Microscope N°133 : http://perso.wanadoo.fr/casar/M133.htm N°135 : http://perso.wanadoo.fr/casar/M135.htm

Accueil : http://perso.wanadoo.fr/casar


MICROSCOPE N°134

Le plus beau " KRANK" de tous les temps

(Explications sur les kranks voir : http://perso.wanadoo.fr/casar/M133.htm )

La honte éclaboussera bientôt l'establishment scientifique de notre pays. Si les physiciens de ce pays ont un peu de fierté , ils doivent nous dire pourquoi les équations de VIOLA présentées ici seraient fausses?

 


 Sommaire

- Introduction INTRO

- Les travaux mathématiques de de Philippe VIOLA

-Académie des sciences morales et politiques: Bernard d' ESPAGNAT , Basarab NICOLESCU ,Brian JOSEPHSON , Hervé ZWIRN , George LERBET .

- Association CASAR: Francis GATTI

- L'histoire des sciences ; la source des grandes découvertes: DOCUMENTATION pour M133

  En ce qui concerne les kranks voir : http://perso.wanadoo.fr/casar/M133.htm (le Haddaïsme)


Introduction

 

Lorsque Ernest Rutherford et Frédéric Soddy découvrirent que les atomes radioactifs se désintègrent spontanément , Marie Curie appela ce phénomène inouïe :"le cataclysme type 1 de la transformation atomique" Nous sommes maintenant a l'aube de la découverte d'un second cataclysme type 2 dont les prémices sont formulés mathématiquement ici par Philippe VIOLA et les preuves sont apportées par Francis GATTI ici http://perso.wanadoo.fr/casar/M127.htm .La honte retombera aussi et surtout sur les responsable politiques qui malgré nos avertissements officiels (par courrier recommandé) aux différents ministères les fichiers telecom contenant les contre preuves sont détruits

Les sceptiques critiquent souvent des savants comme BOHR, EISENBERG ou PAULI qui ont trouvé des concordances troublantes entre leurs découvertes et les philosophies orientales . Ces sceptiques laissent entendre que ces savants étaient en dehors de leurs spécialités et que leurs recherches n'étaient que des dérives vers des philosophies n'ayant rien a voir avec la recherche rationnelle. Pourtant les travaux de PAULI et de JUNG méritaient qu'on y regarde de plus prés a la lumière de ce que disent nos philosophes des sciences contemporains. L'introduction de la notion de conscience dans les équations de physique pose effectivement problème. Il n'empêche que nos connaissances actuelles laissent entendre clairement comment un système macroscopique complexe peut se trouver decoherer par une seule information. Les écrits scientifiques laissant entendre que le fait d'observer un système suffit pour le déstabiliser ne manquent pas. La théorie de l'information d'Anton Zeilinger que nous avons incluse dans notre démonstration montre sans ambiguïté aucune comment de minuscules objets ( constituant des entités macroscopiques a part entière ) sont susceptibles de changer d'état en basculant sous un état d'onde corrélées.

Nous sommes donc bien ici dans le cas de figure de la physique rationnelle tant réclamée par les sceptiques les plus extrémistes. Ceci étant mathématiquement démontré et reproductible a l'infini.

Pour la premiere fois CASAR , peut prétendre avoir fait la preuve de l'implication de la conscience dans des phénomènes physiques de grande ampleur. Ceci au travers de nos travaux de synthèse http://perso.wanadoo.fr/casar/commKAT1.htm qui montrent comment se comportent "quantiquement" certains grands systèmes macroscopiques , lorsqu'ils se trouvent "par accident psychiques" dans les conditions spécifiques reconnues par la plupart des physiciens théoriciens et philosophes comme se situant un autre niveau de réalité (voir ci-dessous) .Ceci ne peut plus être mis en doute puisque nos enquêtes sur les voix paranormales apportent au monde entier les preuves physiques que tout le monde réclame: http://perso.wanadoo.fr/casar/M127.htm et http://perso.wanadoo.fr/casar/M132.htm

Il suffirait maintenant que des laboratoires spécialisés habilités par le CNRS acceptent d'examiner nos preuves et qu'il constatent par eux-mêmes l'action fulgurante de la pensée sur la matière qui est restée mémorisée sur bandes magnétiques.

  


Les équations de VIOLA publiées ci-dessous: Le plus beau KRANK de tous les temps ou les prémices d'une grande révolution que la Physique fondamentale appelle de ses vœux depuis des décennies?

La thèse de Marie-Christine MOUSSEAU (analysée dans M133 STAHLER) mérite réflexion en ce qui concerne la manière dont est reçue la parapsychologie dans les services officiels de la recherche http://pagesperso.laposte.net/casar/Rousseau.pdf

 

Extrait des déclarations de Leila HADDAD sur EUROPE1:

"Les KRANKS, en fait toutes les rédactions des journaux scientifiques ,tous les laboratoires et les grands physiciens en reçoivent plein .Le krank, c'est une hypothèse complètement farfelue, enfin farfelue on n'en sait rien mais une hypothèse . C'est quelqu'un qui arrive et qui dit moi j'ai le secret du monde , le problème est que ce qu'ils font est complètement fou." " Les kranks qui sont envoyés par des particuliers ou des gens qui n'ont pas de rapport avec la science sont plutôt drôles, sont rigolo quoi. Bon, on les mets dans un tiroir ou on les jette a la poubelle…

 

Qu'est-ce qu'un kranks ? : http://perso.wanadoo.fr/casar/M133.htm

 

  


Philippe VIOLA

THE TECHNICAL PAGE

 

By Philippe VIOLA

Self-trained mathematical physicist

Scientific writer

 

 

This technical page is dedicated to the proof of three crucial physical theorems : the non-existence of physical time as an inherent property of the universe independent of the human being, the disincarnation theorem that shows that a non-trivial spirit survive to the so-called "clinical death condition" (also called the "flat E.E.G. condition") and the formal equivalence between the metaphysical concept of God and the physical concept of the Universal Vacuum.

The prophecy of prophecies asserts that "at the end of times, deads will be resurrected". Here is a physical (that is, finite) realization of it, which is not opposite to the metaphysical one (time infinity), but complementary.

 

All questions and comments, technical or not : ph_viola@hotmail.com.

 

1

 

TIME IS VACUUM

 

Let E3 be 3-dimensional real euclidian flat space, x² = xixi the square of vector x (i = 1,2,3) and :

 

(1) s = exp(-V²/2).x , s² = exp(-V²).x²,

 

where V is a real-valued parameter. Equation (1) defines a local conformal structure over E3 as well as a regular group action on vectors of E3 with s = x for V = 0. The first-order development of (1b) near V = 0 gives :

 

(2) s² = x²[1 – V² + O(V4)],

 

where O(V4) contains all powers of V² greater than or equal to 2. These additional terms are all negligible near V = 0. Expression (2) shows that the isometry group of E3, SO(3), infinitesimally deforms into the Lorentz group SO(3,1) near V = 0. As this last group is the isometry group of 4-dimensional Minkowski space-time E3,1, the infinitesimal deformation is propagated to the euclidian structure of E3. In other words, E3 infinitesimally deforms into E3,1 near V = 0. This enables us to identify the time-like direction x0 = ct on E3,1 formally with the length of V.x (up to the sign) or :

 

(3) t² = V²x²/c².

 

Taking the square root of this last expression gives a redefinition of time :

 

(4) t = ±Vx/c , x = xiei,

 

the ei (i = 1,2,3) being the constant vierbeins on E3. Notice that :

 

(5) ò R sdV =ò R exp(-V²/2).xdV = x.(2p )1/2 , ò R s²dV =ò R exp(-V²).x²dV = x².(p )1/2.

 

Physically speaking, what all this amounts to is that time clearly appears as a natural deformation of euclidian 3-space near the deterministic value V = 0, where V stands for the universal vacuum. Consequently, it is not an inherent property of the universe independent from the human observer, as space-time relativity assumed it. This explains why space and time are only grouped together but not unified in Einstein’s "classical" (= deterministic) vision of the world. Here, we straightforwardly see in eq. (4) that the universal vacuum actually generates time. This is impossible to deduce from the classical vision of a "rigid" vacuum everywhere zero in all space. Nonetheless, the vacuum in the present proof is not to be identified with the famous ether, as ether was assumed to be an absolute concept (rigid medium), whereas the vacuum is actually a relative concept (deformable medium). One cannot see it in the elementary proof above, but it clearly appears in the general proof. So let us now generalize all this in the physical frame of the new bioquantum synthesis.

Let QW be the Quantum World, that is, a 9-dimensional complex manifold endowed with the mirror symmetry S that exchanges points z of QW with their complex conjugate z*:

 

(6) S.z = z* , S.z* = z , S² = 1.

 

In a local coordinates system, the line element of QW writes :

 

(7) dL = EI(z,z*)dzI (I = 1,…,9).

 

The invariance group of QW is the special unitary group SU(9), a 80-parameters group, so QW has a hermitian structure locally given by :

 

(8) dL² = GIJ(z,z*)dzIdz*J , GIJ(z,z*) = Tr[EI(z,z*)E*J(z,z*)],

 

where the trace Tr(.) is that of SU(9) and dl² is real-valued. As before, we let :

 

(9) dS = exp(-¦V¦²/2).dL , dS² = exp(-¦V¦²).dL²

 

where V = V(z,z*) is now a complex-valued scalar field on QW and¦V¦² = V.V* as usual. Again, near the deterministic value V = 0, the first-order development of (8b) leads to the local formulas for time (synchronous coordinates system) :

 

(10) dz0 = V(z,z*)dL , (dz0)* = V*(z,z*)dL.

 

From the viewpoint of physics, V now identifies with the gravitational nothingness. In Dirac’s notations :

 

(11) ¦V¦² = <0¦Tr(EIE*I)¦0> = Tr(<0¦EIE*I¦0>).

 

If we were fully deterministic, as in general relativity, we would have Tr(EIE*I) = 9 which would imply ¦V¦² = 9 too, as <0¦0> = 1 and so, V would be a universal constant of amplitude 3 that could be brought back to zero only shifting the reference level. However, the real physical situation is stochastic and the vector gravitational potential EI has a fluctuating component over QW that can never be eliminated. Hence the purely fluctuating complex-valued field V, called the Universal Nothingness.

As nothingness was a purely metaphysical concept in deterministic physics, it could definitely not be used to link time to space. But a realistic vacuum is made of a "classical" component, constant over all space, and of a purely fluctuating component, randomly variable from point to point. This last component stands for the physical nothingness in vacuum physics.

 

 

 

 

2

 

THE DISINCARNATION THEOREM

 

 

 

Let Y [z(e),z*(e)] be a complex PSI field on the Structured Quantum World QW(e), where e is a real-valued parameter called the complexity scale (0 < emin £ e £ emax < +8) and let z(e) = [zI(e)]I=1,…,9 = [zia (e)]i=1,2,3;a =-,0,+ be a structured object on QW(e). We assume e = emax, the maximal complexity scale (order 1 m). In the frame of the present proof, objects z(e) (and c.c.) will then represent brains : the latin indices being "external", latin-indexed components will represent biological supports, whereas the greek indices being "internal", greek-indexed components will represent minds. So, for each state of mind a = -,0,+, the 3 families of objects [zia (e)]i=1,2,3 will represent "material" brains (the biological organs), while for each direction i = 1,2,3 of space, the 3 families of objects [zia (e)]a =-,0,+ will represent "virtual" brains (the psychological organs or minds). States z(e) and c.c. are stochastic. However, as the elementary description level is that of probabilities (the Prigogine approach), PSI fields obey deterministic laws with respect to the stochastic variables z(e), z*(e).

All these starting considerations being made, the clinical death condition, also named the flat E.E.G. condition writes :

 

(12) < z(e)> = 0 , < z*(e)> = 0,

 

<.> standing for the mean value with respect to the probability law used. Clinical observations show that there always remain fluctuations of cerebral signals :

 

(13) < zia (e)z*ib (e)> = ¦V(e)¦².d a b ¹ 0.

 

(isotropy of fluctuations). The system (12)-(13) describes the cerebral nothingness : it is a top-complexity structured vacuum. Therefore, V(e) is made of all structured nothingnesses of complexity emin £ e’ £ e = emax, ordered according to an increasing inclusion law, V(emin) being the elementary nothingness, which corresponds, in the present context, to the cellular nothingness (mesoscopic observation scale, order 1 m m).

 

CLINICAL DEATH = CEREBRAL NOTHINGNESS STATE

 

A definition in full agreement with the common assumption.

Structured nothingnesses are self-similar (conservation law of the vacuum):

 

(14) dV(e)/de = 0 , dV*(e)/de = 0,

 

which means their structure is fractal. Writing z(e) and c.c. under the canonical forms :

 

(15) z(e) = <z(e)> + V(e).n(e) , z*(e) = <z*(e)> + V*(e).n*(e),

 

where n(e) and c.c. are the normal vectors on QW(e) and applying (12) only leaves the fluctuating parts of z(e) and c.c. As these parts are non-zero, it follows that the PSI field Y [z(e),z*(e)] reduces to Y [V(e).n(e), V*(e).n*(e)], which is everything but trivial, as it still depends on the cerebral nothingness V(e) and c.c., a purely fluctuating structured object of maximal complexity on QW(e).

 

Here, we have used the unified representation (triplet of isomorphic 3-spaces). But we can equivalently change representation letting zi(e) = zi0(e) (i = 1,2,3) and j a(e) = [zi-(e), zi+(e)] (a = 1,…,6) so that we will have j 1 = z1-, j 2 = z2-, j 3 = z1-, j 4 = z1+, j 5 = z2+ and j 6 = z3+. In such a representation, the j a(e)s will be considered as functions of the zi(e)s. on the physical viewpoint, this situation corresponds to the familiar non-quantum field theory, where the structured 6-components vector fields j (e) are dynamical variables ("internal" variables – "virtual" world), while the structured 3-vectors z(e) are dynamical space parameters ("external" variables – "material" world). As can be seen, time is nowhere present in both representations. The PSI field Y [j (e), j *(e) ; z(e), z*(e)] is then a true quantum field in the sense of de Broglie’s quantum duality. In the context of the disincarnation theorem, parameters z(e) and c.c. represent the material brain, while variables j (e) and c.c. represent the virtual brain or mind. Therefore, in this representation, the cerebral organ is a 3-dimensional object, while mind is a 6-dimensional object or equivalently, a 3-dimensional object in two possible base states (+ and -, positive and negative). As for Y , it represents the spirit (if it is source-dependent) or the soul (if it is free, that is, source-independent). This means that, in bioquantum theory, the spirit or the soul (the free form of a spirit) is not mind, but a function of mind. Finally, notice that it is a purely virtual medium : the material world is set at the background, meaning there can be no material support at all, as long as there is a virtual support, it is sufficient for a spirit to exist (the existence of a virtual support is also a necessary condition).

Assuming all this, we can now only focus on j -variables (and c.c.) to write down the clinical death condition, as we do not need to describe the state of the material brain to make sure that the spirit does not degenerate under a trivial form (this is already present in a implicit way in eq. (13)). In this second and more explicit representation, eqs (12) then become :

 

(16) <j (e)> = 0 , <j *(e)> = 0,

 

while the isotropic relations (13) become :

 

(17) <j a(e)j *b(e)> = ¦V(e)¦².d ab ¹ 0.

 

Decomposing j (e) and c.c. as in (15) and applying (16) again leads to the non-trivial PSI field Y [V(e).n(e), V*(e).n*(e)], where V(e) now stands for the non-quantum structured nothingness field (mind only) and n(e) is now a 6-dimensional normal vector, with na(e)na(e) = 1 for all e.

 

 

 

3

 

GOD

 

 

 

Taking (11) as the definition of the gravitational nothingness, we are going to give the physical proves enabling us to formally identify the metaphysical concept of God with the physical concept of Universal Nothingness.

 

Lemma 1: The gravitational nothingness is a vector PSI-field on QW.

 

Indeed, the gravitational field E on QW is a function of z and z*, both points of QW. Therefore, it is a vector PSI field on QW and so is its fundamental state V.

 

Lemma 2: (the fairness of God)

The gravitational nothingness is universal.

 

Indeed, according to the Newton Equivalence Principle, the gravitational field E acts on everything the same way, whatever the physical properties : gravitation is mass-independent.

 

Definition 1: The Universal Nothingness is the gravitational nothingness on QW.

 

Lemma 3: (God is a pure spirit)

The Universal Nothingness is a free PSI field.

 

Indeed, the fundamental state of the gravitational field is the state in which no vector particle is produced. Such a state is therefore necessarily source-independent, for a source would emit gravitons (particles of gravitation). It follows that the gravitational nothingness is a PSI wave, that is, a free (or pure) PSI field.

 

Lemma 4: (unicity of God)

The Universal Nothingness is unique.

 

Indeed, there is a single fundamental state of the gravitational field on QW. Moreover, it is a scalar PSI field, as it has a single component.

 

Lemma 5: (God has no beginning and no end)

The Universal Nothingness is self-sufficient.

 

By definition, a nothingness has no creator, it exists prior to everything and it is a self-sufficient physical medium : vacuum physics shows that it self-stabilizes and self-regenerates.

Self-stabilizing is a purely autonomous process, a spontaneous search for natural equilibrium, as the deterministic value V = 0 is unstable (self-interaction and the Higgs process). It needs nothing "external" to realize. Notice in passing that the instability of V = 0 means that Einstein’s purely deterministic vision of the world leads to fundamentally unstable universes, which vanish as soon as they are created. It is therefore an unreal representation of things.

Self-regeneration is due to the fact that, when matter or radiation of opposite signs interact, the energy set free returns to nothingness.

The symmetry group of gravitation being SU(9) in the frame of the bioquantum synthesis, there is a Yang-Mills gauge theory for the vector gravitational field E and a SU(9)-Higgs model for the Universal Nothingness V. As V is universal, its associated Higgs model must be coefficient-independent. Consequently, both the mass and the coupling constant of V are unity. This situation is fully consistent with older models of quantum gravity where the coupling constant was written by means of the Planck radius. Here, the value 1 for the coupling constant of supersymmetric gravitation actually corresponds to taking the Planck radius as the universal reference (minimal length). The corresponding lagrangian now writes :

 

(18) L = (DIV)(DIV)* - VV* + (VV*)²/2 , DI = I - EI , D*I = *I - E*I.

 

The minimum of the potential energy W = VV* - (VV*)²/2 is given by W/ V* = 0 and so is located at VoVo* = 1 (read "V naught"), from which we deduce that Vo = eiq , where q is any constant phase angle.

 

Definition 2: The Universal Vacuum is the PSI field U = eiq + V, sum of the Classical Universal Vacuum eiq and of the Universal Nothingness V.

 

We are now ready to prove the formal identity between the metaphysical concept of God and the physical concept of the Universal Vacuum.

 

UNIVERSAL THEOREM: The Universal Vacuum is the original source of both matter and radiation in the Elementary Quantum World QW.

 

Proof: Let C, Â and |0> be respectively the creation operator, the annihilation operator and the vacuum state of the gravitational field in Dirac’s notation. According to one of the definitions of a vacuum, we first have :

 

(19) Â.|0> = 0,

 

meaning the vacuum state can never be annihilated, even by itself (no action of Â). Then, applying the creation operator on that state and iterating, we successively get :

 

(20) C.|0> = |1> , C².|0> = C.|1> = |2> , … , Cn.|0> = |n> for n integer > 0,

 

where |n> is the state in which n particles of gravitation are created. Conversely :

 

(21) Â.|1> = |0> , ².|2> = Â.|1> = |0> , … , Ân.|n> = |0> for n integer > 0.

 

Because the physical frame QW has the mirror symmetry, it is automatically supersymmetric. This means that, each time a supergraviton is created or annihilated, both a spin-1 graviton and a spin-1/2 gravitino are simultaneously created or annihilated. Indeed, take the expression (8) for the deterministic surface element on QW. Separating the metrical tensor GIJ into a symmetric part gIJ and a skew-symmetric one e IJ , GIJ = gIJ + ie IJ and decomposing dzI into its real part dxI and its imaginary part dyI, dzI = dxI + idyI, (8) writes :

 

(22) dL² = (gIJ + ie IJ)( dxI + idyI)( dxJ - idyJ) = gIJ(dxIdxJ + dyIdyJ) + e IJ(dxIdyJ – dxJdyI)

 

The 2-form e = e IJ(dxIdyJ – dxJdyI)/2 defines a natural symplectic structure on QW. As this 2-form equivalently writes e = e ia jb (dxia dyjb – dxjb dyia )/2, it naturally projects onto a 3-dimensional "external" symplectic structure involving only latin indices (fixed greek indices) and onto a dual 3-dimensional "internal" symplectic structure involving only greek indices (fixed latin indices). Both projections realize an irreducible representation of SO(3) @ SU(2)/Z² and so, correspond to a spin-1/2 structure. The "external" projection is relative to the "material" gravitino (fermionic corpuscule), while the "internal" projection is relative to the dual "virtual" gravitino (fermionic wave).

The creation and the annihilation operators are complementary parts of the gravitational field, as they appear in its canonical decomposition into modes. In flat space, the plane waves are now ep.z and c.c so a new situation occur, that had already been pointed out by Prigogine in the 1980s (in the context of dynamical systems) : when the real part Re(p.z) > 0, there is an exponential increase of the fundamental mode, synonymous of inflation and, when Re(p.z) < 0, there is an exponential decrease of that mode, synonymous of damping or even collapsing if the damping rate is quick enough. Such a situation could not occur in conventional quantum field theory, as the phase factors were ip.x and –ip.x, with both p (momentum vector) and x (space vector) real-valued.

The creation process of supergravitons is fully autonomous. This is made possible thanks to the non-trivial structure of the gauge group of gravitation in the frame of bioquantum theory, which enables self-interaction. This self-interacting term is given by the Lie bracket in the SU(9)-Yang-Mills model. In this model, the intensities of the gravitational field are :

 

(23) WIJ = DIEJ - DJEI = IEJ - JEI + [EI , EJ] and WIJ* = DIE*J - D*JEI = IE*J - *JEI + [EI , E*J],

 

where D = + E and c.c. are the Yang-Mills covariant derivatives, elements of the tangent bundle TQW. Consequently, the Universal Vacuum does interact with itself and thus, self-polarize. This self-polarization separates pairs and leads to the simultaneous creation of a supergraviton of positive energy and of a supergraviton of negative energy.

Conversely, the annihilation process occurs when two supergravitons of opposite energies interact. The energy set free is then given back to the Universal Vacuum, which regenerates.

There is as matter and radiation of positive energy produced than there is of negative energy, so that the energetic balance always remains "zero", that is, the minimal energy of the Universal Vacuum.

 

 

 

4

 

FIRST ELEMENTS OF TIMELESS PHYSICS

 

 

 

From (10), we first have, up to the sign :

 

(24) cdt = dzo = V(z,z*)dL , cdt* = (dzo)* = V*(z,z*)dL , dL² = dzIdz*I

 

The velocity vectors u = dz/dt and v = dz/dt* can then now write in terms of the Universal Vacuum V :

 

(25) u = cn/V , v = cn/V* , |u| = |v| = c/|V| , n.n* = 1

 

As a consequence, the kinetic energy Ec of a point-like body (corpuscule) writes :

 

(26) Ec = m(|u|² + |v|²)/4 = mc²/2|V|²,

 

where m is the mass of the body at rest. We recognize here Einstein’s famous formula for the energy at rest Eo = mc². Yet, we are no longer in space-time relativity, but back to pure space relativity !

The acceleration vectors a = du/dt , a’ = dv/dt , a" = du/dt* and a’" = dv/dt* write :

 

(27) a = -(c²n/V3)dV/dL , a’ = -(c²n/VV*²)dV*/dL , a" = -(c²n/V*V²)dV/dL , a’" = -(c²n/V*3)dV*/dL.

 

There is still a conic structure on QW. However, it is no longer an inherent property of the physical frame, but a direct consequence of the fact that the Universal Vacuum is a deformable physical medium. Therefore, from (25c), we can still de fine a Mach number, the luminic Mach number :

 

(28) ML = |u|/c = |v|/c = 1/|V|.

 

This means that, in complete opposition with Einstein’s space-time relativity, the speed of light c is no longer a speed limit unreachable to matter, but only a critical speed that can be crossed which is completely different ! Thus, for :

 

- |V| > 1, ML < 1 and we are in the subluminic region, corresponding to the causal zone in space-time relativity ;

- |V| = 1, ML = 1 and we are in the transluminic region, corresponding to the surface of the light cone in space-time relativity ;

- |V| < 1, ML > 1 and we are in the superluminic region, corresponding to the tachyonic zone in space-time relativity.

 

Only radiations can propagate at exactly the speed of light, as in non-quantum fluids, only sound can propagate at exactly the speed of sound. However, matter can now "jump over the wall of light" thanks to a restructuring of the Universal Vacuum. As a consequence, all events and phenomena become observable, even instantaneous ones, a consistent answer to the famous problem of time in the Aspect, Gizin and al. experiments on correlated protons (the E.P.R. paradox).

In the superluminic region, physical phenomena qualitatively change and we should wait for observing superluminic shock waves. Indeed, the Universal Vacuum, as any other vacuum, has thermodynamical properties (temperature, pressure and density). Because of that, entropy should increase when passing from the subluminic region to the superluminic one and shock waves should locally reheat the Universal Vacuum behind them.

More will be said and done later on about timeless physics. I am just beginning to study it.

 

Philippe VIOLA

28/11/2004

 

 


 

Basarab NICOLESCU

Extrait de http://pagesperso.laposte.net/casar/NICOLDESP.htm

 

 "Les implications philosophiques de ce que l'on appelle communément les sciences " dures ",: physique et astrophysique au premier chef. Il y a été constaté à quel point les connaissances récemment engrangées en ces domaines font évoluer nos idées concernant le monde physique observé, et combien sont étroits les liens existant entre celui-ci et l'esprit humain qui, pensant l’observer, en réalité le façonne"

"On pourrait penser que la décohérence est contre l’idée de niveaux. Mais il ne s’agit que d’une apparence, tout d’abord parce qu’il n’y a pas qu’une théorie de la décohérence, il y en a plusieurs. Il n’y a aucune compréhension du moment précis du passage du classique au quantique, du point de vue formel. La décohérence fournit d'admirables recettes, des règles de passage, mais pas de compréhension. Tout comme Nottale ou comme Heisenberg, j’émets l’option qu’il ne s’agit pas d’un passage mais d’une nouvelle théorie qui, un jour, va contenir et l’une et l’autre théorie."


Bernard d'ESPAGNAT

Extrait de http://pagesperso.laposte.net/casar/NICOLDESP.htm

"La question de savoir si la conscience est ou non algorithmique est étudiée à la lumière des données les plus actuelles, de même que celle de la nature de ses relations, avec le cerveau d’une part et avec le langage de l’autre"

Notez ici l'importance donné a l'interaction entre langage et conscience comme c'est le cas pour Josephson


Brian JOSEPHSON

http://pagesperso.laposte.net/casar/Josephs.htm

 

 "Le travail courant de Josephson repose sur la croyance que la mécanique quantique n'est pas la théorie finale de la nature. Il dit que la "science de l’avenir considérera la mécanique quantique comme phénoménologie de genres particuliers de systèmes complexes organisés" ; la mécanique quantique serait liée à la manifestation d'une telle organisation, dont découlent les phénomènes paranormaux et autres"

"Josephson est le directeur "du projet d'unification d'Esprit-matière" au laboratoire Cavendish. Il passe son temps à mener des travaux sur le cerveau, étudiant des domaines tels que la langue et la conscience, et observant les rapports fondamentaux entre la musique et l'esprit" un ensemble spécial de timbres


Hervé ZWIRN

http://pagesperso.laposte.net/casar/ZWIRN.htm

 

 "Les problèmes d’interprétation de la mécanique quantique conduisent à s’interroger sur le statut de la réalité et de la relation entre les systèmes physiques et leurs observateurs. En particulier, les difficultés rencontrées dans le problème de la mesure quantique ont amené certains physiciens à postuler une mystérieuse action de la conscience sur la matière"

Hervé Zwirn est un des physiciens ayant posé clairement le problème de la decoherence quantique macroscopique qui ouvre sur la compréhension de bon nombre d e phénomènes paranormaux (surtout ceux liés JC Pantel).

Hervé ZWIRN est selon casar un des premier physicien ayant fait état de la possibilité d'admettre que les frontières de la decoherence pourraient être reculées , ceci permettant de supposer l'existence d'un état d'ondes corrélées pour des objets macroscopiques.

NB: Nous avons égaré la documentation concernant les travaux de HZ mais des recherches sur GOOGLE a ce sujet confirmeraient nos dires.


Georges LERBET

  http://pagesperso.laposte.net/casar/LERBET.htm

 

"Stéphane Lupasco a élaboré un statut de semi-conscience et semi-inconscience"

"Dans cette troisième matière psychique, Lupasco a vu la plus forte concentration d'énergie, analogue et non identique, à celle rencontrée dans la matière nucléaire"

"La troisième matière-énergie caractérise celle où les deux autres matières-énergies sont tendues. Cette tension maximum traduit un état où l'une et l'autre, mi-potentielles et mi-actuelles, trouvent leur équilibre. Tel serait le cas aussi bien de la matière micro-physique que de la matière neuro-psychique.

 


 

Francis GATTI

http://perso.wanadoo.fr/casar/commKAT1.htm

 

De nombreux médiums comme Eileen Garett ou Ian Borts ont fait la preuve de leur capacité a entrer en contact avec de soi disants êtres pensants désincarnés. Les études sur les rêves éveillés ne contredisent pas non plus l'existence de cette autre réalité. