Dossiers Sécurité Routière de Francis GATTI

Super TITUS.htm M101.htm M109bis.htm SR2010.htm  M111bis.htm


SECURITE ROUTIERE :


Un combat inégal contre la mort banalisée

LA LIGUE MATIONALE CONTRE L'HECATOMBE ROUTIERE

à cessé toutes ses activés bénévoles en août 1990 et a décidé de se saborder pour les raisons que vous allez découvrir ici

 Les dispositions nouvelles prises par le Comité interministériel CICR2000 de novembre 2000 nous ont poussées a reprendre notre activité bénévole de défense de la vie sur les routes avec  

Super TITUS.htm


NOS TRAVAUX ANCIENS (Janvier 1987- Août 1990)

 

Le Projet T.I.T.U.S

Traitement Informatique du Trafic Urbain et Suburbain

Le projet T.I.T.U.S ou T.I.T réalisé par la LNCHR en 1987 avait été soumis au ministère des transports . Le refus des instances officielles de lancer un programme utilisant du matériel de contrôle automatiques a verbalisation automatique sanctionnant les comportements gravement "accidentogènes" des chauffards a motivé le sabordage de la ligue nationale contre l'hécatombe routière (L.N.C.H.R) fondée par CASAR pour les besoins de la cause.

Un ouvrage intitulé "sécurité routière an 2000" (environ 500 pages) représentant quatre années de travail à été envoyé aux différentes instances officielles de la sécurité routière il y a 11 ans.

30/10/2000 : Le ministre Jean-Claude GAYSSOT a pris la décision de généraliser progressivement un système similaire a T.I.T exploitant par photos numériques les infractions des contrevenants a la vitesse pris au radar.

Ces nouvelles mesures sont reçues actuellement avec grande satisfaction de la majorité des français, selon les sondages .Ceci n'est pas étonnant car les "mesurettes" prises depuis dix ans destinées a résorber l'hécatombe se sont toutes avérées inefficaces . Nous pensons qu'après cinq ans de mise en place, TITUS aurait réalisé une économie en vies humaines se situant autour de 15000 vies préservées entre 1995 et 2000.

Nous vous demandons de prendre connaissance d'une partie de nos travaux en ayant l'indulgence de ne pas nous faire grief de la mauvaise présentation. Nos idées n'étaient peut être pas bien mise en forme mais c'est sur le fond qu'il faut nous juger .En pensant a toutes les familles en deuil. Les conducteurs qui s'offusquent de l'intransigeance des pouvoirs publics sur cette question de la mort banalisée ne sont que des égoïstes prétentieux qui au premier accident grave fondent en larmes et supplient les autres de respecter les vitesses autorisées .

Le procureur de la république du MANS disait a l'époque que TITUS ferait de la France un véritable camp de concentration:

Ici sa lettre datée de 1987: R22.GIF Il n'empêche que TITUS comme d'autres mesures extrêmement efficaces préconisées par nous (boite noire en peine de substitution) sont actuellement (en 2000) en cours d'application progressive. Le retard accumulé se chiffre en milliers de morts inutiles.

 

_______________________________________

Articles de la nouvelle République datant de septembre et decembre1989

Concernant:

- l'ouvrage de casar "Sécurité routière an 2000" ou "les versets sataniques de la route": VERSAT.GIF

- la boite noire qui n'était prévue que pour les récidivistes dangereux (par décision de justice et aux frais des contrevenants): MOUCH.GIF

___________________________________________________________________

Le manuscrit intitulé "Les versets sataniques de la route" regroupe l'ensemble des publications "Microscopes" qui traitaient de sécurité routière entre mai 1987 et novembre 1990

______________________________

Extrait de la revue "Microscope" N° 20 (JANVIER 1988) concernant le projet T.I.T:

R2.GIF R3.GIF R4.GIF R5.GIF R6.GIF R7.GIF R8.GIF R9.GIF R10.GIF R11.GIF R12.GIF R13.GIF R14.GIF R15.GIF R16.GIF R17.GIF R18.GIF R19.GIF R20.GIF R21.GIF (R22.GIF Avis du procureur Albaréde) R23.GIF

Extrait du manuscrit "Les versets sataniques de la route": 

________________________

Courriers officiels tirés de l'ouvrage

- Direction générale de la gendarmerie, le général CHARLOT: P72.GIF

- Mr Daniel ERNARDET député et maire de Châteauroux : P74.GIF

- Sous directeur de la circulation et SR et chef de cabinet du ministre: P75ET76.GIF

- Bernard FAUVEAU Directeur du SETRA: P173A.GIF

-Mr GAUVIN Sous direction technique et Mr GRAAF Direction de la sécurité :P274.GIF

-Mr Jean Yves GATEAUD Maire de Châteauroux: P350.GIF

-Mr Georges DOBIAS Directeur général de l'INRETS: P389.GIF P401.GIF

_____________________________________________________________________

DECISION DU C.I.C.R du15/10/2000 (12 ANS PLUS TARD ! ???? alors que l'hécatombe se perpétuait implacablement chaque année):

"Une expérimentation de système de contrôle intégré à l'infrastructure et entièrement automatisé, de la constatation de l’infraction à l’envoi du procès verbal au domicile du contrevenant, sera mise en place à Lyon et fera l'objet d'une évaluation." (Voir compte rendu du CICR ci-dessous)

 __________________________________________________

Extrait de la revue "Microscope" N° 32 (JANVIER 1990): concernant la boite noire: ROU325.GIF

Décision du CICR du 15/10/2000 (dix ans plus tard !???alors que l'hécatombe se perpétuait chaque année):

"La même expérience sera engagée pour inciter les conducteurs verbalisés pour excès de vitesse de moins de 50 km/h par rapport à la vitesse autorisée à équiper leur véhicule d’un enregistreur de vitesse ("boîte noire ").Ceci en peine de substitution."

