Site CASAR http://pagesperso-orange.fr/casar

 Retour vers M182.htm

 


Les recherches conjointes de trois autodidactes Philippe VIOLA, Patrick FLAMAND et Francis GATTI ouvrent des perspectives pour perfectionner la relativité générale VIOLA (**) pour les équations , FLAMAND pour les travaux pratiques (*) et GATTI par les travaux d'approche ( 20 ans de recherches CASAR )

(*) FLAMAND

(**) VIOLA


Sommaire

Entrée en matière ENTREE

POINT_1

POINT_2

POINT_3

POINT_4

POINT_5

POINT_6

POINT_7

POINT_8

POINT_9

POINT_10

POINT_11

POINT_12

POINT_13

POINT_14

POINT_15

POINT_16

POINT_17

POINT_18

POINT_19

 


 

Tentative de conciliation de la relativité générale avec les travaux de CASAR

 

La seule question qui se pose  pour le chercheur spécialisé paranormal c'est de savoir si nos connaissances théoriques physiques/mathématiques constituant les fondements du savoir comporteraient des lacunes pouvant ouvrir la voie a des dysfonctionnements qui pourraient être responsables d'aberrations de nature physique modifiant notre réalité a un tel point qu'elle nous semblerait surnaturelle car contraire a notre logique . Ces phénomènes paranormaux avec effets physiques auraient alors une réalité contestée a juste titre par la science officielle qui pourtant reconnaît son incomplétude. Ces phénomènes pourraient se manifester dans notre réalité qui est gérée par l'espace temps non encore complètement élucidé . La conférence faite en 2007 par Renaud PARENTANI ( PARENTANItransc.htm )au VII° colloque de Bruxelles constitue une base de réflexion permettant d'envisager une conciliation avec les recherches casar pleine de promesses.

Ce dossier représente une formidable plate-forme de concertation entre scientifiques et chercheurs marginaux . Les connaissances des uns et des autres sont complémentaires leur conjonction dans un but constructif permettraient de faire avancer la connaissance.

Que vous soyez chercheur reconnu ou pas vous avez ici votre place alors faites nous des suggestions permettant d'améliorer notre travail et nous le s intégrerons a ce dossier .

Contrairement a beaucoup de théoriciens ( Nourissat ) nous ne critiquons pas la relativité générale mais cherchons uniquement a la compléter :


 

N°1 "Le changement le plus important , c'est la pris en compte c'est la prise en compte des phénomènes gravitationnels dans la description de l'espace temps. La grande idée d'Einstein c'est qu'il y avait un lien entre la gravitation, les phénomènes gravitationnels et la géométrie d e l'espace temps. "

 

----------------------------------------------

N°2 En relativité générale, la géométrie de l'espace temps n'est plus une géométrie donnée une fois pour toute mais au contraire ; elle est dynamiquement déterminée. Ce qui veut dire que son évolution découle du principe de moindre action comme c'est le cas pour tout autre système dynamique

----------------------------------------------

N°3 Le monde qui nous entoure est en permanence rempli de processus: CHIMIQUES,ATOMIQUES, BIOLOGIQUES,MENTAUX,SOCIETAUX Par processus, je veux designer une succession généralement ordonnée de différents états

 

AVIS DE CASAR
Nos recherches s'intéressent aux processus mentaux qui sont ici pris en compte au même titre que les processus atomiques ou chimiques. Ceux-ci mériteraient d'être définis plus en détail par les neurobiologistes. Ceux qui sont étudiés dans les universités actuellement concernent uniquement le fonctionnement du cerveau (en interne ) en tant que machine a télécommander le corps , à gérer les processus biologiques permettant la vie. Les recherches paranormales de CASAR s'intéressent aussi a d'hypothétiques émissions radioélectriques extrêmement faibles capables d'agir vers l'extérieur du cerveau pour générer différents phénomènes qui échappent a notre entendement . Les projections de pensée de Patrick Flamand ( http://pagesperso-orange.fr/CHUM/M163.htm ) tout comme les matérialisations et dématérialisations d'objets (décoherence macroscopique) entrent dans le cadre de ces émissions radioélectriques faibles supposées. Les extraits tirés des écrits de Philippe VIOLA et d'Hervé ZWIRN (ci-dessous) ne sont que des idées lancées dans un cadre théorique mais elles concordent merveilleusement bien avec les nombreux témoignages recueillis par CASAR au fil des années. Il y a donc bien ici une jonction entre science et parasciences que les chercheurs en université feraient bien de ne pas feindre d'ignorer.
Selon nous, l'ensemble des processus mentaux qui se manifestent au niveau macroscopique par des "aberrations" d'ordre physique à l'extérieur du cerveau humain ( dans l'environnement immédiat du sujet) résultent d'un processus de conversion d'un signal quantique en signal classique .Il y aura nécessité de compléter la relativité générale sur ce point important qui ouvrira des horizons nouveaux en matière de phénoménologie . La transposition exceptionnelle dans le classique d'événements microscopiques dans le cerveau génère des aberrations macroscopiques de grande ampleur a l'extérieur. Ceci est envisagé mathématiquement par Philippe Viola et pourrait être vérifié expérimentalement si les responsables de la recherche scientifique de notre pays voulaient se donner la peine de mettre sous contrôle officiel stricte Patrick Flamand dans des expériences de projection de pensée (PDP).
Voici en exclusivité mondiale casar vous propose un échantillonnage des premières projections de pensées de Patrick qui se positionne ici en pionnier de la recherche ; ceci ne peut pas laisser indifférents les scientifiques honnêtes de haut niveau de tous les pays car les preuves scientifiques sont ici : FLAMAND
Pour revenir à l'état d'un système et les perturbations liées à la mesure Hervé ZWIRN déclare qu'il faut appliquer l’équation de Schrödinger à la fonction d’ondes du système S, de l’appareil A et de l’environnement E .Il avance à juste titre qu'un système donné doit inclure le sous-système environnement. Il en déduit (grâce aux travaux de ZEH et ZURECK ) qu'à certaines réserves près l’état du sous-système E est identique à celui du système S pour en conclure que l’évolution par l’équation de Schrödinger et celle par le principe de réduction du paquet d’ondes sont réconciliées.
Nous notons avec satisfaction la prudence d'Hervé ZWIRN qui prend la précaution d'émettre des réserves, il ne ferme donc pas définitivement la porte a l'existence possible d'exceptions ou d'anomalies qui sont lourdes de conséquences pour expliciter les phénomènes paranormaux .Dans le cas de figure des PdP ou des poltergeists il faut intégrer l'être humain générateur "d'anomalies" comme sous-système H a part entière existant dans le sous-système E. Il faut reconnaître que l'existence d'un sous-systeme (H) dans le sous-système (E) complique sérieusement la tâche des chercheurs mais c'est justement cette complexité qui est responsable de la nature considérée a tort comme "surnaturelle" des événements paranormaux qui défient notre logique matérialiste. Ceux-ci ne se manifestent qu'aléatoirement lorsque l'émotivité du sujet est en mesure d'inverser l'état du sous-système H . Par effet dominos ce basculement se répercute dans les autres systèmes et par voie de conséquence dans les autres processus évoqués par Renaud Parentani : chimiques, atomiques, biologiques, sociétaux etc.. L'état du sous-système E est directement dépendant de l'état du sous système H .Dans ce cas, l'idée proposé par ZEH est contestable car l’état résultant n'est pas forcement identique à celui qu’on obtient par le principe de réduction du paquet d’ondes.

 Hervé ZWIRN déclare:

" Lors d’une mesure, on se contente d’observer le système et l’appareil et on laisse de côté l’environnement. La raison en est d’une part que l’environnement ne nous intéresse pas et d’autre part, qu’on serait bien incapable de mesurer les grandeurs attachées à ses différentes composantes ; qu’on pense au nombre faramineux de molécules d’air dans une pièce ! On sépare donc le système et l’appareil de leur environnement. "

Dire que l'environnement n'intéresse pas le physicien est totalement irresponsable. Prendre pour prétexte que la démonstration de ZEH est suffisante et pertinente pour exclure l'environnement du système est scientifiquement inadmissible . Ceci est peut être valable dans le cas de figure d'un système physique simple mais lorsqu'il existe des sous-systèmes biologiques (ou mentaux) dans l'environnement ce que dit HZ n'est pas toujours vrai .L’évolution par l’équation de Schrödinger et celle par le principe de réduction du paquet d’ondes ne sont pas réconciliées et des événements quantiques divers peuvent être induits. La decoherence peu dans ce cas affecter des objets macroscopiques.

Hervé ZWIRN commet la grave erreur de ne pas tenir compte des autres disciplines ; il se cantonne au domaine restreint de la physique académique , ce qui montre l'étroitesse de son raisonnement. Comment avoir le culot d'exclure l'environnement d'un système quantique alors que c'est dans cet environnement que se produisent une quantité incroyable de phénomènes psychiques a partir du moment où un sujet hypersensible (un médium , un malade mental , autiste , psychotique etc..) y est présent en tant que sous-systeme imbriqué dans les autres systèmes.

Il suffit de lire les écrits de Raymond RUYER, de FORMAN, de prendre connaissance de la thèse de BOURBONNAIS ,lire l'ouvrage "la folie un bien pour l'humanité" pour comprendre que des projections psychiques peuvent être produites par des psychotiques. (Les cdrom audio inédits de la documentation casar regroupent plus d'une centaines d'émissions et débats scientifiques et colloques de très haut niveau. Cette documentation rassemblée en deux décennies lors d'émissions diffusées généralement sur France culture permettra aux étudiants de bien comprendre ce dont il est question ici et d e coopter notre réflexion pour faire avancer la recherche significativement dans un domaine plein de surprises car la relativité générale comporte des lacunes que seul les questions psychiques peuvent combler .

Les projections de pensée de Patrick FLAMAND ont énormément d'intérêt et pourraient bien servir de caution au recherches CASAR pour faire avancer la connaissance sur relativité générale . Hervé ZWIRN déclare que les calculs quantiques concernant l'environnement dans un système donné les calculs concernant les molécules d'air sont trop complexes. Il décide de ce fait d'abandonner la prise en compte de l'environnement dans l'évaluation du système sans autre forme de procès. Ce n'est pas très scientifique de sa part car en faisant abstraction de l'environnement il ferme la porte a une investigation complète de système en question. C'est la raison pour laquelle nous pensons que la relativité générale est a ce niveau incomplète. Les anomalies physiques constatées dans l'affaire Pantel comme par exemple les empreintes de billes dans le verre (ou les apparitions d'objets divers dans des locaux clos sans trace de passage depuis l'extérieur ; cailloux ou pièces de monnaie) sont liées a des dysfonctionnement psi qui modifient la nature physique d'objets dans l'environnement immédiat d'un sujet (souvent une personne ayant une nature psychotique) Il s'agit manifestement d'une decoherence d'objets macroscopiques par effet domino.

Les chercheurs ambitieux qui font de la physique théorique devraient méditer longuement ce que dit ensuite Hervé ZWIRN :

" Zeh dans les années 70 qui fit remarquer que les niveaux d’énergie des systèmes macroscopiques sont tellement proches les uns des autres que même de toutes petites fluctuations peuvent les affecter. Ils ne peuvent donc jamais être considérés comme réellement isolés de leur environnement".

Les toutes petits fluctuations en question pourraient générer des signaux radioélectriques de très faible intensité (difficiles voir impossibles a détecter) qui seraient ensuite amplifiées.

 

 DOCUMENTATION POUR LE POINT N°3

 

a) Extrait de "Para c'est du normal" de Philippe VIOLA

La bioquantique va précisément à l'encontre de cette idée préconçue et considère que les espaces internes peuvent à leur tour servir de cadres physiques nouveaux au même titre que l'espace-temps externe. On comprend dès lors pourquoi l'énergie produite par les ondes cérébrales n'est pas directement détectable par un E.E.G. Ce que détectent nos instruments de mesure (dont l'E.E.G.), c'est la propagation des signaux DANS l'espace-temps. Ici, le problème est différent, car les signaux dont nous parlons se propagent HORS de l'espace-temps, DANS l'espace d'onde. Ils ne dépendent donc que des caractéristiques internes des ondes cérébrales et l'espace-temps ne joue plus qu'un rôle secondaire, subalterne, de paramètre, de la même manière que le temps joue le rôle de paramètre dans le mouvement des corps matériels à l'intérieur de l'espace physique habituel. Ces "signaux psychiques", que les parapsychologues appellent "ondes PSI" ne sont PAS des ondes cérébrales, mais des FONCTIONS d'ondes cérébrales. L'espace-temps est donc bien transcendé. Pour espérer mettre en évidence cette "énergie psychique", il faudra sans doute concevoir de nouveaux instruments de mesure mieux adaptés que l'E.E.G.

Extrait d'un message personnel que nous à envoyé PV: "Pour les transcommunications, la critique de Lignon est du 100% CZ : tout pour la casse et aucune proposition alternative. Moi, au moins, j'ai établi un résultat mathématique (qui va dans le sens d'une amélioration des techniques de détection, soit dit en passant, puisque la transcommunication y apparaît comme un processus de conversion d'un signal quantique en signal classique."

 

b) Extrait du site http://www.asmp.fr Citation des travaux d' Hervé ZWIRN membre de l'Académie des Sciences morales et politiques

La Théorie de la décohérence

La solution est venue d’une remarque de Zeh dans les années 70 qui fit remarquer que les niveaux d’énergie des systèmes macroscopiques sont tellement proches les uns des autres que même de toutes petites fluctuations peuvent les affecter. Ils ne peuvent donc jamais être considérés comme réellement isolés de leur environnement.

Il en résulte que dans ce que nous avons appelé le deuxième point de vue lors d’une mesure, le grand système S doit inclure aussi cet environnement. Il faut donc appliquer l’équation de Schrödinger à la fonction d’ondes du système S, de l’appareil A et de l’environnement E.

On aboutit alors après l’instant t, à un état enchevêtré du système, de l’appareil et de l’environnement. Apparemment il semble qu’on n’y gagne rien.

Cependant, lors d’une mesure, on se contente en fait, d’observer le système et l’appareil et on laisse de côté l’environnement. La raison en est d’une part que l’environnement ne nous intéresse pas et d’autre part, qu’on serait bien incapable de mesurer les grandeurs attachées à ses différentes composantes ; qu’on pense au nombre faramineux de molécules d’air dans une pièce ! On sépare donc le système et l’appareil de leur environnement.

Or, la mécanique quantique nous dit que lorsqu’on ne s’intéresse qu’à un sous-système d’un grand système, il est possible d’obtenir son état à partir de l’état du grand système en faisant une opération mathématique — qui s’appelle " prendre la trace partielle " — sur l’état global. Et c’est là que la suggestion de Zeh montre sa pertinence, puisqu’il est possible de montrer — Zurek a été un des premiers à le faire au début des années 80 — que l’état ainsi obtenu est identique — à certaines réserves près que nous verrons plus loin — à celui qu’on obtient par le principe de réduction du paquet d’ondes. L’évolution par l’équation de Schrödinger et celle par le principe de réduction du paquet d’ondes sont enfin réconciliées.

 

------------------------------------------------

N°4 on peut montrer qu'un seul paramètre temporel permet de suivre l'ensemble des phénomènes quelque soit notre position sur la terre, dans le système solaire, dans la galaxie, et vraisemblablement dans tout l'univers visible. On en arrive a la déduction centrale dans la nature du temps ; c'est que malgré la diversité et la multiplicité des processus dans l'univers, un seul paramètre réel suffit pour en suivre l'évolution . Cette remarque générale est vraie quelque soit le cadre dans lequel on travaille dans un cadre de mécanique Newtonienne, de relativité restreinte, de relativité générale et aussi en mécanique quantique.

 

 

----------------------------------------------------

N°5 Ainsi on peut valider par l'expérience qu'il existe un temps inertiel commun a tous l'univers

 

------------------------------------------------------

N°6 En conclusion provisoire, on peut dire qu'avec la relativité restreinte on a assisté a une géometrisation du concept de temps qui est inclus dans le concept quadridimensionnel d'espace temps. Si on en restait là, le statut du temps serait scellé dans une structure géométrique donnée dans laquelle il y a une coordonnée temporelle privilégiée qui est associée a la géométrie de l'espace temps

 

 

-------------------------------------------------

N°7 Au niveau physique , en ce qui concerne la compréhension des phénomènes cette courbure encode la totalité des phénomènes gravitationnels Il faut prendre ceci au pied de la lettre; ce n'est pas certains phénomènes qui seraient encodés mais la totalité des phénomènes gravitationnels .Que ce soit la formation des galaxies , la formation des trous noirs , la chute des corps a la surface de la terre

 

 

 

-----------------------------------------------

N°8 La totalité des phénomènes gravitationnels doit pouvoir se décrire en terme de courbure de l'espace temps. Jusqu'à présent la confrontation des observations faites tout au long du XX° siècle avec les prédictions de la relativité générale n'a pas encore révélé le moindre désaccord donc il n'y a pas lieu de penser qu'il faille améliorer la relativité générale pour décrire les phénomènes naturels que nous observons

 

 

-----------------------------------------------

N°9 La totalité des phénomènes gravitationnels doit pouvoir se décrire en terme de courbure de l'espace temps. Jusqu'à présent la confrontation des observations faites tout au long du XX° siècle avec les prédictions de la relativité générale n'a pas encore révélé le moindre désaccord donc il n'y a pas lieu de penser qu'il faille améliorer la relativité générale pour décrire les phénomènes naturels que nous observons. Un seul paramètre suffit en relativité générale malgré le fait que l'espace temps soit déformé. Un seul paramètre suffit , on ne perd pas la totalité des propriétés du temps.

 

 

 

-----------------------------------------------

N°10 Je pense qu'il faut voir la relativité générale comme une dynamisation de la géométrie. C'est a dire qu'en relativité générale la géométrie perd une de ses propriété (qu'on croyait constitutive de la géométrie) ; c'est le fait de fournir un cadre dans lequel les événements ont lieu.

 

 

 

--------------------------------------------------

N°11 Si le point n°10 ; deuxième aspect de la relativité générale n'est pas autant souligné que le premier (la géometrisation de la physique) c'est qu'au cours du XX° siècle la relativité générale a été surtout étudiée par des géomètres qui étaient très content de pouvoir utiliser leur compréhension de la géométrie pour décrire les phénomènes gravitationnels. Je pense qu'essentiellement avec John WHEELER le mouvement inverse à commencé c'est a dire d'insister sur le fait qu'en Relativité Générale (telle que décrite par Einstein) la prise en compte d'un aspect absolument central c'est que la géométrie est un objet dynamique et pas une quantité passive (?) Si on devait retenir qu'une seule chose c'est que l'enseignement de la géométrie définie comme quelque chose de défini une fois pour toute dans lequel les événements ont lieu et prennent place est quelque chose qui est écarté dans l'avènement de la RG

 

 

 

---------------------------------------

N°12 Dans la théorie de la relativité générale la géométrie de l'espace temps obéit au principe de moindre action comme le font toutes les autres variables dynamiques ; c'est a dire qu'il existe en RG une action qu'on appelle l'action d'Einstein/ Hilbert qui gouverne l'évolution de la géométrie et cette action prend une valeur extrémale lorsqu'elle est évaluée le long des solutions critiques. Si la RG s'applique a notre univers c'est que cette action d'Einstein/Hilbert est extrémale; c'est une des solutions de la RG . Pour tout les systèmes dynamiques l'action extrémale de la RG obéit a une équation qu'on appelle l'équation d'Hamilton/Jacoby

 

 

 

---------------------------------------

N°13 Par contre quelque chose de tout a fait nouveau dans cette équation d'Hamilton/Jacobi c'est que le paramètre temps n'y apparaît pas. Au lieu d'avoir une structure habituelle où apparaît la dérivée de l'action par rapport au temps , ce terme là n'apparaît pas et donc un changement tout a fait radical , une propriété unique de la relativité générale Cela traduit une forme inhabituelle exceptionnelle de l'équation de Hamilton/Jacobi .

