Sécurité routière

Autres dossiers de la Sécurité Routière de Francis GATTI

TITUS.htm M101.htm  M109bis.htm SR2010.htm M111bis.htm


Projet Super-TITUS

CASAR est concepteur du projet TITUS de la Ligue Nationale Contre l'Hécatombe Routière considéré en 1990 comme une "idiotie" par les instances officielles de la SR (voici la lettre du président de l'inrets de l'époque qui en témoigne: P389.GIF),Pourtant nos travaux ont été copieusement copié en 2001.Entre temps des milliers de morts auraient pu être épargnées mais curieusement personne ne se sent responsable. En 2001 , des erreurs d'appréciation sur les modalités d'utilisation de la boite noire vouent ce projet porteur à un échec cuisant.

Les nombreuses instances de la SR désorientées par la complexité des innovations à mettre en place (CISR du 15 novembre 2000) sont très réticentes à faire de la répression pour des questions de politique politicienne .Par manque de compétence ou manque de technicité les instances responsables ratent encore une fois en 2001, (comme en 1990 )l'opportunité de résoudre ce grave problème. Dans une dizaine d'années tout le monde sera d'accord sur le fait que les propositions de CASAR étaient incontournables pour résoudre intelligemment ce problème. L'histoire se répète car les technocrates aux commandes refuseront toujours de recevoir des leçons de la part d'autodidactes.

 

Le scandale de l'insécurité routière

Lettre ouverte à Madame le garde des sceaux :LEBRANCH.htm

Lettre ouverte aux ministres de l'intérieur et de la défense: interieur.htm

Lettre ouverte au ministre des transports:Trans.htm

La puce qui démange

Des milliers de morts inutiles. Des solutions simples et rapides existent ; la boite noire numérique de CASAR est la seule solution a court terme qui permettrait de juguler rapidement l'hécatombe.

 


PARTIE I

LA BOITE NOIRE

Suite de la partie I dans "Microscope " N101 : M101.htm

_________________________________________________________________________________

Sommaire

- Introduction et préambule : Civisme ou délation ? Preambule intro

- Une boite noire simplifiée ,élément central du dispositif : boite

- Etat des lieux : etat

-Analyse du livre "Le scandale de la SR" de J Collard et JF Lacan: Collard

- Que proposent réellement les associations travaillant sur la SR: Asso

- Comment fonctionne Super-TITUS : FONCTI

- Le rapport de Catherine DAYRE sur la sécurité routière en Angleterre : Dayre

 


Le projet Super-T.I.T.U.S s'articule autour de plusieurs dispositifs complémentaires qui, conjugués entre eux donneraient les moyens aux services de police (et de gendarmerie) de définir le "profil d'agressivité" ou de dangerosité des conducteurs avec preuves a l'appui pour intercepter et sanctionner le maximum de récalcitrants a la conduite apaisée avant accident.

 

Nous ne traitons ici que la partie de super-TITUS concernant la boite noire, les autres parties :télésurveillance et radars a sanction automatique demanderaient des délais de mise en place d'au moins 10 ans étant donné les infrastructures fixes nécessaires, de plus la législation actuelle que ne permet pas (et ne risque pas de la permettre avant longtemps) d'utiliser les installations urbaines de télésurveillance a des fins de répression des infractions routières. Dans l'urgence , pour faire baisser RAPIDEMENT le bilan de l'hécatombe routière, il n'y a qu'une boite noire fiable et bon marché (facile a installer sur tous véhicules neufs ou occasion) qui pourrait être efficace.

 

Le CISR de novembre 2000 à donné le feu vert pour que les tribunaux proposent des boites noires en peine de substitution aux contrevenants a la vitesse.

 

Si cette boite n'est pas bien conçue, si elle est trop chère ou si elle ne mémorise pas plusieurs heures de conduite, elle sera inefficace et l'idée intéressante (et prometteuse) de la sanction pédagogique tombera a l'eau .Les statistiques d'accident sur les conducteurs munis d'une boite noire seront faussées. Seule une boite inviolable donnant les informations réelles sur la conduite peut servir de référence.

Les services de police ou de gendarmerie seront habilités a collecter (quand ils le désirent a des fins de contrôle de routine) les informations contenues dans la boite lorsque celle-ci aura été imposée par un jugement.

 

La mémorisation des informations dans la boite noire et une réponse provisoire aux tergiversations des responsables de la SR qui semblent désorientés sur la façon de réprimer équitablement les infractions vitesse.

Tout dispositif qui demande une infrastructure fixe sur le bord des routes du genre titus (T.I.T: TITUS.htm ou DLV) serait bien trop coûteux et bien trop long a mettre en place . La boite noire simplifiée proposée par CASAR permettrait de résorber l'hécatombe liée aux excès de vitesse dans un délai de deux ans. (économie en vies humaines possible : 8 X 3000= 24.000).

Pouvoir retracer seconde par seconde le comportement du conducteur en ce qui concerne la vitesse permet de se faire une idée précise du comportement de chacun pour déterminer si la conduite est apaisé ou pas.

 


 Préambule

Il y a plus de dix ans la LNCHR (Ligue nationale contre l'hécatombe routière) a réalisé un ouvrage manuscrit tiré a quelques dizaines d'exemplaires pour exposer le projet TITUS : "sécurité routière an 2000" (environ 400 pages) fruit de quatre années de tractations avec les autorités de la SR. Cet ouvrage avait été envoyé aux instances officielles de la sécurité routière.

 

SUPER-TITUS (2001) correspond a l'actualisation de TITUS (1990)

 

Depuis 10 ans, les progrès de l'informatiques , l'évolution des technologies sur l'électronique automobile embarquée, les nouvelles dispositions de la législation en qui concerne la responsabilité du propriétaire du véhicule et l'évolution des mentalités (Changements radicaux dans les sondages vis a vis de la répression des comportement dangereux ) permettent d'envisager à ce jour un dispositif technique global de surveillance pouvant contraindre a la conduite apaisée les conducteurs pressés et virulents qui affichent en permanence leur volonté de ne pas respecter la réglementation en vigueur tout en "éduquant" en permanence les autres conducteurs (plus raisonnables) par des avertissements sans frais laissant une grande marge de tolérance pour entrer dans le rang.

Chaque année de retard dans la mise en uvre de mesures spécifiques (ne dérogeant pas au droit européen) par les moyens techniques efficaces (disponibles actuellement) se traduira obligatoirement par un bilan annuel de plusieurs milliers de morts en trop par rapport à la moyenne européenne..

 

CIVISME OU DELATION ?

