une table disparaître d'une piece
pour réapparaître dans celle d'a coté, et pourtant d'apres les equations
quantique un tel phénomène se produit couramment pour les particules; y
compris celles de la table...
Pour resoudre ce paradoxe, les physiciens considerent que les phenomenes
quantiques sont si fragiles qu'ils disparaissent a la moindre perturbation
exterieure. Selon cette "theorie de la decoherence" élaborée il y a une
vingtaine d'années, les particules de la table en trop grand nombre pour
etre parfaitement isolées ne seraient plus capables d'etre dans plusieurs
etats a la fois. Mais comment deduire les propriétés de notre table a partir
des principes quantiques? Est- ce lors de ce passage entre monde quantique
et classique qu'émerge l'irréversibilité, inexistante au niveau
microscopique ? L'etude de cette frontiere est aujourd'hui l'objet de toutes
les attentions. Anton ZEILINGER a Vienne a ainsi montré qu'une molécule de
fulleréne composée de 60 atomes exhibe encore (dans des conditions
experimentales draconnienes) ce comportement ondulatoire caracteristique du
monde quantique.Il tente aujourd'hui de repousser ces limites en utilisant
des molecules plus grosses comme l'insuline. En attendant le lien entre les
deux mondes reste largement un mystère.
----------------------------------------------------------------------------
----------

TRAVAUX DE CASAR

Cette communication a été publiée avec ses annexes dans les éditions de
"Microscope" N 108 et 109
________________
Argenton-sur-Creuse le 26/07/02
COMMUNICATION OFFICIELLE A L'ACADEMIE DES SCIENCES
Francis Gatti à Monsieur le secrétaire perpétuel de l'Académie des sciences
J'ai l'honneur de faire part à l'académie de la communication suivante :
Extension possible des effets quantiques mésoscopiques au monde
macroscopique
Cette communication a pour but d'attirer l'attention des physiciens sur le
fait que des phénomènes quantiques à notre échelle de grandeur peuvent
exister exceptionnellement ; c'est à dire au niveau macroscopique. Ils se
comportent de la même manière que les "micro-systèmes" du monde mésoscopique
tels que nous les connaissons au travers des expériences d'optoélectronique
(condensats BEC).
Dans l'état actuel des connaissances en mécanique quantique, il suffit
qu'une information entre ou sorte d'un système quantique pour que celui-ci
soit déstabilisé et change d'état. L'échange d'une seule information entre
ce système et le milieu dans lequel il se trouve isolé est suffisant pour
provoquer un changement d'état. Si un système se trouve sous état d'onde, il
basculera pour prendre l'état de corpuscule et inversement (la présence d'un
observateur n'est pas nécessaire selon les propos du professeur Roland Omnès
(université Paris XI)
L'hypothèse d'Anton ZEILINGER de l'université de Vienne (Autriche)
concernant la théorie de l'information est pertinente ; selon lui, la cause
effective du changement d'état est en relation avec la nature paire ou
impaire du nombre des informations contenues dans le système quantique. Si
ce nombre est pair, l'ajout ou le retrait d'une information le rendra impair
; c'est pourquoi le transit d'une seule information entre le système
quantique isolé du milieu ambiant (pour une raison psychique X ? liée à JCP)
a pour conséquence immédiate un changement de nature du système (cohérence
ou décohérence c'est à dire, aspect physique ou non physique)
Le changement d'état pour des objets de la vie courante (meubles, bibelots,
etc.) pourrait aussi résulter du transit d'une seule information (entrant ou
sortant du système quantique) ; ceci qu'il soit réel dans le microscopique
ou "virtuel" dans le macroscopique.
L'étude des condensats Bose Einstein démontre que ce n'est pas la quantité
de particules qui est en cause mais la nature paire ou impaire de
l'information définissant le système quantique (quelle que soit la grandeur
de ce dernier) .
En ce qui concerne les systèmes mésoscopiques en laboratoire, les conditions
du changement d'état sont réalisées par abaissement de la température du
condensat provoquant le ralentissement maximum du mouvement brownien ; c'est
à dire un abaissement de l'agitation des particules.
En ce qui concerne les macro-systèmes, ce sont des milliards de milliards
d'atomes et probablement plus encore qui sont en jeu dans la décohérence. La
théorie de l'information structurelle selon Zeilinger nous semble très
réaliste puisqu'elle laisse clairement entendre que le nombre des atomes
n'est pas un obstacle au changement d'état.
Les arguments du Professeur Anton ZEILINGER confirment que la notion de
transfert d'informations entre le système et l'ambiance permet de mieux
comprendre l'ensemble de la théorie. AZ stipule par ses travaux que seule la
quantité d'information est en cause pour déterminer la possibilité d'un
changement d'état. Il confirme que la nature paire ou impaire du nombre
définissant l'information du système est en jeu. La grandeur du système
n'est donc pas un obstacle à la décohérence. Toute la question étant de
savoir si des systèmes quantiques " géants " peuvent exister dans la nature.
Dans le condensat Bose Einstein, les atomes, constitués principalement de
fermions, ne peuvent pas par définition adopter un comportement collectif
permettant un basculement sous forme de méga-ondes.
Pour que l'expérience BEC fonctionne, la quantité d'information lui étant
relative doit être impérativement paire et dans ce cas alors l'ensemble des
atomes constituant le système est assimilé à un ensemble constitué de
bosons. Dans ce cas, l'expérience peut fonctionner car les bosons peuvent
adopter un comportement collectif au même titre que les particules isolées
d'un condensat.
Déclaration de Michel Bitbol spécialiste en physique quantique de l'école
polytechnique de Paris :
" Le physicien et le phénomène expérimental ne sont pas deux entités
séparées avec chacune leur loi internes de fonctionnement mais deux entités
en interaction qui établissent une relation stable. C'est la structure de
cette relation qui est l'objet de la mécanique quantique. C'est pourquoi il
est très prometteur de la comprendre comme une théorie de quantité
d'information disponible au cours d'une expérience"
Les théoriciens du quantique microscopique mettent à juste titre en évidence
l'existence d'une interaction entre l'homme et le système à étudier. Il est
donc clair que le psychisme humain est impliqué fortement. Pour ce qui
concerne les expérience BEC, nous ne comprenons pas du tout où se situe
l'intérêt d'étudier la structure de la relation homme/système dont parle
Michel Bitbol.
Par contre, pour qui concerne le macroquantique qui est l'objet premier de
cette communication, cette notion de relation homme/macrosystème est
primordiale et les théoriciens comme MB parlent bien ici de l'incidence du
psychisme humain dans des expériences de physique quantique.
Nous entrons donc ici par la grande porte dans le monde étrange de la
parapsychologie.
Ayant la chance de connaître un être humain dont le psychisme semble propice
à créer des événements macroquantiques (qui est manifestement l'objet de
dysfonctionnements agissant sur la réalité matérielle de son environnement),
il est de mon devoir de signaler son existence à la communauté scientifique.
Les effets physiques en relation avec son psychisme sont constatables depuis
plus de trente ans ; il ont fait l'objet de nombreux rapports de
gendarmerie, de constats d'huissier et de rapports militaires. Des preuves
matérielles indiscutables existent ; certaines sont forcément entre les
mains du CNRS et je ne m'explique vraiment pas pourquoi elles ne sont pas
exploitées.
Cet homme s'est trouvé à cause de cela en but à la suspicion, aux commérages
de voisins ignorants et à des difficultés professionnelles majeures dans une
société qui n'a jamais voulu admettre la réalité des faits allégués. Je
pense qu'il est temps que l'académie des sciences soit mise au courant des
phénomènes macroquantiques de grande envergure dont il est responsable
inconsciemment ( à son corps défendant, sans savoir pourquoi ni comment).
Ceci afin de réhabiliter sa réputation et la mienne étant donné les attaques
(visant ma respectabilité) dont je suis l'objet depuis que je m'intéresse à
ce sujet sensible.
Les écrits de Jean-Claude Pantel (puisqu'il s'agit de lui) sont une mine
d'or pour les psychologues qui voudront bien prendre cette affaire en main
pour "secourir" les physiciens qui ont ici sérieusement besoin d'aide dans
l'intérêt de l'avancement des connaissances universelles.
J'ai commencé à travailler sur ce dossier paradoxal dans l'intérêt de la
science et dans le mépris le plus complet de l'establishment. Vous aurez
toutes les indications utiles sur mon site Internet :
http://perso.wanadoo.fr/casar/M108.htm
Soyez assuré, monsieur le secrétaire perpétuel de l'Académie des sciences,
de ma sincère considération
Francis Gatti