 

 

 

---------------------------------------------------

N°14 Avant d'expliquer cela on peut se poser la question dans le cas où on utiliserait un cadre de mécanique quantique on sait que l'équation d'Hamilton/Jacobi donne lieu à l'équation de SCHRODINGER

 

 

 

-----------------------------------------------

N°15 A quelle équation arrive t-on lorsqu'on procède a la quantification de la gravitation? On retrouve de manière très précise ce dont je viens de parler a propos de l'équation d'Hamilton/Jacobi on aurait pu s'attendre a trouver l'équation de Schrodinger mais ce n'est pas cela que l'on trouve parce que la variable temporelle n'apparaît pas. On obtient une nouvelle équation de WHEELER/DEWITT qui n'a pas du tout la structure d'une équation de SCHRODINGER parce que le terme habituel constitutif de l'équation de SCHRODINGER n'apparaît pas….. on revoie la quelque chose de tout a fait extraordinaire qui fait partie intégrante de la RG parce que le terme dépendant du temps n'apparaît pas.

 

 

------------------------------------------

N°16 Dans un cadre quantifié, cela veut dire que la fonction d'onde de l'univers qui incorpore l'ensemble des variables ; (contenant et contenu) est tout simplement indépendante du temps Face a cette indépendance comment retrouve t-on l'ancien entendement de la mécanique et de l'évolution temporelle ?Cette disparition du temps de la fonction d'onde ou de l'équation de Hamilton/Jacoby est lié au fait que le paramètre temporel peut être arbitrairement choisi C'est pourquoi cette disparition du temps ne peut pas apparaître dans les objets physiques ; c'est une quantité que l'on peut choisir selon son bon vouloir ceci veut dire que le paramètre temporel n'est tout simplement pas une quantité physique , il ne représente qu'une variable auxiliaire qu'il est parfois utile d'introduire

 

 

 

-----------------------------------------------

N°17 Lorsque vous prenez un ensemble composé de sous-systèmes différents, il existe une fonction qui caractérise la totalité de l'ensemble c'est la somme des énergies des différents sous-systèmes. Quelque soit la complexité des sous-systèmes il existe toujours une somme de leurs énergies respectives Quelque soit le sous-système; il sera toujours caractérisé par une certaine somme des énergie des sous-systèmes qui le composent et ceci garantie l'unicité du temps

 

 

-----------------------------------------------

N°18 l'équation de Wheeler/Dewitt n'ayant pas la structure d e l'équation de Schrodinger avec la grande différence qu'au lieu d'être une équation de premier ordre comme celle de SCHODINGER est une équation de second ordre qui induit un doublement des solutions 34.10 et on peut se demander a quoi cela correspond . On voit que la moitié correspond a L'univers en expansion et que l'autre moitié décrit des univers en contraction. Ce doublement des solutions pose néanmoins un problème important ; c'est que dans le cadre de l'équation de W/D ces deux secteurs ne sont pas découplés

 VOIR FILVIOLA3bis.doc

 

 ---------------------------------------------

N°19 Il existe donc une forme de couplage ou de dialogue entre des univers en expansion et des univers en contraction A l'heure actuelle il n'existe aucune solution satisfaisante pour interpréter le sens de ce couplage .On ne parvient pas a faire de prédictions car la notion de probabilité a été perdue en cours de route, ce qui est encore plus grave Au travers de ce couplage tout a fait inhabituel ; en même temps qu'on perd la notion de temps ;lorsqu'on prend en compte la notion le caractère quantique de la géométrie au travers de cette équation de W/D on perd simultanément la notion de temps et la notion de probabilité utilisées en MQ Vraisemblablement, ce qui se passe c'est qu'on récupérerait ces deux notions ensemble ; a la fois temporalité et probabilité lorsqu'on utilise des univers suffisamment grands. On retrouve ici une remarque concernant les travaux de Lemaître ; c'est que le temps et l'espace seraient des concepts émergents pour des univers suffisamment macroscopiques. 36.41

 


Le dossier Patrick FLAMAND
 
Voici en exclusivité mondiale un échantillonnage des premières projections de pensées de Patrick FLAMAND qui se positionne ici en pionnier de la recherche .Les projections de pensée de Patrick Flamand ne peuvent pas laisser indifférent les scientifiques de haut niveau de tous les pays pour les raisons qu'explique PF ici : W199 PF .wav
Le cd rom concernant les analyses préliminaires des PDP sera disponible sous quelques jours sur le site annexe de CASAR: http://membres.lycos.fr/TCIarchives/
 
Les mots (ou phrases) dont les liens sont ci-dessous sont tirés des fichiers audio que nous avons reçus de Patrick Flamand; ceux-ci ne sont pas apprendre a la légère. Ce sont des mots projetées par la pensée humaine qui doivent être impérativement étudiés dans leur contexte psi par la recherche scientifique.
W200sel.wav David
W201sel.wav Alléluia lent
W202sel.wav Le corps du Christ 1
W203sel.wav Le corps du Christ 2
W205sel.wav Alléluia rapide
W206sel.wav Je suis au paradis
W207sel.wav Connais toi toi même
W208sel.wav Angélique
W209sel.wav 1 2 3 4 5
W210sel.wav Bernadette Soubirou test réalisé sous le contrôle de francis GATTI (en duplex téléphonique) voir détails ici: http://pagesperso-orange.fr/CHUM/CR13fevrier08.htm
 


La position de Patrick FLAMAND sur les projections de pensées
 

Je mets à votre écoute13 fichiers audio, pour chaque résultat que j'ai jugé probant à mon oreille et que je présente
verbalement :

----- 3 fois de suite la version originale non-traitée.
----- 3 fois de suite la version épurée sur le logiciel COOL EDIT PRO (version 1.2)
----- Ma voix imitant au mieux ma projection de pensée TELLE QU'ELLE S'EST ENREGISTREE.
----- 5 fois de suite : une comparaison côte à côte entre ma voix et ma pensée prononçant exactement les mêmes mots et phrases. (après l'écoute de certaines résultats figurent parfois des commentaires audio)
Au-delà de l'écoute seule de comparaison entre ma voix et ma pensée, ce qui serait le plus intéressant, je trouve, scientifiquement parlant : c'est de comparer les timbres, les fréquences, les phonèmes, les harmoniques et tout un tas d'autres choses... De façon à voir les différences qui peuvent exister entre ma voix et ma pensée prononçant les mêmes mots et phrases. Et c'est pour cette raison que j'ai fait exprès d'imiter du mieux que j'ai pu avec ma voix physique chacune de mes pensées matérialisées (de la même façon que mes pensées se sont enregistrées, je le souligne !) : pour que des ingénieurs du son (je pense à monsieur Ferrandi) et des scientifiques puissent analyser ça de très près (s'ils le désirent et en ont le temps, bien sûr).


Je présente ces résultats probants :


--- David (mon tout premier résultat probant obtenu en projection de pensée)
--- Alléluia (mot projeté lentement par ma pensée)
--- Le corps du Christ (voix paranormale de TCI obtenue par J.Blanc-Garin)
--- Le corps du Christ (ma pensée projetée en insistant mentalement sur la lettre : " t " )
--- Alléluia (mot projeté rapidement par ma pensée)
--- Je suis au Paradis (projection de pensée).
--- Connais-toi toi-même (projection de pensée).
--- Angélique (projection de pensée).
--- 1,2,3,4,5 (avec un léger temps d'arrêt psychique entre les chiffres 2 et 3, comme ceci : 1,2...3,4,5 )
--- Bernadette Soubirous (projection de pensée : résultat récent obtenu en 2008)


J'y ai inclus quelques commentaires audio de l'ingénieur du son Thierry Nachtergaële (extrait d'une interview de Jean-Michel Grandsire daté du dimanche 16 avril 2000, en Belgique), des commentaires du père Brune, du professeur Rémy Chauvin et d'un psychiatre. Mais il y aura également l'écoute d'une voix paranormale obtenue par Jacques Blanc-Garin en TCI, dans le but de faire comprendre pourquoi et comment j'ai choisi de projeter mentalement cette même phrase qu'il a obtenue en TCI (à propos de la phrase : " Le corps du Christ ").


Autres précisions sur mes expériences menées en projections de pensées :


--- Ces mots et phrases projetés en pensées ne s'entendent pas sur le direct des enregistrements mais seulement après leur écoute. C'est très curieux, je sais, mais il en est ainsi et pas autrement.

--- Le choix de ces mots et phrases s'est fait par rapport à ma foi Chrétienne. J'ai choisi des choses qui avaient un sens pour moi, ne voyant aucun "intérêt" à projeter : "la table est ronde", "mon chat a faim" ou : "ma chemise est bleue". Mis à part une fois où j'ai tenté de projeter les chiffres : 1,2,3,4,5. Je rajouterai qu'en tant que Chrétien ayant la foi, je ne me serais jamais permis de tricher avec de tels mots et phrases aussi sacrées. Le faire aurait mis mon âme en danger, et puis on n'a pas le droit d'induire les autres en erreur, car nous sommes RESPONSABLES DE NOS ACTES.
Donc n'ayez crainte : TOUT EST ABSOLUMENT VRAI ! J'ai ma conscience TRANQUILLE là dessus devant Dieu (dans ma foi) et devant vous, car je témoigne de choses VRAIES, sans aucun trucage quelconque.

--- Je ne contrôle pas ce phénomène à volonté, il reste aléatoire et assez rare dans l'ensemble, mais il vaut vraiment la peine d'être expérimenté devant des scientifiques à l'esprit ouvert. S'ils en aient sur Paris, je suis preneur ! Ce phénomène peut être prouvé : TOUT EST POSSIBLE !

--- J'ai obtenu environ 15 résultats jugés probants, mais environ une trentaine d'autres en plus que je n'ai pas jugé bon de retenir du fait qu'ils étaient, ceux là, extrêmement faibles à l'écoute, ou alors on entendait à peine que la moitié du mot ou de la phrase projetée mentalement.

--- Je n'ai jamais vendu le moindre de ces résultats (idem pour toutes les voix paranormales que j'ai obtenues en TCI). Je donne tout GRATUITEMENT. Jésus a dit : " Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement. " Telle est ma devise.

--- Toutes ces pensées audibles ont été obtenues avec le magnétophone : SONY : TCS-580V, parfois avec micro extérieur (SONY : ECM-717), parfois sans micro (avec celui déjà incorporé). Les cassettes, elles, pouvaient être de marques différentes (SONY et TDK surtout, mais aussi d'autres marques) et de type différent (chrome ou type 1).

--- Certaines pensées audibles ont été obtenues sur un support de bruit de fond de télévision (comme en TCI) mais d'autres ont été obtenues dans le silence le plus TOTAL d'enregistrement (sans aucun support donc) comme pour le mot : " Alléluia " que j'ai projeté mentalement de façon rapide, mais aussi pour d'autres pensées que j'ai obtenues dans le silence total.

--- Je ne suis pas le seul à avoir obtenu ce type de résultats probants en projections de pensées. Je peux citer le docteur Yvonne Nehlil (qui a obtenu le prénom : "Gustave" ), Gérard Ferrandi (ingénieur en son radar) qui m'a dit avoir obtenu aussi les chiffres : "1,2,3, 4,5 " et le père Brune cite les noms de deux autres personnes : un scientifique Autrichien et un ingénieur du son Italien ; vous pourrez l'écouter (car je l'ai inclue dans l'un de ces fichiers audio).


DOSSIER Philippe VIOLA

 
Les travaux mathématiques de Philippe VIOLA seront mis a disposition des scientifiques qui nous en feront la demande.
 
Echanges avec PV au sujet de la réversibilité de la décoherence Ph-VIOLA.htm
 
MISE EN BOUCHE
 
Afin que vous puissiez vous faire une idée correcte au sujet des capacités en physique théorique de PV voici son analyse d'un article publié dans science et avenir par Gregoire Nicolis de L'université libre de Bruxelles
----------------------
----- Original Message ----- From: bioquantique To: francisgatti Sent: Saturday, July 16, 2005 7:41 PM Subject: L'encart de Nicolis
J'ai essayé de te répondre sur l'encart de Nicolis ( Science et avenir hors série de Juillet/août 2005 page 39)
http://perso.wanadoo.fr/casar/NICOLIS.GIF
 
Agrandir l'image NICOLIS.GIF
vers midi, mais un petit pb technique sur les pages web m'a supprimé ce que j'avais commencé à écrire. Tant mieux d'ailleurs, car j'avais lu en diagonale, juste avant de manger, et j'aurais écrit des bêtises.
Bon. Rien à redire sur cet encart, c'est correct. Quelques précisions, peut-être?
1) Le nombre N de variables "microscopiques" Xi représente le nombre de degrés de liberté du système. Par exemple, pour un ensemble de p "particules" (quantiques dans la description de Heisenberg ou centres de gravité chez Hamilton) dans l'espace, N = 3p (les 3 dimensions d'espace associées à chaque particule). Pour p = 1 (une seule particule quantique ou un seul corps classique), N = 3 et on voit donc que l'espace de configuration du système s'identifie avec l'espace physique.
2) Au niveau macroscopique, les équations différentielles non linéaires dont parle l'auteur sont connues aussi sous le nom "d'équations phénoménologiques". Alors, faute de place sans doute, il n'a pas pu préciser que ces équations ne sont pas spécifiques au macrocosme: on les retrouve aussi au niveau microscopique des processus élémentaires (équation de Jacobi). Mais cette dernière équation fournit en fait les trajectoires individuelles, non le faisceau de trajectoires collectives d'un ensemble de corps, et l'analogie optico-mécanique d'Hamilton (d'ailleurs mère du concept quantique, comme je le montre dans "Les Saines Ecritures"), appliquée à l'équation de Jacobi, permet de décrire à l'aide d'une seule fonction (la fonction ou "action" de Jacobi) à la fois la trajectoire corpusculaire (mouvement d'un corps matériel) et la trajectoire optique (rayon lumineux). Pourquoi? Parce que cette analogie est établie sur le fait que le principe de Fermat pour l'optique est analogue au principe de Maupertuis pour la mécanique du point matériel: de tous les chemins possibles, le corps emprunte toujours le plus court, celui qui minimise son produit (Energie x Temps) [ou (Impulsion x Distance)].
3) La rupture de l'invariance par renversement du temps quand on passe du micro au macro est ce que Prigogine appelait "le brisement de symétrie temporelle" (Prigo était belge, d'origine russe, il disait "brisement" au lieu de "brisure" :-) ). Cette brisure est essentiellement de nature thermodynamique: au niveau microscopique, seule la "flèche mécanique" du temps, toujours réversible, intervient, tandis qu'au niveau macroscopique, c'est la "flèche thermodynamique", irréversible (Principe de Carnot ou 2nd principe de la thermo), qui intervient. Toutefois, la réversibilité de la flèche mécanique du temps n'implique pas que les mouvements dans le futur et dans le passé sont équivalents, car le renversement de la flèche mécanique du temps s'accompagne d'un changement d'orientation du vecteur vitesse (v = dx/dt, donc t -> -t => v -> -v), autrement dit, les corps se mettent à tourner en sens inverse (et les aiguilles des montres aussi).
4) ATTENTION : dans la 1ère colonne, l’auteur écrit que " Dans certaines conditions, ces variables (macroscopiques) obéissent à des lois d’évolution autonomes – ne faisant apparaître que les (Yk) elles-mêmes – qui se présentent sous forme d’équations différentielles non linéaires aux dérivées partielles où l’invariance par rapport au renversement du temps est rompue ". C’est vrai, MAIS il subsiste néanmoins une symétrie, c’est l’invariance par rapport à un changement d’origine du temps.
5) La "Variété Centrale" a généralement un caractère "critique", car c'est le lieu géométrique des multiplicités de module (de "longueur") 1. Pour les modules < 1, on se situe sur des variétés stables (les trajectoires convergent) et pour les modules > 1, sur des variétés instables (les trajectoires divergent). Quand l'auteur dit que "l'essentiel de la dynamique se déroule sur une variété centrale", c'est exact et inexact à la fois: exact, car cette variété est "au carrefour" des variétés stables et instables; inexact, car l'espace total de la dynamique du système est la somme directe (la "superposition") de la variété stable et de la variété instable (toutes deux uniques et régulières), ainsi que de la variété centrale (qui, elle, n'est pas unique et moins régulière). A mon avis, il aurait donc été plus correct de dire que seuls les systèmes métastables se situent sur des variétés centrales, les systèmes instables se situant sur la variété instable et les systèmes stables, sur la variété stable. Mais il aurait encore fallu distinguer entre stabilité ou instabilité "faible", "forte" (au sens de qui? Lyapunov, Pesin?), "locale" et "globale"...
Je te reproduis ci-dessous un passage pris dans le livre Annick Lesne, "Méthodes de renormalisation", édité chez Eyrolles Sciences. Page 347, l'auteur parle des variétés centrales:
La description non linéaire locale autour du point fixe x* (donc, là, on est local) devient délicate si une ou plusieurs valeurs propres sont de module 1. C'est une situation de bifurcation: bien que non générique dans l'espace des paramètres, elle est importante car elle marque la transition entre deux comportements qualitativement différents du flot (ce que j'ai appelé le "carrefour" entre stable et instable). A la différence des variétés stable et instable, uniques et aussi régulières que f (la loi d'évolution du système), on peut en général construire plusieurs (en fait, une infinité) de variables invariantes tangentes à Ec (le sous-espace central des modules = 1) dites centrales; elles sont moins régulières que f. Le flot exact et le flot linéarisé ne sont plus conjugués, si bien qu'on ne peut plus les identifier autour de x*. Le comportement du flot transversalement à Ec reste simple, contrôlé par les directions stables si l'on part sur Vs (la variété stable) et par les directions instables dès que l'on part en dehors de Vs et des variétés centrales (autrement dit, sur Vi, la variété instable). Il n'existe, par contre, pas de résultat absolument général concernant le comportement du flot dans les directions marginales (c'est à dire au voisinage de modules unité).
6) L’auteur donne pour exemple la bifurcation fourche (" pitchfork ", en anglais). Dans ce cas, la valeur propre de la matrice de stabilité (le jacobien J de l’auteur – 2ème colonne) pour des valeurs fixées des paramètres de contrôle est égale à -1. Donc, le point fixe demeure pour des valeurs supérieures des paramètres, mais il devient instable. La forme normale a pour expression f(x) = 1 – mx², avec m, paramètre de contrôle et m(0) = ¾, valeur de transition.

7) A noter enfin que l’auteur de l’encart fournit son explication dans le cas discret, le cas continu étant plus délicat. Pour les systèmes dynamiques discrets, il existe deux autres types de bifurcation génériques : Hopf et point-col.

Voilà, Mister Francis . A votre service ! :-)


CASAR ne critique pas la relativité générale mais cherche uniquement a la compléter à la lumière des témoignages difficilement contestable trouvés dans le vécu du peuple

 

 UNE CRITIQUE DE LA THÉORIE DE LA RELATIVITÉ

par Yves Nourissat, polytechnicien (X61)

La théorie de la relativité imaginée par Einstein est admise par la majorité des physiciens, qui s'en servent dans leurs calculs. Il peut sembler hardi de la critiquer à contre-courant de l'opinion contemporaine. Cependant nous voulons dire d'emblée que nous ne sommes pas seuls, et qu'il existe un réseau de physiciens antirelativistes qui compte des membres dans de nombreux pays… suite ici  http://pagesperso-orange.fr/thomiste/ynourel.htm