La boite noire installée sur initiative volontaire du propriétaire du véhicule n'est pas a exclure, elle donnerait l'opportunité à celui le désire de se situer dans le camps des conducteurs apaisés en faisant preuve de civisme (et sans avoir a le crier sur les toits.) La confidentialité est ici primordiale car la mentalité du français moyen n'est pas comparable a la mentalité de certains pays où la dénonciation des brebis galeuses est considérée comme un acte de civisme. Le citoyen français qui dénoncerait un chauffard (en prévenant la police avec son téléphone portable par exemple ) est immédiatement montré du doigt comme délateur autant par le public que par l'agent des forces de l'ordre (non habitué a ce genre de situation) qui demande au "délateur" son identité (de manière suspicieuse le plus souvent ) au lieu d'exploiter l'information . En Angleterre c'est un acte de civisme et l'information est immédiatement exploitée.

 


CHAPITRE I

Les dispositions a prendre en urgence

a) Homologuer une boite noire électronique bon marché ,de faible encombrement, inviolable (plombée a l'installation) qui pourra être installée rapidement sur tous les véhicules terrestres par des services techniques ayant une homologation(lors du contrôle technique par exemple) Les véhicules à deux roues, (avec ou sans permis) ayant aussi la possibilité d'installer une petite boite noire. Le modèle simplifié:

b) Prendre des mesures fortes d'incitation favorisant l'installation volontaire de la boite noire .

A titre d'exemple:

- Diminution de moitié des amendes en cas d'infraction grave et moitié moins de points de retrait pour le permis.

- Réduire fortement (40% au moins ) les primes d'assurance pour les automobilistes acceptant d'installer volontairement une boite noire et autorisant l'analyse à des fins juridiques de celle-ci par les forces de l'ordre (sans attendre une loi européenne uniformisant les contrôles qui ne viendra jamais )

c) Imposer l'installation d'une boite noire aux conducteurs se signalant par des infractions exagérées ou proposer cette boite par voie de justice en peine de substitution. ( le CISR de novembre 2000 prévoit cette mesure a titre expérimental).


BOITE NOIRE NUMERIQUE

description technique

Cette boite est constituée d'un système compte tours électronique (1) et d'un système de mémorisation numérique (2)

(1) Dispositif compte tours installé au niveau du disque de frein , il comptabilise le nombre de tours par seconde de la roue .

Un signal émettant une impulsion par tour de roue est délivré au système de mémorisation numérique .L'émetteur d'impulsions électriques est fixé sur un support solidaire du châssis du véhicule sur même la fixation du support d'étrier de frein. Aucune modification du véhicule par le constructeur n'étant nécessaire.

Deux modèles d'émetteurs d'impulsions sont envisageables:

- Un modèle magnétique constitué d'une bobine électrique (fixée sur l'étrier de frein) collecte les impulsions électriques induites par un aimant permanent souple fixé a l'intérieur de la jante sur une partie de la circonférence.

- Un modèle photoélectrique qui réagit au passage d'une bande blanche disposée sur la demie circonférence de la jante (face interne).

 

(2) La mémoire informatique conserve en permanence deux heures de conduite (ou plus selon les cas). Les mémoires flash utilisées actuellement dans les appareils Dictaphone numérique OREGON ( références ci-dessous) est bien adapté pour réaliser un dispositif de mémorisation extrêmement fiable.

Dictaphone OREGON SCIENTIFIC VR368 pourrait facilement être adaptée pour la boite noire M1. ( matériel en vente actuellement en France chez CONRAD (Tel: 0 826 826 00) sous la référence N: 7479 871-15

 


La boite noire M2

Module enregistreur de M2 débrochable du véhicule pour analyse sur ordinateur

(Dimensions 90mm X 50 X 15)

 

Le boîtier enregistreur de la boite Modèle 2 est amovible grâce a une prise informatique (standard 9 broches) identique aux prises de la souris d'un ordinateur

 

Ce boîtier de faible encombrement peut être facilement déconnecter du véhicule pour être décodé par un ordinateur familiale utilisant Winddows 95, 98 ou 2000.

Le décodage se fait par la lecture du fichier son peut se faire très rapidement et les principales infractions a la vitesse apparaissent immédiatement.

Nous vous donnerons d'ici quelque temps toutes les précisions nécessaires. Un modèle de fichier son .wave contenant les impulsions magnétiques captées en temps réel sur un véhicule sera mis a votre disposition pour que vous puissiez constater par vous même la facilité et la rapidité avec laquelle ce décodage peut de faire.

Marche a suivre: Enregistrer le fichier .wave provenant de mon module M2 :l'ouvrir avec la fonction magnétophone disponible dans votre logiciel Windows. Cliquer sur accessoires et la fonction magnétophone se trouve dans la fenêtre divertissements. Cliquer sur le curseur situé dans la fenêtre de son en maintenant le bouton de la souris appuyé et faire glisser pour vérifier rapidement les pointes vitesse maximum qui ont été faites. La visualisation directe du fichier son donne une idée du profil du conducteur car les accélérations et les pointes de vitesse sont visibles et ne laissent aucun doute sur l'agressivité de conduite qui est responsable d'une grande partie des accidents. Si la vitesse est "tueuse" il faut aussi avoir conscience que l'agressivité de la conduite liée a des accélérations non justifiées est un facteur déterminant. La conduite apaisée réclamée par tant des spécialistes de SR apparaît clairement sur cette courbe.

Voici a titre d'exemple un modèle d'enregistrement en fichier son (440K) essais3.wav qui à été enregistré le module M2.Nous allons continuer a travailler sur les enregistrements des sons et le type de capteur pour déterminer le profil optimum du signal. N'importe quelle société d'électronique (spécialisée en acoustique) pourrait mieux que nous faire rapidement ce travail .

Les cellules de contrôle de vitesse fiables équipent les frein ABS , il serait relativement facile d'utiliser ce matériel existant comme capteur de vitesse.

L'exploitation de la mémoire flash du module enregistreur M2 MOD.JPG pour capturer le fichier son utiliserait le même principe que les appareil photo numériques.

Un logiciel de lecture du son sur l'ordinateur resterait a définir pour détecter les infractions en automatique (en fonction d'un seuil a ne pas dépasser) , ceci afin de simplifier et automatiser la tache des gendarmes qui ne pourront pas faire des évaluations "a la tête du client". Aucune tricherie n'est possible car la puce enregistrée ne peut pas être trafiquée.

Notre seul but est de démontrer la faisabilité par la définition des fonctions de l'appareil que nous envisageons de tester en temps réel. Notre boite M2 n'est donc pas un appareil prêt pour une application industrielle immédiate (et un lancement dans le commerce) mais un prototype qui resterait complètement a définir par l'industriel intéressé avant de prétendre demander son homologation.

Les impulsions magnétiques sont visualisées (avec le profil du son); à chaque tour de roue le capteur monté sur le disque de frein délivre une impulsion magnétique qui est enregistrée numériquement dans la mémoire de la boite M2. La vitesse de défilement des impulsions correspond a une vitesse qui peut être définie avec précision sans aucune contestation possible. Le module M2 dont la photo se trouve en haut de cette page peut être débroché du véhicule sans que les données enregistrées se perdent. La récupération du module pour un contrôle ne pose plus aucun problème; même pour la preuve juridique car la puce électronique ( mémoire flash ) garde indéfiniment sa mémoire même si il y a rupture d'alimentation électrique.