---------------------------------------------------------------------------------

Les prévisions de CASAR en 1987 se vérifient 14 ans plus tard

Janvier 2001: TITUS 40% d'accidents en moins

Ce n'est qu'un début, à l'avenir ce devrait être beaucoup plus efficace !

Information radio Europe N°1 - 4 janvier 2001 13 heures:

Les essais du système automatique de contrôle de la vitesse sur le périphérique ouest de Lyon va être étendu au périphérique est. Le dispositif se présente sous la forme des bornes en anti-infraction en acier qui sont disposées a des distances régulières sur le terre-plein centrale afin de surveiller les deux sens de circulation. Les radars sont déplacés régulièrement de bornes en bornes pour calmer l'ardeur des automobilistes qui sont susceptibles de se faire "flasché" a n'importe quel point de contrôle. Ce dispositif correspond exactement a ce que nous disions en 1987 aux pages 17 et 29 de notre ouvrage "SECURITE ROUTIERE AN 2000" qui a été enregistré en juillet 1987 sous le dépôt légal de notre revue "Microscope" N°17.

Extrait de la revue "Microscope" N° 17 : TIT.GIF

_______________________________________________________________________

Extrait du CICR du 25/10/2000

 

I°) Alléger les tâches administratives pour permettre des opérations de contrôle plus efficaces:

 

-L'utilisation de la nouvelle carte lettre, qui permet un traitement des procès verbaux simplifiés notamment en matière de vitesse, sera bientôt étendue à l'ensemble des services qui ont en charge des contrôles.

 

-Une expérimentation de système de contrôle intégré à l'infrastructure et entièrement automatisé, de la constatation de l’infraction à l’envoi du procès verbal au domicile du contrevenant, sera mise en place à Lyon et fera l'objet d'une évaluation.

 

-Le Service d'Etudes Techniques des routes et Autoroutes (SETRA) a été chargé d'étudier sous 6 mois la possibilité d'utiliser les installations courantes et déjà en place de surveillance de la circulation routière comme instrument de constat automatisé des infractions et l'identification de leur auteur. La fiabilité juridique des constatations ainsi établies sera également examinée.

 -------------------------------------------------------------------------------

II) Expérimenter des sanctions pédagogiques

-Afin d'améliorer la lutte contre l’alcoolémie au volant et les excès de vitesse, en cause dans la majorité des accidents de la circulation, il est nécessaire de rechercher des pistes nouvelles, notamment en termes de sanctions, complémentaires aux peines traditionnelles de suspension du permis de conduire. La répression pénale de ces comportements ne doit pas diminuer pour autant, mais il apparaît judicieux d’explorer les possibilités offertes par les techniques permettant l’installation d’un éthylotest antidémarrage ou d’enregistreur de vitesse (" boîte noire ").

 

 

-A titre expérimental, dans deux départements, les procureurs de la République inciteront les conducteurs verbalisés pour avoir conduit avec un taux d’alcoolémie contraventionnel à installer un éthylotest antidémarrage sur leur véhicule.

-La même expérience sera engagée pour inciter les conducteurs verbalisés pour excès de vitesse de moins de 50 km/h par rapport à la vitesse autorisée à équiper leur véhicule d’un enregistreur de vitesse ("boîte noire ").

 

A l’issue de cette expérimentation, il sera procédé à une évaluation globale des résultats ainsi obtenus afin de déterminer l’efficacité de cette mesure et le cadre juridique dans lequel elle pourrait être généralisée. Il s'agit d'évaluer la portée du recours à des moyens préventifs sans pour autant diminuer la répression pénale de ces comportements.

 -----------------------------------------------------------------------------------------

 CREATION d'un

Conseil National de la Sécurité Routière (CNSR)

Organisme indépendant, doté d’un conseil scientifique, sera une force de proposition.

 

Ses missions d’analyse et de conseil seront triples :

Le conseil scientifique proposera pour sa part des méthodes de suivi des résultats et des indicateurs d'accidentologie locale établis par l'Observatoire National Interministériel de Sécurité Routière (ONISR).

 

Le Conseil National de Sécurité Routière sera composé de représentants de l'État, du Parlement, des collectivités locales, d’associations et du secteur économique ou social lié à l’automobile et à l’assurance. Réunissant les principaux acteurs de la lutte contre l'insécurité routière, il deviendra un véritable lieu de débats et permettra à chacun, en toute transparence, d'évaluer les mesures mises en œuvre.

Il sera mis en place courant 2001 et disposera d’un budget d'études propre de 15 millions de F.