CHAPITRE 10

 

MEGA-S.E.T.I

ENTREPRISE DE CRETINISATION DU PEUPLE

SETI, machine à fantasmes qui ne fait rêver que les naïfs et les candides.

Les scientifiques, n'ignorant pas les dimensions réelles de l'univers, surestiment de façon grotesque la portée des ondes radio.

En 1888, Jules Ferry a instauré la critique de texte à l'école primaire. Il disait : " vous ne toucherez jamais avec assez de délicatesse à cette chose sacrée qu'est la conscience d'un enfant."

Il avait raison car s’il est déplorable que l'esprit critique manque singulièrement, il est grave qu'il fasse défaut aux médias car la plupart des problèmes de notre société sont liés à l'information ; ce que toutes les personnes censées savent.

Le 12 octobre 1992, la N.A.S.A a lancé le programme SETI, système d'écoute des émissions radioélectriques provenant de l'univers (écoute seulement). Une centaine de scientifiques travaillent sur le projet qui a déjà coûté 25 millions de dollars sur un programme de 100 millions de dollars. Jean Heidmann disait avant le lancement du projet : " Il est possible que dès les premières minutes, nous ayons déjà le contact, tellement la capacité d'analyse simultanée de millions de canaux est grande. "

Nous sommes en l'an 2000 et aucune réception intéressante n'a été captée (comme nous l'avions prévu). Notre capacité d'écoute sérieuse en radio est seulement d’environ 50 années lumière. Ceci revient à dire qu'en cherchant à éclairer vers l'est dans le port de Brest avec une lampe de poche, on aurait la prétention d'atteindre New-York avec les rayons lumineux émis par la lampe de poche sous l'eau. Vouloir capter des messages avec des récepteurs portant à quelques années lumière, les galaxies mesurant 100.000 années/lumière de diamètre et distantes entre elles d'un million d'années/lumière est pour le moins paradoxal.

Il faudrait surtout ne pas confondre un kilomètre avec une année/lumière qui correspond à 10.000 milliards de kilomètres. A titre indicatif, il faut savoir que la sonde Pionner qui voyage dans le cosmos depuis 12 ans n'a parcouru à ce jour que 8 milliards de kilomètres à la vitesse respectable de 100.000 km/heure. Cette sonde mettrait environ 3 milliards d'années pour traverser la galaxie. Le soleil met environ 200 millions d'années pour faire le tour complet de l'énorme roue que représente la galaxie.

Ecouter les autres galaxies pour capter des messages E-T est une contre-vérité scientifique qui devrait faire réfléchir le peuple enclin à avaler n'importe quoi quand cela vient d'hommes cultivés. Pour une fois, des hommes de science nous mènent en bateau.

Avant SETI, d'autres scientifiques avaient commis les mêmes erreurs. Ce n'est pas l'augmentation ridicule de la portée et de la capacité d'analyse des ondes reçues qui y changera quelque chose. Tesla, Gauss, Jenkins, Cogoni et tant d'autres nous avaient fait le coup du soi-disant contact dans le passé. Chat échaudé craint l'eau froide ! Jenkins, avec sa vidéo-caméra, nous avait assuré dans les années 20 que les graphiques inscrits sur sa bande de réception représentaient le profil des visages des extra-terrestres. Nos dossiers sont pleins d'exemples de ce type qui prêtent (après coup) à rire. Qui croirait encore que Jenkins avait raison ? On peut encore affirmer qu'il a dit vrai car nous n'avons pas encore vu officiellement un de ces E-T.

Nous pourrions parler d'autres scientifiques illuminés qui nous ont "pondu" des projets titanesques afin de se faire remarquer. Nous nous étendrons peut-être sur ce sujet un jour et vous verrez que ce n'est pas triste : Robert Busard, Frieman Dyson, Frank Zwicky et tant d'autres méritent qu'on fasse ici leur éloge exhaustive.

Quand les astrophysiciens parlent de la recherche de planètes dans d'autres systèmes stellaires, ils semblent confondre les très rares planètes propices à la vie avec les milliards d'autres où la vie n'a pas de possibilité de s'épanouir. Les astrophysiciens favorables à Seti se gardent bien de préciser ce point primordial qui réduit considérablement les chances de récupérer un hypothétique message radio qui ne pourrait venir que de notre proximité (une petite centaine d'années lumière).

