http://www.ovnis.atfreeweb.com/

 

8. Le phénomène poltergeist

Des poltergeist ou " esprits frappeurs " sont souvent associés au phénomène OVNI. Ces manifestations incluent plusieurs composantes :

-Coups frappés et déplacements spontanés d'objets par télékinésie.

-Éclatement d'ampoules, perturbation d'appareils électriques et électroniques, etc.

-Condensation de l’humidité ambiante en gouttes de pluies à l’intérieur d’une habitation, mais aussi objets s’enflammant spontanément.

Ces effets sont très vraisemblablement imputables à la présence d’un champ électromagnétique anormal agissant sur l'environnement des témoins. Ce champ peut être d’origine naturelle ou artificielle ou être rayonné par un des témoins qui est un " sensitif électrique " [AB98 p. 159].

 

Objets ayant disparu ou qui sont retrouvés dans des endroits inhabituels.

Cet effet peut être imputable au comportement inconscient d’un des témoins lorsque celui-ci est victime d’une épilepsie temporale. Cette épilepsie peut être déclenchée par la présence d’un champ électromagnétique auquel le sujet est particulièrement sensible, et elle peut provoquer un comportement " automatique " dont il ne gardera aucun souvenir [AB98 p. 60].

Matérialisation dans notre univers d'un objet qui peut être conservé après coup : il ne s'agirait donc pas d'une vision. Pourrait-il alors s’agir de la condensation d’une forme présente dans un univers parallèle (voir ci-dessous § 11) ?

 

Les poltergeist semblent être générés par le sujet inconsciemment et celui-ci est souvent une adolescente rebelle [LW86 p. 256, citant les travaux d'Alan Gauld]. Le phénomène poltergeist a d’ailleurs parfois le sens de l'humour, par exemple lorsqu’une cascade de sel se matérialise au-dessus d’un plat qui devient ainsi immangeable [LW86 p. 253].

Il est clair cependant que le risque de fraude est très présent dans ce domaine et qu’une supercherie est à suspecter en priorité, surtout en ce qui concerne le déplacement spontané d'objets, leur lévitation ou leur matérialisation supposée.

 

 

10. L'hypothèse extraterrestre (HET)

Cette hypothèse envisage l'existence dans notre univers matériel d'entités d'origine extraterrestre ayant un contact avec les terriens.

Plusieurs raisons rendent cette hypothèse peu probable :

Même si un nombre non négligeable de scientifiques admet statistiquement la probabilité de l'existence d'autres formes de vie, voire d’autres êtres intelligents dans l'univers, les scientifiques nient cependant la possibilité de leur voyage vers la terre du fait de la trop grande distance à parcourir, à moins peut-être d'emprunter des " raccourcis " dans l'espace-temps appelés " trous de ver ", ce qui reste encore très hypothétique.

Les scientifiques rejettent en outre l'aspect anthropomorphe des entités extraterrestres qui respirent sans difficulté notre atmosphère ou dont la marche est étrangement adaptée à la gravité de notre planète [MT91 p. 459, JV90b p. 336-338].

 

Ils déplorent aussi l'inexplicable absence de traces tangibles et convaincantes de leur passage sur terre [GB94 p. 42]. (Malgré cela, on peut pourtant lire qu' " aujourd'hui, la communauté scientifique admet à l'unanimité que ces engins volants appelés OVNI sont d'origine extraterrestre " sur un tract de la secte de Raël !)

Les apparitions des ovnis et de leurs occupants sont bourrées d'incohérences : certains vaisseaux sont archaïques, les études effectuées n'ont pas de sens pour une civilisation qui serait plus avancée que la nôtre, et les entités ont un comportement anthropomorphe, partageant nos sentiments et parlant notre langue avec l’accent local [MT91 p. 459, JV90b p. 336-338].

Les extraterrestres et leurs vaisseaux n'ont souvent pas de réalité matérielle : les vaisseaux peuvent fusionner entre eux ou changer de forme et apparaître ou disparaître soudainement, tandis que les entités peuvent traverser les murs.

Les victimes d’enlèvement décrivent parfois des êtres et des événements qui sont apparus auparavant dans la littérature ou les films de science-fiction [KR92 p. 183-186, citant les travaux de Bertrand Méheust et de Martin Kottmeyer].

Leur source semble donc avoir une origine humaine même lorsque les témoins sont sincères et affirment avoir vu quelque chose de tout à fait réel.

C'est tout le paradoxe du phénomène OVNI. Paul Devereux cite un exemple qui illustre ce paradoxe : le soir même où la télévision britannique diffusait un épisode de Dynasty dans lequel une des héroïnes raconte son enlèvement par des extraterrestres à la peau tannée comme du cuir et qui sentaient la cannelle, une femme vécut un enlèvement similaire. Interrogée deux jours après par les enquêteurs, elle reconnut bien sûr avoir vu l'épisode mais affirma néanmoins que son enlèvement avait été bien réel [KR92 p. 181-182].

Les événements rapportés lors des rencontres du 4ème type sont souvent de caractère onirique et contiennent des éléments loufoques comme dans nos rêves nocturnes. Par exemple, un " lavage de cerveau " peut s’effectuer en extrayant le cerveau pour le laver. Il faut noter que " réel " et " rêve " ne sont pas ici contradictoires : le sujet peut être assis sur une chaise, situation qui lui paraît parfaitement réelle, cette chaise peut se transformer soudain en un fauteuil comme dans un rêve, et ce fauteuil peut aussi lui paraître parfaitement réel. On est alors tenté de croire qu’il s’agit plutôt d’une hallucination. Mais qu’est-ce au juste qu’une hallucination ?

Le cerveau humain est-il si performant qu’il soit capable de recréer intégralement une réalité hallucinatoire ? Ou pourrait-il s’agir plutôt d’une perception d’un autre niveau de réalité ?

11. L'hypothèse de l’univers parallèle (HUP)

Les phénomènes OVNI observés dont on a pu établir qu’ils sont authentiques sont paradoxaux car ils sont le reflet de la croyance et des attentes des témoins. Ils ne correspondent pas à ce qui pourrait provenir d’une réelle civilisation extraterrestre. L’explication suivante tente de résoudre ce paradoxe et de remettre en place toutes les pièces du puzzle. Nous admettons cependant volontiers qu’il ne s’agit pour l’instant que d’une spéculation intellectuelle ne reposant sur aucune preuve formelle.

Dans la Grèce antique, les hommes croyaient à la multitude des dieux grecs, et ils les voyaient parfois dans le ciel. Dans la Bible, les témoins croyaient aux anges et autres manifestations divines, et ils les voyaient parfois dans le ciel, etc. Il existe de multiples témoignages d’apparitions de toutes sortes, jusqu’aux extraterrestres d’aujourd’hui qui correspondent à l’attente contemporaine.

De même, lors des expériences de mort imminente (EMI), le sujet rencontre des paysages ou des êtres qui correspondent à ses attentes et à ses croyances.

Kenneth Ring a démontré qu’il existe un parallèle remarquable entre les EMI et les RR4 (rencontres rapprochées du 4ème type). Les sujets ont un profil psychologique similaire : sujet prédisposé aux perceptions paranormales, éventuellement enfant maltraité ou victime d'abus sexuels et sujet à la dissociation mentale et à l'absorption en lui-même [KR92 p. 128]. L’expérience a une structure similaire [KR92 p. 78].

Les retombées psychophysiologiques sont similaires : syndrome de sensitivité électrique, syndrome de la kundalini… [KR92 p. 131-143] (voir annexe A § III et IV pour la description de ces 2 syndromes). En outre, certaines EMI se terminent… en RR4 et l’on parle alors de " cas hybrides " [KR92 p. 89-91].

Si l'on se tourne vers l'Orient, le Bouddhisme tibétain décrit les expériences qu’un sujet rencontre dans " l’au-delà " après sa mort comme des projections mentales en relation avec le contenu de son psychisme.

En synthétisant ce que l'on sait des EMI, des RR4 et de " l’au-delà " par le Bouddhisme, on peut proposer l'hypothèse suivante :

L'imagination humaine a tendance à générer des " formes pensées " dans " l’au-delà " ou UP (univers parallèle), souvent appelé aujourd'hui " l’Imaginal " à la suite des travaux d'Henri Corbin qui fut inspiré quant à lui par le soufisme [KR92 p. 192, MT91 p. 431-432].

Plus les humains pensent la même chose, plus cette idée se cristallise dans l’UP. Par exemple quand un million d’Américains voient les dessins d’extraterrestre de Betty Andreasson-Luca à la télévision (fig. 11-a), cette forme devient prédominante dans l’UP et les visions ultérieures se standardisent vers ce modèle. Même chose quand un million d’Américains lisent un roman de science-fiction où le héros est enlevé à bord d’une soucoupe pour y subir des examens médicaux. Etc.

L’UP contiendrait donc les projections mentales de l’humanité, son " inconscient collectif ", et ses " archétypes " [cf MT91 p. 462 citant une hypothèse de Carl G. Jung sur les soucoupes volantes].