----------------------------------------------------------------------------
-
Résumé de la communication à l'académie des sciences
- Les informations parasites provenant de l'environnement proche des
particules empêchent tout système macroquantique de se recohérer. Certains
humains particulièrement doués psychiquement (dans des circonstances
particulières extrêmement rares) peuvent annihiler involontairement l'action
de ce flot d'informations parasites. La recohérence devient alors possible
pour des objets macroscopiques . La nature de cette action psychique semble
être une radiation inconnue qui agit sur l'environnement du "médium". Ce
champ (ou cette radiation en relation avec l'émotivité ou l'affectivité)
intéresse la physique fondamentale ; le travail des parapsychologues sera
d'élucider cette énigme.
- Dans l'environnement du "médium", un système clos similaire aux systèmes
quantiques microscopiques peut exister "accidentellement". Si le nombre des
constituants primaires d'un objet est pair rien ne se passe; par contre
lorsque ce nombre est impair, les fermions (négatifs) sont assimilés à des
bosons (positifs) comme dans les condensats BEC . L'inversion brutale de la
charge électrique des fermions provoque alors une déstructuration de la
matière et l'objet disparaît en basculant sous son état ondulatoire. Une
méga-onde, contenant les milliards d'ondes de particules qui elles-mêmes
constituent les milliards de milliards d'atomes de l'objet, prend alors
naissance; ceci pour un temps très court. La réalité physique de
l'environnement du "médium" se trouve bouleversée avec les conséquences
étranges (ou paranormales) que cela implique. L'objet disparaît donc sans
cesser d'exister pour autant. La nature reprend rapidement ses droits et la
décohérence reprend quelques milliardièmes de seconde après.
- Pour un observateur extérieur, des aberrations d'inertie, des aberrations
de déplacement de matière et des aberrations thermiques se manifestent.
Ces aberrations créent un malentendu profond et des polémiques entre
scientifiques, entre parapsychologues, entre scientifiques et
parapsychologues, entre les scientifiques et les témoins de la réalité de
ces faits. Bientôt ces aberrations seront explicitées et tout le monde aura
à y gagner. La raison reprendra ses droits en donnant aux phénomènes
poltergeist la dimension scientifique inestimable qu'ils auraient toujours
dû avoir.