Le fait de détecter une planète en orbite autour d'une étoile ne donne pas le droit de spéculer sur l'existence d'une civilisation évoluée. L'existence de la planète en est nécessaire mais pas suffisante. Il existe une proportion énorme de planètes sans êtres vivants conscients. Statistiquement parlant, il semble très improbable que deux civilisations coexistent dans une constellation donnée. Cette seule constatation donne une idée de l'inutilité de SETI puisque SETI ne peut pas prétendre faire des investigations au-delà de notre constellation.

Par contre, l'immensité de l'univers permet de dire que parmi les milliards de milliards de planètes, il en existe obligatoirement des millions abritant des êtres pensants (proportion négligeable de l'ensemble). Ce qui semble échapper aux spécialistes SETI, c'est que même des millions de planètes propices disséminées dans l'immensité serait ridicule du point de vue de la concentration. Nous souhaitons donc bonne chance à messieurs Jean Heidmann et Jill Tarter mais nous voudrions leur dire que si ils cherchaient une aiguille dans une meule de foin grosse comme la terre et si cette aiguille était glissée dans une paille, ils auraient beaucoup plus de chance de la découvrir que de capter des messages extra terrestres.

Il existe12 stades différents d'évolution sur les planètes mais ne commettez pas l'erreur de croire que les planètes habitées évoluées sont pour 1/12 dans le nombre des planètes existantes. En réalité, la proportion de planètes sans vie pensante est la règle générale par rapport aux planètes à vie évoluée qui risquent d'être d'une rareté inimaginable.

12 stades d'évolution

- NIVEAU 0 : Planète en formation poussières, en cours de coagulation par l'action de la force gravitationnelle.

- NIVEAU 1 : Planète sous forme gazeuse ou liquide (comme JUPITER), avec impossibilité de vie carbonée.

- NIVEAU 2 : Planète hyper-lourde sans atomes mais constituée d'agglomérats de neutrons (genre pulsars). Toute vie est impossible. Aucun atome de matière ne peut y rester entier. Il se voit immédiatement broyé.

- NIVEAU 3 : Planète rocheuse faite de matière solide mais dont les conditions physiques de température et de pression interdisent toute vie carbonée.(exemple :VENUS).

- NIVEAU 4 : Planète rocheuse dont l'atmosphère est pratiquement inexistante malgré des températures compatibles avec la vie (exemple : planète MARS).

 - NIVEAU 5 : Planète rocheuse avec atmosphère abritant la vie végétale et animale non consciente. Aucune émission radio ne peut être possible depuis cette planète. La transition animale, être pensant, conscient étant la vraie question. Cette évolution ne nous paraît pas automatique.

- NIVEAU 6 : Planète abritant des êtres pensants non évolués. Type australopithèque ou homme des cavernes ou civilisation romaine, grecque, phénicienne ou autres.

- NIVEAU 7 : Planète industrielle qui dispose de moyens d'écoute radio sophistiqués mais qui est incapable d'émettre en permanence des messages. C'est le cas de la terre actuellement. Aucun contact ne serait logiquement possible entre toutes les planètes de l’univers. A ce stade, la distance maximum d'écoute serait de quelques années lumière et pas plus (écoute uniquement, ce qui interdirait tout contact). Essayez de discuter au téléphone avec une personne muette et dites-nous pourquoi dans ces conditions, une revue de vulgarisation comme "SCIENCE ET VIE ", titrait en couverture qu'avec SETI, nous allons contacter les extra terrestres ? Ce genre de gros titre participe à l'entreprise de crétinisation par des médias qui ne reculent pas devant ce genre de publicité mensongère pour faire du chiffre. Nous nous demandons même si le journaliste ayant réalisé l'article est suffisamment cultivé en astronomie pour avoir conscience de ce qu’il avance.

- NIVEAU 8 : Planète industrialisée faisant des émissions continuelles à forte puissance. Le niveau de connaissance sur cette planète lui permet de disposer d'énergie à profusion. A ce stade d'intelligence, ils nous apparaît comme stupide d'émettre continuellement si aucune réponse n'arrive au bout d'un certain temps. Dans ce cas de figure, la distance utile maximum ne serait que de 1000 années lumière. Les ondes radio se diluant dans l'espace et le temps disparaissent noyées dans le bruit de fond naturel de l'univers. Des êtres à ce stade d'évolution ont pratiquement aucune chance de trouver une civilisation identique à la leur qui serait à la portée des ondes radio (environ 1000 années/lumière ).

- NIVEAU 9 : Planète industrialisée (en avance de mille ans sur la terre) qui a découvert d'autres moyens de communication que les ondes radio avec émission de neutrinos ou d’ondes gravitationnelles. Nos récepteurs SETI sont complètements inappropriés. Il ne viendrait pas à l'idée à ces civilisations d'émettre en radio pour rechercher le contact alors qu'ils utilisent des moyens de communication beaucoup plus sophistiqués. La radio n'étant pas appropriée du tout à des communications à très longue distance, il serait ridicule de prêter à des gens intelligents l'envie de faire l'idiot sous prétexte que d'autres sont sous développés du point d e vue de leur connaissance. Il ne viendrait à l'esprit d'aucun astronome de remettre en route la caméra de Jenkins sous prétexte que des êtres sous-évolués disposeraient de ce type de matériel.

- NIVEAU 10 : Planète super évoluée supérieure au niveau 9. Elle n'est pas intéressée par l'expansion universelle. Elle n'émet pas d'ondes radio ni de messages sous quelque forme que ce soit. Son haut niveau de connaissance lui a donné conscience de l'immensité des espaces et de l'inutilité de la recherche de contacts. Cette civilisation est tellement en avance sur nous terriens qu'elle est en mesure de capter des informations concernants tous les points de l'univers sans avoir à se déplacer. Ce moyen merveilleux de faire de l'astronomie pratique est en rapport avec des connaissances sur la matière et sur la structure de l'univers que nous n'avons pas. Ces gens ont appréhendé l'unification ou champ unitaire dont parle Einstein. C'est en exploitant ces connaissances qu'ils ont trouvé les moyens de se rendre n'importe où sans réellement voyager (télétransport). C'est la vidéo caméra baladeuse avec le transport pratiquement instantané dans n'importe quelle région éloignée de l'univers.

- NIVEAU 11 : Planète inhabitable qui a été contaminée par des êtres irresponsables ; des fanatiques ou intégristes d'obédiences diverses. Planète ayant abrité des milliards d'hommes qui a été définitivement soustraite à la conscience. Il apparaît curieux que sur cette terre toute les questions philosophiques tournent autour de radio activité (SETI) et de radioactivité (risque majeur). Planète ayant eu une civilisation qui s'est éteinte pour des raisons diverses ; naturelle du pas ( pollution, couche d'ozone, CO2, coalition avec une grosse météorite, explosion d'une supernovae dans notre proximité, etc…)

-NIVEAU 12 : Planète ayant la connaissance quasi totale et qui dispose de moyens d'investigation inimaginables à notre esprit. Cette civilisation peut réaliser des choses que notre entendement lui-même ne peut pas concevoir. Les romans de science fiction les plus audacieux sont très en deça de la réalité. Toutes les hypothèses les plus folles émises par nos savants actuellement sont fausses. Nous ne pouvons rien deviner de ce dont dispose comme puissance et comme intelligence cette civilisation. Cette société a une durée de vie forcément plus longue que d'autres société inférieures. Cette civilisation est mortelle, elle aussi, ce pourquoi personne ne pourrait prétendre à une quelconque suprématie. Il n'est pas exclu qu'elle aurait les moyens de se disséminer ailleurs ou de migrer vers une autre planète en cas de menace pour son intégrité. Néanmoins, il faut avoir l'esprit que ce type de civilisation, si il existe, n'aurait pas intérêt à disséminer son savoir ; il mettrait son existence en péril en le faisant. Cette attitude logique pour eux ne l'est pas pour nous autres, déshérités de la connaissance qui ne sommes qu'à quelques siècles d'existence dans la connaissance. D'autres, comme le dit si bien Jean Heidman, ont des milliards d'années d'avance sur nous. Il est donc complètement injustifié de rechercher à les contacter pour toutes les raisons évoquées ici. Certains rares scientifiques spécialistes U.F.O pense que des civilisations E-T nous observent et pourraient même influer sur notre évolution. Notre point de vue est différent (cela n'engage que nous). Nous pensons que des êtres super-intelligents existent ailleurs, qu’ ils ont des moyens d'investigation pour tout connaître sur nous mais qu’ils se moquent de nous comme de l'an quarante. Ils explorent avec des moyens sophistiqués que nous interprétons de diverses manières. Ils sont invulnérables car leur méthode d'investigation n'implique pas forcément un déplacement de véhicule. Ils peuvent investiguer partout et notre civilisation archaïque n'offre pas grand intérêt surtout qu'ils peuvent avoir des informations sur des milliards de sociétés en cours d'évolution dans l'univers dont beaucoup disparaissent même avant d'atteindre un haut niveau de connaissance.

La grand erreur de Jean Heidmann et des promoteurs de SETI est de ne pas avoir compris que le dossier OVNI contenait des informations primordiales provenant de civilisations au stade 12. En niant certaines réalités ufologiques ( le dossier OVNI représente une source FABULEUSE d'informations scientifiques que Jean Heidmann et Georges CHARPAK refusent d'intégrer dans leurs projections. C'est une grave erreur montrant chez ces gens très cultivés un manque de curiosité impardonnable de la part d'intellectuels qui prétendent détenir le meilleur niveau de connaissance en astronomie. Le dossier OVNI n'est pas pour autant à gober dans sa totalité comme pain béni mais il contient des informations extrêmement précieuses pour la science qu'il faut rechercher en triant dans un magma des contre-vérités (fraudes, mensonges, méprises, interprétations erronées, etc…) C'est aux scientifiques de coopérer pour faire le tri des informations utiles afin de ne pas laisser le champ libre aux sectes et aux exploiteurs de la crédulité humaine (comme RAHEL)

 

 

L'ECHEC DE SETI DONNERA DU CREDIT A L'ETUDE DES PRINCIPAUX DOSSIERS DU PARANORMAL OVNI-HANTISE-SPIRITISME-NDE-PHOTOS PSY- etc…

 

Pour les ufologues sérieux, l'échec de SETI (qui est facile à prévoir) offre une opportunité qu'il faut saisir. Pour la science, la vraie question de notre isolement apparent dans l'univers se posera à travers l'étude méticuleuse des dossiers du paranormal dans lesquels le dossier U.F.O tient une grande place. Les civilisations intelligentes de l'univers ont une naissance, une durée de vie variable et une mort. Pour pouvoir exister, une civilisation doit avoir un support qui est une planète. Toutes les planètes ne sont pas propices à l'éclosion de vie. Cette vie consciente semble inéluctable. Aucun endroit de l'univers n'est à l'abri de l'éclosion qui doit se propager par panspermie (ou autres moyens), de galaxie en galaxie. Dès que les moindres conditions climatiques sont réunies, la vie microbiotique s'installe, évolue lentement et sûrement. De surprenantes raisons et des hasards heureux font que l'inerte se modifie inéluctablement pour procéder à l'avènement de la chimie du vivant qui a cette propriété formidable d'avoir tendance à la duplication doublée de la propriété non moins formidable de choisir la meilleure option entre plusieurs possibilités d'évolution. Ceci est toujours valable pour les êtres humains. Le vivant mémorise ce qui est bon pour son avenir et rejette ce qui lui apparaît comme inutile. Les individus sont des ensembles de cellules qui travaillent toutes dans l'intérêt collectif au sein d’un ensemble que constitue l'être humain. La mort d'un individu est minimisée par la capacité de celui-ci à se reproduire. La seule préoccupation du vivant étant de perpétuer l'espèce. Ceci est valable pour les civilisations conscientes ou pas. Les individus n'ont pas plus d'intérêt pour la collectivité qu'une feuille d'arbre vis à vis de l'arbre. Qu'il le veuille ou pas, l'individu est toujours utile à la collectivité. Les civilisations intelligentes existeraient en grand nombre dans l'univers. La science l'affirme par une multitude d'arguments développés dans diverses disciplines compliquées. Une civilisation intelligente qui disparaît laisse des traces, des vestiges. Dans ces vestiges, se trouvent des émissions de toutes sortes (ou rayonnements) à haute énergie qu'aurait produits cette civilisation. Parmi ces rayonnements, se trouvent les émissions radioélectriques. Notre univers est donc sillonné par des trains d'ondes qui circulent d'autant plus longtemps que leur puissance a été forte. Avec le temps, ces informations précieuses s'atténuent pour ensuite disparaître en se confondant avec les émissions radio naturelles des éléments constituant toute matière.