 

Il est incroyable que la technologie mette sur le marché des Alcootest électroniques (400 francs en moyenne) vérifiant l'état du conducteur (avant de prendre le volant) et que les moyens de visualiser (après coup) le comportement au volant ne soient pas en mesure disponibles pour le grand public. Le prix de la boite noire M2 ne devrait pas être plus important que l'Alcootest électronique.

 

Dans un premier temps, nous allons essayer d'enregistrer dans le module M2 les impulsions magnétiques du compteur électronique SIGMA 700. Ce capteur disponible sur le marché actuellement permet de contrôler la vitesse jusqu'à un maximum de 270 KM/h.

N B:Ce travail de recherche est réalisé par Gatti Francis à titre purement personnel et bénévole. Mon association CASAR ne fait que servir provisoirement de support techniques;(elle n'est pas habilité a faire de la SR) si des personnes veulent nous aider techniquement ou financièrement, qu'elles nous contactent car nous manquons cruellement de moyens.

 

   ______________________________________________________________________________

Module électronique utilisé pour les essais : MOD.JPG

_______________________________________________________________________________

 

il serait possible aux tribunaux d'évaluer grâce a cette boite noire le niveau d'agressivité du conducteur ayant commis une contravention grave afin d'atténuer la sanction ( même de la supprimer) lorsque cela se justifie. (les informations contenues dans la boite noire étant communiquée au tribunal pour éviter les passe droit. Les services de police seront habilités à exploiter les informations délivrées par cette boite lors des contrôles avec l'accord du propriétaire du véhicule. En cas de nécessité la boite pourra être contrôlée facilement afin de vérifier son bon fonctionnement. Les informations contenu dans la boite noire sont transférées sur l'ordinateur portable des services de police par une connexion électronique sans avoir besoin de déplomber la boite noire.

La boite noire M2 pourrait être mise en place RAPIDEMENT sans contradiction avec le règlement européen (par des décisions internes spécifiques a la France NE DEROGEANT PAS a ce droit )

représente pour nous le seul et UNIQUE objectif  à court terme

Ce dispositif devrait être mis en uvre EN URGENCE si nous voulons sauver 5000 vies/ans.

 

Toute la question étant de savoir si les français acceptent de faire un effort de civisme en ne faisant pas semblant de respecter les vitesses autorisées.


 - France inter 22 avril 2001 , suite a un accident déplorant cinq personnes innocentes brûlées vives dans un accident impliquant un véhicule conduit par un chauffard ivre qui percute l'autre véhicule par l'arrière ,le projetant en vrille et en feu sur le bas coté.

VITESSE EXCESSIVE

- Montpellier quelques heures plus tard; deux jeunes s'écrasent contre un mur ; ils sont tués sur le coup:

VITESSE EXCESSIVES

- Quelques heures plus tard, dans le Puy de Dôme un véhicule conduit par un chauffard ivre (lui aussi) percute un groupe de cyclistes dont deux sont tués sur le coup et quatre autres blessés.

VITESSE EXCESSIVE

Infos de 9 h sur France inter le 22/04/01

Madame Lagarosses ancienne présidente de la Fédération nationale des accidentés de la route s'exprime sans la moindre ambiguïté:

"Il faut encore plus de sévérité, la mesure autoritaire c'est la boite noire dans le véhicule. La boite noire n'est pas spécifique contre l'alcool au volant mais concerne le comportement général; y compris l'alcool au volant. La boite noire permet de déterminer en cas d'accident quel a été le comportement du conducteur une demie heure ou un quart d'heure avant. On aura tout de suite SANS CONTESTATION POSSIBLE des indications précises concernant l'auteur de l'accident.

Il faudrait que des dispositions gouvernementales et législatives soient prises; c'est tout a fait réalisable très rapidement."

Propos de Mme Lagarosses en fichier son (200K) :Micro 05.mp2

(Propos recueillis par Antoine DENECHERE (?) de FI )

AVIS DE CASAR

 Une mini boite de type CASAR noire installée sur toutes les voitures sera une réalité d'ici une dizaine d'années.

La tare spécifiquement française que nous n'avons cessé de dénoncer depuis plus de dix ans apparaît ici clairement: ce sont souvent des jeunes qui s'envoient en l'air le WEEK-END (avec ou sans alcool). Ce sont les fautes graves qu'il faut impérativement réprimer "sauvagement" par tous les moyens a disposition du législateur. Ceci n'excuse en rien les abus graves réalises par des conducteurs plus agés.

Les statistiques sont là pour démontrer que les conducteurs les moins expérimentés payent un lourd tribut ; raison de plus pour que le mauvais exemple ne soit pas montré par des conducteurs plus âgés qui induisent les jeunes en erreur en les incitant a faire comme eux. Le manque d'expérience se traduisant souvent par des accidents graves. Le dispositif français de contrôle routier est un dispositif pervers qui pousse les jeunes conducteurs a la faute. Une faute est trop souvent synonyme de victimes (mort sou blessés graves).

Sans vouloir faire de la répression sauvage, il serait possible de légiférer pour imposer le plus vite possible cette boite simplifiée sur tous les véhicules (elle mémorise la vitesse uniquement sur deux ou trois heures précédant l'accident)

Ces boites ne seraient contrôlées qu'en cas d'accident pour déterminer les responsabilités; il n'est pas question de faire de la répression systématique sur des gens qui respectent les vitesses limites.

L'exploitation des premières données permettraient aux spécialistes de la sécurité routière d'avoir une idée réelle des causes exactes et enfin de pouvoir décider des mesures efficaces en rapport avec les informations recueillies .

Selon nous, contrairement a ce que disent la plupart des associations de sécurité routière (mis a part Madame Lagarosses) le fait d'installer systématiquement la boite noire bon marché de CASAR sur tous les véhicules DES POPULATIONS A RISQUE (neufs et occasion) ferait chuter brutalement la courbe des accidents mortels tout en libérant les forces de police et de gendarmerie d'une tache de répression ingrate, totalement inefficaces, fastidieuse et énormément coûteuse.

Pour juguler rapidement cette maladie honteuses (spécifiquement française) des jeunes qui tuent et se tuent le week-end CASAR va réaliser et proposer une boite noire MODELE 2 qui aura pour principal objectif la résorption des morts "de défoulement " liés au comportement des jeunes (dont beaucoup de jeunes permis)

 

BOITE NOIRE NUMERIQUE: LA PUCE QUI DEMANGE !

 

La mini-boite noire est constitué d'une puce électronique ayant une capacité de mémorisation largement suffisante pour créer un choc psychologique salvateur. Le prix de revient (installé) serait de quelques centaines de francs et la fabrication de ce matériel ne poserait pas de problème pour répondre a une grosse demande en cas d'installation massive sur le parc de véhicule des populations a risque (permis jeunes par exemple). Ce dispositif pourrait être mis rapidement sur le marché dans la mesure où il serait homologué par les services techniques de la SR . 

