Retour accueil index.htm


MICROSCOPE N°137

 


LA GIFLE

Un pays qui se moque des chercheurs qu'ils soient bénévoles ou pas est un pays en déclin

 

Refuser de faire une évaluation des travaux de CASAR (rassemblant 20 ans de recherches ) est une marque de mépris de la part des autorités a tous les niveaux


REFUSER DE NOUS ECOUTER EST INDIGNE DE LA PART DES AUTORITES LOCALES

18 novembre 2004; Lettre au président du conseil régional : pas de réponse ?

Nous ne demandons qu'une entrevue pour évaluation


3 décembre 2004 ;Lettre au président du conseil général : pas de réponse?

Nous ne demandions qu'une entrevue pour évaluation


Le cd rom rassemblant les enquêtes de CASAR (5 ans de travail assidu) à été envoyé en septembre 2004 aux principaux responsables nationaux de la recherche et de l'éducation

PAS DE REPONSE?

Un pays qui se moque des chercheurs qu'ils soient bénévoles ou pas est un pays en déclin


Le mutisme des autorités locales qui refusent d'évaluer nos recherches (20 ans de travail n'ayant rien coûté a la collectivité) a été ressenti comme une véritable gifle .

Il ne fait pas bon dans ce pays vouloir faire cavalier seul pour un autodidacte

Aucune initiative associative ou individuelle ne peut être prise au sérieux par les autorités si celles-ci n'est pas cautionnée par les autorités locales


COMDANER SANS FAIRE D'EVALUATION ET SANS EXPLICATION N'EST PAS DIGNE D'UNE SOCIETE DEMOCRATIQUE

Pourquoi refusent - on de nous entendre?

Pourquoi aucune justification n'est donnée à ce refus?

Pour information: STATUTS.htm


Monsieur Georges LERBET est une personnalité locale pouvant parler honnêtement des recherches faites par CASAR , il pourrait servir d'arbitre dans le cas où une évaluation serait demandée par le s autorités locales

 *******

Qui est Monsieur Georges LERBET ? :

- Auteur de "L'insolite développement. Vers une science de l'entre-deux" Ed. Universitaires, L'Harmattan, Paris, 1988.

- Article dans "Rev. Intern. de Systémique", IX, 2, 1995, pp. 123-131. "Stratégies intelligentes et dynamique du complexe bio-cognitif : interprétations post-piagétiennes"

- Membre du CIRET (Centre International de Recherches et Etudes Transdisciplinaires): http://perso.club-internet.fr/nicol/ciret/

 Mes discussions avec Georges LERBET (qui habite Argenton sur Creuse) professeur d'université ne semblent pas dénuées d'intérêt , loin de là. J'ai eu l'occasion de le rencontrer plusieurs fois pour des entrevues ayant durées plus d'une heure durant lesquelles a chaque fois le problème des matérialisations (ou projections ou objectivations )psychiques à été soulevé sans que nous ayons l'impression l'un ou l'autre d'entamer un dialogue de fous ou de sourds. Je convie les langues de vipère ignorant profondément la physique qui seraient tentées de en faire des généralisations hâtives en affirmant que Monsieur GL et moi sommes de doux rêveurs. Par delà les éclats de rire qui ne manqueront pas dans les services officiels de la recherches lorsqu'ils prendront connaissance de ma communication a l'académie , je vois aussi les notables d'Argenton enfoncer le clou pour me salir encore un peu plus puisqu'il leur suffit de s'esclaffer en parlant de moi et le tour est joué, c'est pratique, simple et sans bavure. " Comment laisser cet anormal raconter autant d'histoires à dormir debout ? ce qui ne peut que polluer l'esprit de nos chères petites tête blondes." Ceci m'est rapporté par quelques rares amis qui sont outrés par autant de bassesses et d'intolérance.

NB: J'ai rencontré Georges LERBET le 26/08/02 et je lui ai fait part des voix qui interfèrent au téléphone avec JCP.GL reconnaît que de plus en plus ,les scientifiques ont conscience de la réalité de ces phénomènes qui concernent l'homme intérieur. Il reconnaît que les phénomènes de "projection psychique"(sous entendu matérialisations) ne sont pas admis par beaucoup de physiciens, surtout ceux qui ne connaissent pas la MQ. Selon lui les chercheurs allemand sont en avance sur nous. Une de ses étudiantes à l'université de Tours a d'ailleurs fait une thèse très documentée sur les voix paranormales.

 


Lettre au président du conseil régional du 18 novembre 2004 restée sans réponse

Nous ne demandions qu'une entrevue pour évaluation


 

Francis Gatti

Président de l'association CASAR

16, rue basse Argenton sur Creuse

 

 

Monsieur Michel SAPIN

Président du conseil régional

Rue Pierre LANTIN

Orléans

 

Argenton sur creuse le 18 novembre 2004

 

Monsieur Michel SAPIN président du conseil régional

 

 

J'envisage de demander une aide du conseil régional pour pouvoir poursuivre des recherches entamées il y a plusieurs années qui intéressent les universités.