La question du passage du vivant inconscient au vivant conscient est la vraie grande question. Les astrophysiciens optimistes (Hubert Reeves) ne se posent même pas la question ; ils en sont persuadés. Pour nous, cette éclosion est rare mais étant donné la grande multitude de planètes avec vie animale non consciente, il s'avère en définitive que beaucoup d'êtres intelligents conscients existent. La conséquence de cette rareté est la non proximité. Les distances séparant les êtres lucides sont statistiquement immenses. Personne n'a conscience des énormes distances. Le seul moyen de le comprendre est de savoir que notre sonde Pionner qui a mis environ dix ans pour sortir du système solaire mettrait trois milliards d'années pour traverser notre galaxie, ceci à la respectable vitesse de croisière de cent mille km/h. Celui qui intègre cette valeur a tout compris. Pour ce qui concerne le programme SETI, il faudrait que les concepteurs soient individuellement multidisciplinaires (c'est à cause de cela que l'erreur et le gaspillage ont pu se faire sur SETI). Le graphique comparatif des différents niveaux d'évolution des planètes montre clairement la minceur ridicule de la chance qu'a SETI de réussir. On ne peut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir capturée. On ne peut pas avancer qu'on est riche de millions de dollars sous prétexte qu'on possède quelques dollars dans sa poche. C'est pourtant bien ce que fait J. Hedmann quand il croit explorer l'univers en testant un millier d'étoiles proches alors que celui-ci en contient au minimum deux cent à mille milliards de milliards. Si SETI échoue, cela ne posera pas de problème philosophique aux gens lucides ; nous savons déjà que nous sommes seuls dans notre coin de galaxie et rien ni personne ne nous sortira de notre isolement si on envisage le contact avec un moyen aussi ridicule que celui des émissions radioélectriques. Sur notre graphique, il est facile de comprendre que seules les civilisations situées au même stade (ou niveau) peuvent communiquer. Les astrophysiciens actuels font de la spéculation car ils se gardent bien de dire qu'entre un pulsar en orbite autour d'une étoile lointaine et la terre, il y a une grande différence. Ils se gardent bien de dire que la recherche concernant une planète en formation n'a rien à voir avec SETI. Ils se gardent bien de dire que la probabilité pour que coexistent dans une zone de 50 années lumière d'autres astronomes avec les mêmes machines est nulle. Même dans ce cas de figure, la distance maximum possible est de 5 années lumières seulement (niveau 7). Seules des civilisations au stade 8 pourraient converser avec un décalage de temps énorme. Même dans ce cas de figure, les distances maximum sont incroyablement restreintes, étant donné les proportions de l'univers. Quelques petits milliers d'années lumière c'est ridiculement court pour qui connaît les dizaines de milliards d'années lumière de l'univers visible. Il serait plus sérieux de dire que SETI cherche à écouter les hypothétiques vestiges d'émissions radio qui auraient été envoyées par des êtres évolués dans notre proximité (toute proportion gardée). La terre n'a fait qu'une seule véritable émission de forte puissance. Cette émission a durée 169 secondes. On ne peut pas raisonnablement classer la terre au niveau 8 ; avec si peu d'émission, nous ne sommes que des oreilles. Il faut donc rester modeste et admettre que "converser" en écoutant uniquement est impossible. Attendre une réponse à notre message d'Arecibo de 1971 est idiot car ce message se trouve actuellement à 21 années lumière de la terre. Ce message se dirige vers l'amas m 13 ; une constellation située à 25 000 années lumière. Il est donc déroutant de dire aux enfants (et au peuple crédule) : "Avec SETI nous attendons la réponse du message qui n'arrivera à destination que dans 24 980 ans. Nous avons un peu d'avance car le retour est prévu pour l'année 51.990 dans 500 siècles".

Parler de recherche vis à vis d'autres galaxies est dans ces conditions une contre-vérité scientifique, une aberration . Le petit peuple "mord à l'hameçon" car il croit que les étoiles visibles dans le ciel existent vraiment alors que certaines ont déjà disparu et que seul leur rayonnement nous arrive.

Le 25 octobre 1992, sur M6, les vraies questions ont été posées par le sociologue Pierre Lagrange. Il dit à J. C. RIBES et à BIRAUD que l'histoire de nos civilisations terrienne est lourde d'enseignement pour présager de l'évolution des extra-terrestres. RIBES a bien reconnu que les chances de contacts étaient singulièrement réduites. En réalité aucun scientifique sérieux ne croit en SETI.

Une seule civilisation par galaxie correspondrait à des milliards de civilisations dans l'univers. Cette proportion est largement en dessous de la réalité car l'immensité de notre galaxie nous interdit d'y faire des investigations par les moyens ridicules de l'astronomie actuelle. En réalité, le seul moyen qui permettrait d'en savoir plus, passe par l'étude des phénomènes psychiques qui correspondent à des ouvertures grosse comme des trous d'épingle à travers lesquels on peut apercevoir des scènes furtives de ce qui se passe dans ces mondes lointains. Les distances nous séparant de ces mondes n'ont aucune incidence sur les informations nous parvenant par ce canal. Nous ne sommes pas adeptes du New-Age mais tout les gens curieux nous intéressent. Le channeling est critiquable mais n'est pas à proscrire totalement. Avec SETI, la proportion du territoire investigué par rapport au territoire investigable correspond à un décimètre carré comparé à un continent. Nous vous laissons juges de la précision scientifique des propos avancés par les astrophysiciens.

SETI relève d'une vaste escroquerie morale innocente, peut-être involontaire mais les milliards de dollars publics ou privés en jeu ne laissent aucun doute sur la spéculation et le gaspillage. Dans l'article paru dans "science et vie" d'octobre 92, Jean HEIDMANN peste contre les gens qui amalgament SETI avec les phénomènes O.V.N.I. Ceci est de bonne guerre. En effet, si les politiques apprennent cela, ils vont immédiatement couper les vivres et tuer SETI dans l'œuf. Il est facile de deviner le raisonnement d'ensemble. Le seul mot " O.V.N.I" dans la bouche d'un homme politique de haut niveau suffit à le "suicider" définitivement et sans appel. Il est donc facile de comprendre pourquoi jamais au grand jamais un président ou un ministre (généralement bien conseillé) ne fera jamais l'erreur de cautionner la recherche sur la question O.V.N.I. Il est donc douteux que seuls les astrophysiciens instigateurs de SETI aient une position aussi radicale contre l'étude O.V.N. I. Ils savent très bien que la manne des finances est tributaire d'hommes politiques très susceptibles. Nous dirons au passage que beaucoup de scientifiques sérieux dont le professeur David PRITCHARD, physicien au M. I. T. (Massachusset Institut of Technology) ainsi que RIBES et BIRAUD préconisent une étude méticuleuse du dossier O.V.N.I. VELASCO, ancien du GEPAN et spécialiste de la question, dit la même chose. SETI est en réalité une fantastique machine à fantasmes. Tout un chacun peut y trouver son compte sur le plan psychologique et se convaincre que la plus grande solitude dans l'immensité étoilée n'existe pas. Bientôt, nous ne serons plus seuls, nous pourrons nous rassurer mutuellement en face des périls naturels qui menacent, face à la misère résultant de notre ignorance. Les vraies solutions énergétiques et diététiques vont arriver du ciel. La réalité est tout autre : les hommes de science que l'orgueil et l'égocentrisme n'émeuvent pas se sont lancés dans une aventure de laquelle ils ne peuvent sortir que ridiculisés. Pourtant, ils voudraient nous faire croire que SETI sans résultat ne serait pas un échec. Demandez donc au peuple ce qu'il en pense ? Demandez l’avis des électeurs, ceux du quart monde qui crèvent du chômage ? Après cela, on vient même nous dire que si échec il y a, on nous prépare un super-méga-SETI ! Trop d'hommes de sciences hyper-spécialisés ont fait confiance à d'autres tout aussi spécialisés. Trop de savants ont rêvé de faire le coup de leur vie mais ils ont oublié de prendre du champ (personne n'a eu la lucidité nécessaire à une synthèse d'ensemble logique).

C'est le monde à l'envers. Pour une fois, tous les donneurs de leçons (en ce qui concerne la rigueur scientifique) optent pour une tolérance inquiétante vis à vis de leurs pairs.

------------------------------------------------------------------

(Extrait de la revue "science et vie", article de Philippe RICHARD).

"Les O.V.N.I. (s), bien-sûr, suscitèrent beaucoup de (fausses) alertes. En janvier 1992, par exemple, deux astronomes de l'EUROPEAN SOUTHERN OBSERVALORY, au Chili, remarquèrent dans le ciel des Andes un objet brillant, diffus, se déplaçant vers le nord, à 15° au dessus de l'horizon. Mais, à l'analyse des observations, ils finirent par pencher pour un objet naturel passant très près de la terre, par exemple un petit noyau de comète. Depuis l'aventure de ce pilote américain qui affirmait en 1947 avoir vu les premières soucoupes volantes, aucune preuve scientifiquement valables n'a été apportée. Dans la plupart des cas, il s'agit d'illusions dues à des ballons-sondes de la météo, des étoiles filantes, des avions ultra-secrets (comme en Belgique l'année dernière) ou des corps célestes."

L’avis de CASAR sur l'article de "science et vie" ci-dessus :

Réduire les O.V.N.I. (s) à un objet diffus brillant aperçu subrepticement par deux astronomes au Chili en 1992 est aller un peu vite en besogne. Nous étudions cette affaire depuis dix ans et nous ne cessons d'aller de surprise en surprise. Pour résumer, nous dirons que le monde scientifique est très divisé sur cette question. Il y a les anti et les pro-O.V.N.I. Mais un indice devrait faire réfléchir les introvertis : il y a de plus en plus de pro au détriment des anti. Le plus important c'est de savoir que tout ceux qui sont anti deviennent pro-O.V.N. I. quand ils se sont donnés la peine d'étudier méticuleusement le dossier.

Marceau Felden pense que S.E.T.I est un fantastique jeu de hasard et que ses probabilités de réussite sont quasi négligeables. Etant donné les investissements en jeu ,on a vraiment l'impression que les scientifiques s’amusent sur le dos du contribuable avec des joujoux de plusieurs millions de dollars; ceci avec une désinvolture et un mépris évident des classes en difficulté dans une société où la fracture sociale augmente chaque jour. Pensez-vous que des industriels lanceraient un projet dont les chances de réussite sont quasi négligeables ? Lors de l'émission surprise animée par Pollac sur ARTE le 29/08/95, le professeur du collège de France, Paul Veyne lance à la cantonade que SETI est plus intéressant que les OVNI(s) en vue de la recherche de contacts avec les E.T. Sur quelle base objective, le professeur Veyne étaye-t-il son raisonnement alors qu'il laisse entendre clairement qu'il n'a rien à faire des OVNI(s) ? Comment Pollac peut-il inviter des gens qui ne connaissent pas et se moquent du sujet de l'émission ? Quel intérêt peut avoir un débat de cette ordre ? Paul Rebut, haut responsable français de la recherche pour le projet J.E.T concernant la fusion contrôlée de l'hydrogène, déclare sur FR3 le 8 janvier 95 (émission de Bernard Rapp) que la production d'énergie de fusion ne sera pas opérationnelle avant un siècle mais que de toute façon, si d'autres formes d'énergie sont découvertes avant, cela pourra servir de toute façon pour la propulsion des vaisseaux cosmiques. Là encore, un débat sur le gaspillage des fonds publics serait nécessaire car notre société a un besoin urgent d'énergie de chauffage (et de transports). Pendant que les savants, bien au chaud dans leur laboratoire, nous promettent la lune pour les générations futures, ils ne se soucient guère de leurs contemporains qui font de gros sacrifices pour débloquer les crédits de la recherche. La N.A.S.A. a complètement abandonné S.E.T.I pendant qu'en France, on relance l'affaire en perfectionnant les antennes de Nancay. Nous sommes habitués à ces tergiversations qui coûtent un maximum pour aucun résultat. Superphoenix ne servira malheureusement pas de leçon. Il y a encore des scientifiques assez naïfs pour croire à une possibilité de contact radio avec les E.T et des hommes politiques assez ignorants des réalités cosmiques pour se laisser abuser.

----------------------------

En 1995, le nouveau projet Phoenix de l'observatoire de Parks en Australie est la rolls de la recherche type SETI avec six millions de sources radio analysées simultanément et détection automatique des signaux artificiels qui se visualisent sur écran vidéo. Les savants s'entêtent à perfectionner le matériel de réception et s'imaginent ainsi atteindre leur but. En réalité, il n'y a pas la moindre chance statistique pour qu'un E.T existe dans notre proximité cosmique et même si c'était le cas, il n'y pas la moindre chance statistique pour qu'il soit au stade d'évolution suffisamment attardé pour émettre en radio.

------------------------------

Information de dernière minute : une autre fausse alerte a été annoncée dans la revue phenomena n° 33 :

La machine SETI a détecté la source d'une civilisation hyper-évoluée. La nouvelle a failli faire grand bruit de par le monde, les chercheurs se rendirent alors compte que le four à micro onde de la cuisine des astrophysiciens faussait les réceptions radio au point de faire croire que le contact était imminent .

------------------------------------

EXTRAIT DE "Microscope" N° 93

A l'émission de Robert Arnaud sur France Inter le 16/01/00 à 13h, Jean Heidmann déclare : "des E-T plus évolués que nous communiqueraient FORCEMENT en utilisant des ondes radio". Ceci n'étant pas prouvé (et même très improbable), il est anti-scientifique, malvenu, mensonger, farfelu, trompeur et irresponsable de faire miroiter à des gens naïfs la possibilité de contacts afin de financer le projet (contacts est le terme employé alors qu'il ne s'agirait que d'informations en provenance d' E-T, de eux vers nous mais pas l'inverse). C'est de la publicité mensongère grotesque. Il est clair qu'en regard des dimensions de l'univers, la vitesse de propagation des ondes radio est beaucoup moins performante qu'un escargot voulant faire le tour du monde (faites le calcul comparatif et vous serez étonnés !) Nous demandons aux novices de bien analyser le vocabulaire du scientifique quand il dit : FORCEMENT.

Comme le ferait une secte, SETI conseillé par HEIDMANN (comme le ferait un gourou) envisage maintenant d'installer un site dans un cratère sur la face cachée de la lune pour mieux réceptionner les ondes radio car les émissions radio terrestres empêchent les "SETIENS" de faire du bon travail. Le programme de recherche à long terme prévoit l'installation d'une lentille de réception des images (photos des E-T peut-être ?…) à focale solaire pour exploiter l'effet de lentille gravitationnelle du soleil. Les SETIENS sont têtus et si Dieu leur prête vie, ils iront loin ! la NASA leur a coupé les vivre mais elle ne pourra pas les empêcher de faire du SETI !

Le comble étant que (selon HEIDMANN), ce sont les ovnis qui font du tort à la respectabilité du projet SETI.

_________________________________________________

Pierre Guerin n'est pas tendre non plus vis à vis de SETI et de Jean HEIDMANN

VOIR - N° 247/... "OVNI, les mécanismes d'une désinformation" Pierre GUERIN - Albin Michel (oct.00)

______________________________________________________

Aimé MICHEL est lui aussi en accord avec Pierre GUERIN. Il va même plus loin dans la dérision en fustigeant le principe même des ondes radio comme outils de recherche de vie E.T.

Voir - N° 249/... "Aimé Michel ou la quête du surhumain" Michel PICARD Ed. JMG (nov.00)

Extrait de la page 249/360 .Aimé MICHEL :"Les projets SETI et mega-SETI notoirement anthropocentrismes restent esclaves du phénoménal , qui se traduit par l'écoute des signaux utilisant les ondes électromagnétiques excessivement poussives et pitoyables a l'échelle intergalactique ! Ce vestige paradigmique issu d'une physique à la veille de faire sa révolution copernicienne (physique post / einsteinienne) fera bientôt place à un mode de transfert d'informations conféré par les facultés actuellement inimaginables des planètes pensantes mais dont on sait qu'elles transcenderont les facultés de la collectivité humaine".