En situation de catastrophe, a cause des bilans routiers morbides actuels (2001) spécifique a la France, seule une mini-boite noire (inviolable) imposée massivement par voie de justice aux contrevenants (pour vitesse excessive) pourrait influer fortement sur le comportement des conducteurs. Les dispositifs anti-vitesse efficaces préconisés actuellement par les associations de sécurité routière seraient beaucoup trop long et trop coûteux pour voir le jour rapidement. Ils ne sont que des leurres sans aucun espoir de réalisation pratique avant 15 ou 20 ans. En attendant ces associations préconisent des gadgets anti-vitesse qui n'auront absolument aucun impact sur les bilans annuels de l'hécatombe dans la décennie a venir. Donc 4000 morts pendant dix ans : 40.000 sacrifiés de l'inertie et de l'imprévoyance des spécialistes de la SR.


 Chapitre II

ETAT DES LIEUX

 

1) La situation concernant la surveillance et la répression

Le comité interministériel de novembre 2000 qui semblait a première vue correspondre a la plupart des orientations données dans le manuscrit "sécurité routière an 2000" (édité en presse périodique sous dépôt légal ISSN 0766-1932) dont un exemplaire à été envoyé à Madame Isabelle MASSIN.

En réalité, en y regardant de plus près il s'avère qu'il n'en est rien. Les dispositions prises sont en déphasage total avec les directives européennes. Elles sont irréalisables à court terme pour ce qui concerne leur mise en application généralisée a tout le territoire. Les décisions prises par le C.I. du 25/10/00 n'ont aucune chance d'être mises en uvre rapidement au plan national; ceci à cause de nombreux blocages juridiques et politiques et surtout a cause de mauvaises évaluations sur la faisabilité qui impliquerait moyens financiers exorbitants.

 Pour tenir l'objectif du ministre visant a la diminution de moitié des victimes en cinq ans ,Il serait impératif de prendre rapidement des mesures spécifiques au sujet de la boite noire qui ne soient pas en contradiction avec le règlement européen. Ceci afin d'éviter des tergiversations inutiles au niveau de l'harmonisation européenne qui bloque toute possibilité d'utilisation de la boite noire au niveau communautaire . Il n'empêche qu'une boite noire (homologuée) pourrait être autorisée comme appareil apportant des preuves en cas de litige ou contestation en cas d'accident.

  

Malgré les apparences, les éléments préconisés par le professeur Claude GOT sont inapplicables actuellement "technologiquement" parlant (et financièrement) , donc largement inappropriées en regard des décisions qu'il faudrait prendre rapidement pour arriver aux résultats escomptés. Le programme soit disant "drastique" préconisé par GOT ne peut pas être mis en uvre , les objectifs ne pourraient donc pas être atteints. Les pays ayant des bilan routiers bien plus acceptables que nous refusent à juste titre des mesures qui ne leur seraient pas de grande utilité.

 

Si les responsables politiques de la sécurité routière de notre pays ne décident pas rapidement la mise place de mesures spécifiques a la France qui ne soient pas en contradiction avec le droit européen; les bilans catastrophiques continueront .

 

Nous sommes a ce jour exactement dans la même situation qu'il y a dix ans alors que des orientations générales insuffisantes avaient été prises avec les résultats que vous savez. (Ceci est exposé clairement dans le manuscrit de CASAR).

Les éléments que nous préconisons maintenant correspondent uniquement à une actualisation des mesures préconisées à l'époque.

Les technologies informatiques et électroniques nouvelles fiables et l'évolutions des lois dans notre pays permettent maintenant une mise en uvre qui soit financièrement supportable; ceci n'était pas le cas il y a dix ans. Ces mesures doivent être prise en compte rapidement sinon les bilans continueront a être catastrophiques jusque dans les années 2010 où le manque de résultat les imposera obligatoirement .

La politique actuelle qui vise a protéger passivement (ou activement) les occupants du véhicule (par des contraintes de fabrication imposées aux constructeurs) ne doivent en aucun cas laisser a la traîne les sanctions automatiques des comportements dangereux afin d'imposer à tous sans possibilité de passe droit et sans aucune faiblesse une conduite apaisée.

 

2) Le DLV (Dispositif limiteur de vitesse) proposé par la DSCR ( par le groupe de travail roulement et freinage - GRRF) dans la note WP29 lors des discussions à l' UN-ECE (harmonisation européenne et ONU ?)le 25 juin 1999

 La cacophonie générale interdit toute évolution positive sanctionnant réellement et vigoureusement les excès de vitesse .Page édifiante extraite du site "route plus sure" : VITESSE RPS.htm

 


Résumé de l'ouvrage :"Le scandale de l'insécurité routière" paru chez Albin Michel au travers de l'emission d'Europe N1 le 8/04/01 avec Michel Grossiord

___________________

Transcription de l'interview de Jehanne COLLARD (avocate) et Jean-François LACAN (journaliste) auteurs de:

" Le scandale de l'insécurité routière"

(Albin Michel Avril 2001)

 

J.Collard : L'automobiliste n'est pas le seul responsable car la puissance publique ne fait pas ce qu'elle devrait faire. Le problème des accident de la route est avant tout un problème politique d'autre part, les constructeurs comme les constructeurs des routes ont leur part de responsabilité. On à jamais voulu mettre un terme à l'hécatombe car dès qu'on touche à l'automobile, on touche au fabuleux pouvoir du fric.Le comportement des conducteurs que l'on tolère est a l'origine de drames insupportables dans 60% des cas.

JF Lacan : Partout on ment ! le nombre des victimes est plus important que ce que disent les statistiques

La répression en France n'est pas réelle ;on entend toujours le même refrain : "c'est l'autre le responsable".

 

LE MANQUE DE GENDARMES

 

J.Collard: Il y a des mesures qui feraient baisser immédiatement le nombre des victimes (il faut penser aussi aux 43.000 blessés).

- A l'heure actuelle vous pouvez faire 1000 kilomètres sans voir le moindre képi ; l'automobiliste infractionniste le sait! : Il faudrait instaurer une police spécialisée.

- Le contrôle efficace des infrastructures routiers n'est pas fait.

- Les français défavorisés meurent beaucoup plus que le nantis sur la route.

 

 LA REPRESSION

 

J.Collard: Des mesures simples et pratiques peuvent être prises et qui ne sont pas prises. Tout le monde le sait, pourquoi ne le fait-on pas ?

JF Lacan: La répression peut être dissuasive si elle est réelle;

or la répression n'est pas réelle ! (POINT N1)

L'automobiliste français, contrairement aux américains ou aux anglais sait qu'il a de forte chances d'échapper aux contrôles et aux sanctions car le laxisme a tous les niveaux et bien connu.(certaine catégories de personnes savent qu'elles sont intouchables , (passes droits institutionnalisés et laxisme des tribunaux).