 

Avant toute demande de subvention, étant donné la nature particulière de ces recherches , je désirerais m'expliquer sur le côté sérieux de celles-ci . Si cela est possible, Je voudrais m'exprimer devant des universitaires spécialisés dans diverses disciplines (surtout physique fondamentale et psychologie) et des personnalités de la région intéressées pour qu'ils évaluent honnêtement mes travaux sans parti pris liés au fait que mes adhérents et moi sommes des autodidactes. Je reconnais vous avoir pas mal sollicité par le passé en ce qui concerne ces questions mais j'avoue qu'a l'époque je manquais de maturité et avec le temps.

Nous nous étions vu pour la première fois en 1984 alors que vous étiez déjà conseiller général attentif aux initiatives individuelles/comme j'ai de la suite dans les idées j'ai pris la peine de mener cette affaire a son terme. Les découvertes que j'ai faites sont rassemblées sur un ce rom , elles y sont en vrac et personne n'y comprendra rien si je ne donne pas toutes les explications nécessaire. Il faut compter au moins sur deux heures pour un exposé.

 

Avec mes adhérents, nous sommes une cinquantaine disséminés dans toute la France et quelque uns a l'étranger ; pour la plupart inscrits par le biais d'Internet. Nous comptons dans nos rangs un mathématicien professionnel et un médecin psychothérapeute mais etant donné le caractère étrange d e nos recherches, beaucoup de scientifiques refusent de travailler avec nous a visage decouvert mais ils nous encouragent fortement à continuer.

 

 

J'ai fait parvenir une copie du CD rom par lettre recommandée (avec AR) aux différents ministères (éducation, recherche, intérieur, premier ministre, défense) mais je crains que sans une explication de vive voix personne ne puisse comprendre l'intérêt de ma démarche. J'envisage de faire une conférence pour mettre e n avant les éléments de preuve que constituent certains enregistrements numérisés gravés sur ce cd rom.

Je pense que dans cette affaire le conseil régional à un rôle d'intermédiaire important a jouer en mettant en relation des universitaires avec des autodidactes qui ont des choses utiles a dire. Il faut casser le cloisonnement ridicule qui existe entre les scientifiques dans une tour d'ivoire et le peuple .

 

Je me tiens a votre disposition pour tous renseignements complémentaires et une éventuelle entrevue au cas où vous la décidiez.

 

Dans l'attente d'une réponse , soyez assuré Monsieur Michel SAPIN Président du Conseil régional de ma sincère considération

 

Francis Gatti Président de l'association CASAR


Lettre au président du conseil Général du 7decembre 2004 restée sans réponse

Nous ne demandions qu'une entrevue pour evaluation


 

Monsieur Louis PINTON

Président du conseil général

 

 

Argenton sur creuse le 7 décembre 2004

 

 

Monsieur Louis Pinton

 

 

Dans le cadre de ma requête faite le 18 novembre dernier concernant une évaluation des recherches bénévoles faites dans un cadre associatif je me permets de vous communiquer un complément d'information important sous la forme d'un courrier provenant d'un chercheur du CNRS montrant que des chercheurs du CNRS s'intéressent a nos travaux. Ceci justifiant encore plus l'idée qu'une évaluation de ceux-ci par des responsables de la recherche du conseil régional serait nécessaire.

 

D'autre part, j'ai l'assurance de pouvoir travailler avec un directeur du CNRS ayant a son actif des travaux de cosmologie et de physique qui ont été reconnus officiellement par l'académie des sciences. Il désire garder l'anonymat pour le moment

 

Je me doute bien que cela n'est pas du tout pris au sérieux au niveau local parce que le sujets considérés comme farfelus que j'étudie depuis 20 ans n'offrent pas la garantie de sérieux .Mes démarches mainte fois réitérée au niveau communal pour la bibliothèque du paranormal sont restées sans réponse et je me verrai probablement dans l'obligation d'abandonner la bibliothèque CASAR qui fonctionne depuis presque un an sans aucune aide alors que pas mal d'argentonnais me demandent de ne pas laisser tomber.

 

J'insiste donc pour que des responsables d'universités au niveau du département prennent connaissance de mes travaux sur site qui contiennent des indices sérieux qui devraient déboucher sur preuves indiscutables nécessaires pour pouvoir prétendre a une subvention.

 

L'aide de l'état par le biais des collectivités locales étant indispensable pour continuer mes recherches qui sont déjà recevables par les instances de la recherche si elles voulaient bien prêter attention aux résultats déjà acquis

 

Dans l'attente , soyez assuré Monsieur le Président du conseil général de ma sincère considération

 

Francis Gatti


 

  J'accuse Henri BROCH de manquement a la déontologie scientifique : M109.htm


J'accuse ! les médias publics et privés de se moquer de l'intérêt général M109.htm

 


Les démêlés de CASAR face aux instances officielles 

 

Où en sommes nous en 2005 avec la reconnaissance officielle (purement honorifique) d'une action civique bénévole, désintéressée concernant la sécurité routière

Ceci en dit long sur l'intérêt que portent les instances officielles aux chercheurs indépendants

Historique: http://perso.wanadoo.fr/casar/SRMINI.htm