La nature des visions de l’UP

Si les visions de l’UP sont des projections mentales , elles résistent cependant à la volonté du sujet de les modifier. Il y faut un minimum de foi. Le sujet est tellement convaincu que ce qu’il observe est " réel " [KR92 p. 80 pour les EMI, p. 69-70 pour les RR4] qu’il ne s’imagine pas capable de pouvoir le modifier par la seule force de sa volonté.

En outre, si le sujet n’est pas seul conscient de la scène qu’il observe, il ne peut la modifier que si les autres observateurs ne résistent pas à cette modification.

Les mystiques pour leur part, lorsqu’ils sont conscients qu'il s'agit de visions, n'ont pas de difficultés à les modifier [MT91 p. 435].

 

Les êtres qui peuplent l’UP

On y trouve bien sûr les esprits des morts dont le psychisme est encore présent avant qu'il ne se réincarne ou qu'il n'accède au Nirvâna (Bouddhisme).

Par exemple un sujet d’EMI peut rencontrer ses parents ou des amis décédés même s'il n'est pas informé de ce décès, mais aussi croiser un ami qui est lui-même en train d'avoir une EMI qui sera confirmée a posteriori [MT91 p. 400-401, citant les travaux de Kenneth Ring et d'Elisabeth Kübler-Ross].

 

On y trouve aussi les êtres qui sont " enlevés " par les extraterrestres c’est-à-dire qui sont projetés dans l’UP, avec ou sans sortie hors du corps. Il semble qu’ils puissent s’y rencontrer et s’y reconnaître, être victimes d’un même enlèvement et fournir des témoignages qui se recoupent lors de leur retour dans notre univers [MTB95 p. 147 et p. 153, cas de Christina Morciglio].

Ce point est important car c’est lors de la rencontre avec d’autres visiteurs de l’UP que l’on pourrait espérer trouver la preuve de son existence objective par recoupement des témoignages, et éliminer ainsi clairement la possibilité d’une simple hallucination, mais cela est encore loin d’être établi formellement.

De par leur célébrité, les extraterrestres de type " petit-gris " (taille 1,20 m, grosse tête, grands yeux noirs, etc) de la littérature extraterrestre sont devenus aujourd’hui une forme archétypale. Leur psychisme aurait été créé et ils auraient acquis leur autonomie d'action [cf JPS95 p. 97-99 citant " l'homme blanc " du Théravâda qui semble, lui aussi, avoir été créé]. On pourrait donc les rencontrer dans l’UP.

Il est possible que le même principe soit applicable aux MIB (Men in black) qui sont le reflet de la conviction du public que la CIA voulait garder secret le phénomène OVNI, ce qui n’empêche pas que certains MIB aient pu être des agents très réels. Plus récemment, il semble que des entités militaires aient elles aussi été créées puisqu’elles apparaissent de plus en plus souvent dans les témoignages de RR4. Après avoir engendré les rumeurs de coopération secrète entre militaires et extraterrestres, et avoir ainsi nourri ces idées dans l’inconscient collectif, les militaires seront-ils victimes de leur propre machination et vont-ils se retrouver accusés d’être les auteurs de toutes les RR4, seuls ou aux côtés des extraterrestres, voire déguisés en extraterrestres ?

 

Localisation de l’UP

Comme son nom l'indique, l'UP est un univers parallèle au nôtre. Il lui serait donc superposé. La nature des formes qui le peuplent est telle qu'elles échappent à notre perception par nos sens habituels.

Peut-être aussi évoluent-elles dans des dimensions autres que les quatre dimensions qui nous sont familières.

La superposition des deux univers est particulièrement claire en ce qui concerne les êtres vivants : le corps dans notre univers est superposé à l'esprit qui l'anime dans l'UP.

Ecoulement du temps dans l’UP

Il est dit dans le Bouddhisme qu'une journée de " l’au-delà " correspond à plusieurs années terrestres, de 50 ans à environ 150 milliards d'années, selon le lieu où l'on se trouve, du paradis à l'enfer respectivement [PR97 p. 104-106]. Cela évoque la relativité d’Einstein et le fameux paradoxe de Langevin. Langevin qui voulait un jour provoquer Einstein lui présenta ce paradoxe : si la théorie de la relativité est exacte, un astronaute qui voyagerait dans une fusée à une vitesse proche de celle de la lumière trouverait en revenant sur terre des gens ayant vieilli bien plus que lui. En d’autres termes, selon la théorie de la relativité, plus on va vite et plus l'écoulement du temps ralentit. Dans les témoignages de RR4, on note aussi une distorsion entre le " temps UP " que le sujet a vécu pendant son enlèvement et le " temps réel " pendant lequel il ne se souvient pas de ce qui s'est passé dans notre univers. On parle alors d’une période de " missing time " [MTB95 p. 388-391].

Déplacement dans l’UP

On peut se déplacer librement et instantanément, c’est-à-dire en dehors du temps, dans l’UP, à moins que ce déplacement ne se fasse à la vitesse de la lumière ou à une vitesse supra lumineuse [ESM92 p. 222, article de Régis et Brigitte Dutheil]. Ce déplacement s’effectue vers ce que l’on s’attend à voir : le Christ lors d'une EMI si on est de culture chrétienne, un vaisseau spatial lors d'une RR4 si on vient de voir des lumières étranges dans le ciel, etc. Il peut aussi s’effectuer vers les tendances que l’on véhicule dans son psychisme, ce qui permettrait d’aller au paradis quand on meurt, si on est animé de pensées positives.

Communication entre notre univers et l’UP

Ou bien c’est le psychisme du sujet qui " bascule " dans l’UP, soit accidentellement (RR4) très probablement du fait de l'action d'un champ électromagnétique sur le lobe temporal ou du fait d'une EMI [KR92 p. 175-177, citant les travaux de Michael Persinger], soit volontairement (RR5) par des méthodes de relaxation [MTB95 p. 429]. Ou bien les êtres peuplant l’UP, comme le Christ ou un être cher décédé, peuvent se rendre visibles objectivement dans notre univers, c’est-à-dire étant observables par plusieurs sujets. Certaines formes telles qu’une soucoupe volante ou un extraterrestre pourraient également se rendre visibles selon le même mécanisme qui resterait à définir : serait-ce une sorte d'hologramme ?

Les matérialisations observées lors des poltergeist pourraient être aussi une " condensation " de formes préexistantes dans l'UP. Enfin, on connaît les cas de possession et la médiumnité lorsqu'un esprit de l'UP investit un corps humain…

Les êtres de l'UP communiqueraient par télépathie entre eux et avec les humains ayant cette faculté dans notre univers, sans problème de traduction de langage.

 

 

Phénomène d'amnésie

De même que dans le Bouddhisme, lorsqu'il se réincarne, l'esprit oublie sa vie antérieure et tout ce qui lui est arrivé dans " l’au-delà " qui devient d’ailleurs rapidement terrifiant, de même le sujet enlevé oublie-t-il le plus souvent son expérience d'enlèvement lorsqu'elle fut traumatisante, selon le mécanisme psychologique de " refoulement " d'un trauma, pour ne la retrouver plus tard que sous hypnose. Les EMI quant à elles ne semblent pas provoquer d'amnésie car elles sont le plus souvent positives. Tout au plus certaines informations reçues en trop grande quantité sont-elles parfois oubliées. Cependant, on peut se demander si des EMI négatives ne seraient pas passées inaperçues du fait de leur refoulement immédiat, comme le suggère une recherche récente [JPS95 p. 59, citant les travaux de H. Rawlings].

Chez les Grecs, les morts buvaient déjà les eaux du fleuve Améles de la plaine du Léthé (l'oubli).

 

14. Conclusion

Il existe aujourd’hui quatre hypothèses majeures pour tenter d’élucider le mystère du phénomène OVNI :

  1. L’hypothèse extraterrestre (HET), qui depuis plus de 50 ans n'a jamais pu être démontrée malgré les efforts soutenus d’une majorité de chercheurs. On peut dire de ce fait qu’elle a échoué.
  2. L’hypothèse socio-psychologique, que nous n’avons fait que suggérer dans cette synthèse. Cette hypothèse tente de réduire le phénomène OVNI à son origine culturelle, mais elle ne peut être défendue qu’en ignorant le détail des faits, voire en les niant volontairement. Elle est de ce fait disqualifiée, même si elle peut toutefois permettre de rendre compte d’une partie du phénomène.
  3. L’hypothèse paranormale (que nous avons rebaptisée HUP) qui rallie aujourd’hui les suffrages de nombreux ufologues, mais qui reste malheureusement encore indémontrable, même si elle pourrait permettre de rendre compte d’une partie du phénomène.
  4. L’hypothèse militaire que nous avons largement développée dans cette synthèse et pour laquelle nous allons tenter d’apporter une preuve formelle dans la deuxième partie de ce livre en mettant en évidence l’usage d’un stratagème lumineux servant à produire de faux ovnis dans le ciel, ainsi que l’utilisation d’armes à micro-ondes en vue de paralyser les témoins ou de provoquer chez eux des hallucinations.