 

Europe N1(Grossiord):Toute personne qui est honnête avec elle même vous dira qu'elle ne doit qu'à la chance le fait de ne pas faire de victimes. Le magistrat est laxiste car il à cela en tête au moment de prononcer la sentence.

 

J.Collard: Ce qui est dramatique, c'est de rencontrer des gens comme vous ! Monsieur Grossiord, vous ressemblez étrangement aux conducteurs infractionnistes et aux gens qui les jugent. Dites vous bien qu'en cas d'accident grave ou mortel, ce sont les infractions graves qui sont en cause (POINT N2).

 

La majorité des conducteurs ne commettent pas d'infractions graves mais comme vous pensez que cela pourrait vous arriver vous encourager inconsciemment le laxisme judiciaire a ce niveau. J'ai l'indulgence de penser que vous ne prenez pas le volant avec 1,50 gr d'alcool.

 

JF Lacan: EN Bretagne, dernièrement un chauffard RECIDIVISTE ayant 3 gr d'alcool dans le sang a grillé un stop et percuté la voiture d'une ministre. La peine prononcée : Un mois de prison avec sursis.

 

LES PASSE-DROITS

 

Europe1 : "entre le PV et la sanction vous dites qu'il y a des passe droits ?

 

 JF Lacan: Une étude du CNRS faite dans le nord de la France montre qu'il y a 50 % de déchets , ce sont principalement les gens à qui la gendarmerie (ou la police) veulent faire plaisir qui profitent du système.(POINT N3)

 - Les jeunes n'ont droit a aucune indulgence alors que les retraités et les professionnels de la route (poids lourds entre autre) bénéficient d'une grande indulgence.

 - Paradoxalement , les plus graves sont celles sur lesquelles ont ferme le pus les yeux (POINT N4) : Le laxisme concerne surtout la vitesse ou les feux grillés alors que les infractions bénignes sont traitées sans faiblesse.

C'est CHOCANT !

REPRESSION VITESSE

 

Europe 1: Quand on impose 50 kmh c'est 70 qui est toléré . Pour 110, c'est 130, ne vaudrait-il pas mieux marquer les vrais chiffres ?

 

JF Lacan: Le problème, c'est d'avoir une règle et de la faire respecter ! (POINT N5)

S'il y a des tolérances, cela ne veut plus rien dire.

 

Europe 1: Curieusement , vous ne parlez pas des camions qui a vous lire ne semblent responsables de rien?

 

JF Lacan: L'essentiel de travail est fait sur les camions, le jour où on mettra un disque enregistreur sur les VL et un limiteur de vitesse, a mon avis on aura des résultats aussi intelligents que pour les camions. (POINT N6)

 

LA POSITION DES HOMMES POLITIQUES

 

J.Collard : Une vraie politique c'est de décider de mettre fin à un véritable fléau !

JF Lacan: Avez vous vu un premier ministre ou un président de la république s'adresser aux français à 20h pour leur dire : " 10.000 morts sur la route c'est trop ! Pour la vache folle ils l'ont fait. La vache folle concerne des suppositions à long terme, alors que la route concerne des certitudes à court terme.

Les intérêts économiques sont énormes ,

L'automobiliste est un électeur (POINT N7).

 

J.Collard: Il suffit de regarder les mouvements de réprobation que déchaînant les lois sur la SR.

La sécurité sociale et les assureurs n'ont pas vraiment intérêt a ce que le nombre des victimes diminue fortement. (POINT N10)

 

Europe 1: Il n'y a pas de débat sur la sécurité routière dans la classe politique?

 

J.Collard: Non! Et vous ne croyez pas que c'est cela le vrai problèmes :L'insécurité routière fait exploser des milliers de familles en France et tout le monde ferme sa gueule.

 

Le C.N.S.R

Conseil National de la Sécurité routière

 

J F Lacan:

Il y à en préparation un haut comité de la sécurité routière, on ne sait pas quels pouvoirs il aura, qui en fera parti, ni même s'il sera purement consultatif. (POINT N8)

En 1989,le livre blanc réalisé par des experts avait préconisé 10 mesures importantes; aucune n'a été mise en uvre.

 

CONCLUSION

 

Europe 1: Pouvez vous me dire ce qui vous à motivé pour écrire cet ouvrage? .

 

J.Collard: J'ai été victime d'un grave accident de la route.

 

JF Lacan : Ayant écrit un livre sur les républiques bananieres, j'ai pensé que pour être honnête je me devais de dire qu'en France j'avais découvert un énorme mensonge (POINT N9) qui engage la vie de milliers de citoyens.

 

Fin de l'interview

_____________________

 

Analyse de CASAR sur l'interview Europe N1 le 8/04/01

 

Quelques heures avant cette interview des auteurs de "Le scandale de l'insécurité routière" , cinq jeunes gens habitant l'Isère trouvent la mort dans une Peugeot 206 qui tentait de dépasser un autre véhicule dans un virage. Cette voiture très sportive n'était manifestement pas dans les limites de dépassement de vitesse autorisées si ont se fie a l'état extrêmement compacté du véhicule accidenté . C'est cela l'infraction grave dont parle maître Collard Monsieur GROSSIORD. Dans un même ordre d'idée quelques heures après cet interview à 17h15 un motard a laissé sa jambe sectionnée sur la route (départementale D 918 à Ste Lizaine). Sa vitesse était manifestement excessive selon la NR. La moto une grosse cylindrée a percuté une voiture venant en sens inverse en un haut de côte .L'endroit du choc se situe à gauche sur la voie de circulation du véhicule adverse. Voulez vous un dessin Monsieur GROSSIORD ? L'infraction grave est devenue tellement monnaie courante que plus personne ne pense a incriminer l'infractionniste, même plus les juges.)

Pendant ce temps là ;des études officielles sur l'incidence de la fatigue au volant après 17 heures de conduite. On voudrait amuser la galerie avec de faux problèmes , faire diversion pour occulter subrepticement la réalité honteuse des comportement tueurs qu'on agirait pas autrement.

 

Ici il est uniquement question de priorité dans l'appréciation de l'efficacité de la mesure, l'urgence zéro dont je parlais déjà en 1988 (comme le temps passe).Reprenons donc le fil de discussion: il y a quelques mois une 206 (encore) s 'écrasait sur le bas-côté par temps de pluie dans une courbe de sortie d'autoroute a l'entrée de Châteauroux tuant dans d'atroce souffrances deux étudiantes qu'un ami avait eu l'idée morbide de conduire en voiture pour gagner une demie heure .

 

Avant de se lancer dans des recherches complexes sur la fatigue au volant les organismes officiels de la SR seraient bien inspirés de se poser la question de l'adhérence au sol des voitures petites puissantes qui dépassent largement la vitesse autorisée. C'est de la force centripète qu'il faut débattre mais pas de la fatigue du conducteur.

Il est évident que les pays européens ayant des bilans respectables peuvent se permettre le luxe de faire de telles études concernant la fatigue au volant et chez eux c'est justifié. Par contre en France, c'est plutôt malvenu.

Posons nous d'abord la question de savoir comment faire pour démasquer la petite quantité de chauffards au comportement tueur A CAUSE DE VITESSES TRES EXCESSIVES. Ces comportements ne sont imputables qu'a la certitude d'impunité. En France, a cause du manque de civisme, il n'y a pas d'autre moyen que d'installer une boite noire simplifiée dans le véhicule des personnes a risque pour palier au manque de fonctionnaire de police et a l'absence totale d'appareil automatiques de contrôles et sanctions sur le bord des routes que nous préconisions avec TITUS il y a plus de dix ans . En Allemagne et en Angleterre ceci n'est pas nécessaire car le civisme existe. Voir le rapport de Catherine DAYRE fait en Angleterre début 2001. (Le civisme en Angleterre , c'est de la délation en France)

Les dix points repérés dans le texte de l'interview peuvent être débattu ici sur simple demande avec qui voudra . Ces points correspondent bien à ce que nous disions il y a une dizaine d'années et a ce que martèle sans cesse Maître Jehanne COLLARD :"La sécurité routière c'est l'hypocrisie a son paroxysme, tout le monde sait ce qu'il faudrait faire mais tout le monde ferme sa gueule !"

 

FIN de L'analyse de l'interview

********************

Commentaire de CASAR

Enfin une analyse réaliste et sans concession qui développe en 2001 les mêmes arguments que la LNCHR en 1990

Les auteurs de cet ouvrage doivent être félicités pour leur franchise dénonçant un laxisme insupportable. Il ont le courage de dire qu'il faudrait une répression lourde.

Malheureusement ils ne font aucune proposition réaliste visant à mettre en place rapidement cette répression sévère qu'ils appellent de leurs vux.

Il en est de même pour les conclusions du rapport DAYRE et pour les propositions du Professeur GOT.

On peut ici ne déplorer qu'un journaliste et une avocate cherchant a solutionner le problème de l'insécurité routière aient omis de s'octroyer les services de spécialistes en automatisme et technologies informatiques qui auraient été en mesure d'expliquer que la saisie de données (effectives en temps réel) routières par des technologies informatiques bon marché (disponibles actuellement) EST POSSIBLE.

Dénoncer un état de fait insupportable c'est bien, mais préconiser des solutions simples est indispensables s'est mieux car les politiques (et les décideurs) déclarent depuis des décennies que seule la fatalité est en cause que c'est le comportement des conducteurs qui est en cause et qu'aucune solution n'existe.

 

Essayer de savoir qui fait quoi en matière de vitesse est la seule et unique solution pour une résorption de l'hécatombe.

La transparence ne peut être faite que par le truchement d'un matériel approprié utilisant des technologies récentes. Utilisée le matériel le plus performant et l'exploiter a des fins judiciaires quand c'est nécessaire.

 


 

Chapitre III

Que proposent réellement les associations travaillant sur la SR:

 

- Association: La prévention routière 10 Janvier 2000

Soulignant que la France ne peut pas rendre obligatoire une mesure sans approbation à l'échelon
communautaire européen, l'association précise que les constructeurs ont cependant toute latitude pour proposer un équipement non obligatoire. C'est pourquoi elle leur demande d'équiper leur véhicule d'une alarme sonore de dépassement de vitesse.

En ce qui concerne les enregistreurs de données (boîte noire), leur utilisation comme élément de preuve (en cas d'infraction ou d'accident) nécessite d'importantes modifications de la réglementation actuelle. La Prévention Routière est donc favorable à la poursuite d'expériences qui permettraient de fonder des décisions en ce sens.

-Emission sur Europe N1 du 13/03/2001 l'association "la prévention routière" préconise le gilet luminescent imposé aux constructeurs?

D'accord pour toutes les améliorations permettant aux obstacles en tout genre d'être mieux vus de nuit mais enfin cette amélioration n'a rien a voir avec le combat qu'il va falloir bientôt mener pour infléchir les comportement assassins! Dans cet ordre d'idée: Chaque matin cet hiver j'étais confronté a un vélo qui se trouvait au même endroit a la même heure dans la pénombre sans lumière. Il y en a combien en France de ce genre qui risquent fortement inutilement leur vie .La gendarmerie qui patrouille sans cesse n'est pas au bon endroit a cette heure matinale, les fonctionnaires ne peuvent pas être disponibles alors le jeune écervelé reprend le risque FORT de se faire tuer chaque jour en allant au boulot dans l'indifférence générales. Avez vous pensé statistiquement au risque qu'il y a entre le fait que ce jeune se fasse percuter par une voiture et le risque que moi je prends en ayant une panne en ville sous les réverbères et pas de gilet réfléchissant. Cet hiver j'étais a mille lieux de penser que le hasard des CISR me remettrait en selle sur la DR; il n'empêche qu'en citoyen responsable, j'ai interpellé le cycliste en sans lumière sans ménagement en lui demandant de passer le soir même chez moi pour y retirer GRATUITEMENT des bandes réfléchissantes rouges et blanches. C'est tout ! Le jeune ouvrier immigré est venu retirer ses catadioptres et s'est confondu en remerciement. Nous avons fraternisé et ses origines nord algériennes m'ont donné l'occasion de lui parler sur un ton convivial car mes souvenirs de chef de section (Harka) en Algérie sont remontés a la surface.

N'y a t-il pas d'autres choses plus urgentes a proposer ?ON SE MOQUE DU MONDE !. Il ne faudrait pas masquer les véritables problèmes en amusant le public tout en occupant le terrain médiatique avec des petites futilités sur des questions secondaires.

 

- la LCVR

Tout récemment, le patron de Renault, Louis Schweitzer, a proposé l'installation progressive d'une boîte noire sur toutes ses voitures. Et la Ligue contre la violence routière demande qu'une vaste enquête soit menée pendant un an sur des véhicules de l'Etat ainsi appareillés. Si l'initiative se réalisait et démontrait l'efficacité préventive de la boîte noire, il y aurait fort à parier que l'adhésion à une telle mesure serait encore plus forte.

- Le site du Professeur Claude GOT

 Site qui leurre les gens de bonne volonté car les dispositifs qu'il préconise ne sont pas applicables avant 20 ANS. Dans ces conditions ce site leurre les citoyens car il fait surtout l'apologie du professeur GOT sans qu'aucune contestation ne soit possible. GOT ne laisse surtout pas son adresse pour qu'on ne puisse pas lui faire les remarques désobligeantes qu'il mérite.Les responsables officiels de la SR semblent s'accommoder de cet état de fait car la lenteur de mise en place de solutions rapides et efficaces n'étant pas a l'ordre du jour chez GOT; tout le monde y trouve son compte.

 

 

- La fondation Anne Cellier

 LES DIRIGEANTS DE CETTE ASSOCIATION N'ayant aucune capacité a juger de l'utilité de l'automatisation des contrôles, nous ferons ici l'économie d'une polémique avec des gens qui sont systématiquement sollicités par les médias , mais qui n'ont pas vraiment de programme visant a une efficacité en rapport avec les résultats qu'ils exigent des gouvernants .

 

- L'association "route plus sûre"

Basée 231 rue du Bosquet   St Gély du Fesc  34980  France) (position responsables-title.htm) fait une analyse réaliste mais paradoxale semblant laisser croire que les contrôles automatiques ne sont pas les bienvenus mais en même temps reprochant au gouvernement d'avoir une attitude molle ?????. La lettre de Bernard GAUVIN adressée à CASAR datant d'octobre 1987 (P274.GIF) montre bien qu'aucune évolution par rapport aux blocage (psychologique ou politique ?) dans les sphères officielles ne s'est faite depuis plus dix ans. Les suggestions faites par les associations sont irréaliste et molles autant que contradictoires.

Monsieur Sanséau (Président de l'association "Route plus sûre) ne peut pas être contre la répression et en même temps reprocher aux responsables de la SR de n'avoir que des actions molles et peu efficaces. (voir sa position vis a vis du délit de grande vitesse)

CASAR n'aurais jamais soutenu un délit de grande vitesse dont on pouvait facilement prévoir l'inefficacité. C'est le délit sur la vitesse avec contrôle permanent sur plusieurs heures qu'il faudrait soutenir avec l' INSTALLATION obligatoire d'une boite noire pour les conducteurs (pris en flagrant délit) qui dépassent exagérément la vitesse imposée (20 ou 30 km/h de dépassement = une boite noire)

 Tous les pays qui ont des résultats probants font de la répression pure et dure. Ceci de la manière la plus équitable possible.

Le comportement de monsieur GAUVIN en 1987 reste inchangé en 2001 , ceci prouve qu'aucune évolution n'a jamais été envisagée sérieusement par les politiques depuis plus de dix ans. 

Extrait du site "route plus sure" confirmant notre analyse:

"Le rapport de Mr GAUVIN promis pour fin décembre sur l'EAD ne nous a toujours pas été envoyé, malgré une lettre de relance à Mme COUX le 14 janvier, des coups de téléphone, des fax le 25 février à Mr GAUVIN, le 28 février à Mme COUX.. Le tout sans réponse à ce jour. On sait que les promesses sont faciles à faire et plus difficiles à réaliser. Mme COUX, donc Mr GAYSSOT, n'aurait-elle vraiment aucune autorité sur Mr GAUVIN ? Ou pensent-ils comme Mr PASQUA que "les promesses n'engagent que ceux qui y croient", ce qui est une manière de prendre les citoyens pour des imbéciles !"

Discussions a bâton rompu avec le président de route plus sûre:

Mail SANCEAU.htm  M101.htm

 


Chapitre IV

En ce qui concerne super-TITUS

Partie I : La boite noire généralisée ( sans l'utiliser forcement en répression forte mais de manière ferme sur les gens qui exagèrent) est envisageable rapidement si la volonté politique se faisait sentir , les députés clairement sensibilisés sur la manière douce d'utiliser cette boite seraient disposés a voter la mise en place généralisée de cette boite noire).

Contrairement aux autres composantes du dispositif (parties II et III) super-TITUS ne sont pas traitées ici volontairement car elles ne sont pas d'actualité car les délais de mise en application excluent des résultats probants avant 2010 a condition de lancer les projets , ceci en est loin actuellement.

 

Les parties n'ayant aucune utilité mise a part de lancer des discussions creuses sans aucun résultat sur l'hécatombe dans l'immédiat sont :

-La PARTIE II: Bornes RADAR fixes avec sanction automatisée (projet TIT.gif élaboré en 1990 dans l'indifférence générale des acteurs de la SR )

-PARTIE III : Bornes de télésurveillance pour détecter et intercepter les chauffards

 

Le matériel nécessaire pour le fonctionnement de super-TITUS (parties II et III nécessitant des installations fixes sur le réseau routier) est utilisé et testé actuellement par quelques rares polices municipales. Ces équipements d'avenir sont coûteux et ne concernent qu'un nombre extrêmement limité d'axes routiers peu "accidentogène" (deux sites a ma connaissance actuellement). Les délais de mise en place a grande échelle demanderaient au moins 10 ans .Ceci est incompatible avec l'urgence et la résorption de l'hécatombe que le ministre des transports Jean-Claude Gaysseaud espère résorber de 50% rapidement. Les délais de mise en place des infrastructures fixes pour la gestion du LIV ou du DLV sont comme pour TITUS d'une dizaine d'années, c'est pourquoi il faut trouver autre chose de plus facile a mettre en place en attendant: la boite noire. Sans contrôle fixes pour gérer les tronçons de vitesse, les dispositifs sophistiqués que sont le LIV et DLV n'ont pas d'efficacité a attendre dans l'immédiat car les véhicules du parc actuel ne sont pas adaptés et demanderaient une installation beaucoup trop coûteuse . Il en est de même pour la régulation par satellite qui demanderait l'équipement immédiat des véhicules en matériel électronique et informatique.

LA GRANDE UTOPIE DES associations DE SECURITE ROUTIERE

EXIGER LA MISE EN APPLICATION RAPIDE DE DISPOSITIONS NECESSITANT DU MATERIEL FUTURISTE QUE PERSONNE N'A LES MOYENS DE METTRE EN PLACE AVANT 10 ou 20 ANS (pour des questions économiques évidentes).

On ne peut pas critiquer le ministre des transports en lui reprochant de ne pas appliquer des mesures "infaisables" dans l'immédiat. Il faut avoir des propositions efficaces a court terme a proposer . Le LIV ou le DLV sans maîtrise extérieure par les infrastructures sont des leurres qui ne donneraient aucun résultat. Le parc automobile actuel n'est pas adapté pour recevoir un limiteur de vitesse. Il y aurait trop de complications liées a bon fonctionnement de ce limiteur. Le risque de créer des accidents a cause de ce limiteur n'est pas négligeable.( avec toutes les complications juridiques que cela impliquerait) Aucune instance officielle de SR (française ou étrangère) ne prendra jamais le risque d'imposer ce genre de matériel.

 

L'objectif immédiat serait uniquement de promouvoir à la mise en place d'une boite noire .Une campagne médiatique d'explication serait nécessaire elle viserait a expliquer au public qu'il existe dans notre pays une minorité de délinquants de la route et une majorité de conducteurs de bonne volonté qui ne veulent pas être assimilés a des voyous et qui ne demandent qu'a respecter les règles du jeu pour peu qu'elles soient expliquées clairement et les sanctions connues avec précision tout en étant relativement faibles si la volonté de nuire n'est pas décelée.

L'urgence étant de susciter une véritable prise de conscience pour enfin agir sur les comportements (totalement anormaux) d'une grande majorité de conducteurs qui sont habitués depuis des décennies a ne jamais respecter les limitations de vitesse a cause de l'impossibilité de contrôles permanents. Les services de police tolèrent des dépassements de vitesse et ce sont ces règles du jeu floues et mal définies qui incitent a la faute.

 

Phase 1 (six mois maximum)

a) La DSCR devrait définir et homologuer rapidement un modèle simplifié de boite noire. Elle devrait en encourager la fabrication en grande série (par une aide financière exceptionnelle à un industriel si nécessaire) pour accélérer sa mise sur le marché qui devrait être effective dans les six mois après l'homologation.

b) Simultanément a la mise au point et la fabrication industrielle de la boite noire, la DSCR prépare les français a l'idée que cette boite noire est surtout destinée a instaurer la transparence. Ce n'est pas une mesure de rétorsion car la priorité peut être donnée à l'éducation des conducteurs. La prévention restant prioritaire car la possibilité est donnée aux personnes de bonne volonté d'entrer dans le rang sans sanction graves. Ceci pour arriver a la conduite apaisée telle qu'on la connaît dans les autres pays de la communauté européenne. Les comportements agressifs répétitifs et exagérés de certains conducteurs seront seuls concernés .

 

Phase 2

a) Mise sur le marché de la boite noire simplifiée: (modèle 1 ) avec mesures incitatives fortes pour que les automobilistes fassent équiper leur véhicule et soient en permanence tenus au courant des statistiques concernant les véhicules ayant une boite noire, ceci afin de bien montrer la différence entre les conducteurs sérieux (acceptant les règles du jeu ) et les autres qui refusent la transparence. Rabais important sur les amendes (50% )et sur le nombre de points retirés ,baisse importante de la prime d'assurance (avec un suivi statistique de la part de responsabilité dans les accidents impliquant les véhicules équipés de boite noire)

b) Les infractions graves les tribunaux infligeront l'installation obligatoire de la boite noire (modèle 1) en terme de sanction automatique indépendamment des sanctions prévues habituellement

 


 Chapitre V

 

Le rapport de Catherine DAYRE sur la sécurité routière en Angleterre

 - émission sur radio France Inter le 19 février 2001

 - Notre lettre à Catherine DAYRE restée sans réponse, le civisme concerne tout le monde ,les fonctionnaires impliqués dans le dossier SR n'ont pas d'excuse : Catherine DAYRE.htm Madame Dayre expliquez vous !Le rapport en question étant implicitement assez accablant pour la SR en France car il dévoile clairement que c'est surtout le manque de sérieux dans la répression qui pose problème), nous comprenons les réticences de Mme Dayre

Nous avons trouvé le rapport de Catherine Dayre sur le site: www.jamanga.com

Rapport DAYRE.htm

Madame Dayre, en Angleterre combien pour 140 km/h en ville ? 140.GIF En France c'est pas cher du tout! Ceci explique peut être cela !

 


Sondage de l' Express du 2 novembre 2000

Les français contre la vitesse

C'est la surprise de ce sondage Ifop effectué pour L'Express et la Sécurité routière (2 novembre 2000) avant le week-end le plus meurtrier de l'année: 3 Français sur 4, jeunes comme vieux, accepteraient que soit installé un limiteur de vitesse sur le moteur des automobiles en construction pour diminuer le nombre des accidents de la route. Bien entendu, les femmes (86 %) se montrent beaucoup plus favorables à une telle mesure que les hommes (63 %). Mais même la relative adhésion de ces derniers paraît très encourageante à Geneviève Jurgensen, présidente de la Ligue contre la violence routière: " Nous préconisions cette mesure depuis des années. On nous répondait invariablement que les Français ne l'accepteraient jamais.
C'est la première fois qu'un sondage prouve le contraire et c'est une très bonne nouvelle. "Bien plus, au moment où le gouvernement croit redoubler d'audace en autorisant enfin les forces de
l'ordre à confisquer immédiatement le permis de conduire aux automobilistes coupables de grand excès de vitesse, les Français se montrent encore plus entreprenants, puisqu'ils s'attaquent à la source en estimant que la première aberration est de laisser construire des voitures dont le tiers peut dépasser les 200 kilomètres à l'heure. Pour 70 % des sondés, " cela peut inciter les conducteurs à dépasser les vitesses autorisées ".

Le fameux incivisme du conducteur français serait il donc en voie de disparition ? On le croyait indulgent vis-à-vis des chauffards, or, en cas d'accident grave, 81 % des personnes interrogées sont partisanes de l'annulation immédiate du permis, 68 % de la confiscation du véhicule et d'une peine de prison. Peu enclin à voir brimée sa sacro-sainte liberté individuelle ? Ils sont 82 % à accepter une visite médicale régulière, 75 à approuver l'installation d'un limiteur de vitesse, 68 % à agréer l'instauration d'un taux d'alcoolémie légal à zéro gramme par litre.

De même, un conducteur sur deux (55 %) se dit aujourd'hui prêt à ce que l'on installe une boîte noire ou un mouchard sur son moteur pour pouvoir mieux analyser les causes précises des accidents. Tout récemment, le patron de Renault, Louis Schweitzer, a proposé l'installation progressive d'une boîte noire sur toutes ses voitures. Et la Ligue contre la violence routière demande qu'une vaste enquête soit menée pendant un an sur des véhicules de l'Etat ainsi appareillés. Si l'initiative se réalisait et démontrait l'efficacité préventive de la boîte noire, il y aurait fort à parier que l'adhésion à une telle mesure serait encore plus forte.

Car, contrairement aux idées reçues, le profil de l'automobiliste français est moins néandertalien que ne le laissent supposer certains experts. Aujourd'hui, le risque d'accident est cinq fois moins élevé qu'en 1970. La mortalité, par exemple, a diminué de moitié (16 448 morts en 1970, pour 8 029 en 1999), malgré l'augmentation constante du trafic routier. Si les mesures prises par la Sécurité routière et qui concernent surtout les limitations de vitesse ont porté leurs fruits, ce sondage démontre que les mentalités changent.
Ainsi, en 1998, seules 40 des personnes interrogées citaient l'alcool comme principal facteur de risque.
Aujourd'hui, elles sont 57 % !


Cette page est en cours de construction ; elle est susceptible de modifications. Le projet définitif sera enregistré en juillet 2001 en presse périodique sous le dépôt légal du N 101 de la revue bimestrielle de "Microscope" (éditée par l'association C.A.S.A.R)

Les organismes ou associations concernées par la sécurité routière peuvent faire leurs suggestions .Nous leur prêterons la plus grande attention lors de l'élaboration de ce projet.

Pour me joindre: francis.gatti@wanadoo.fr

 


Autres dossiers de la SR : TITUS.htm et M101.htm


Retour accueil: http://perso.wanadoo.fr/casar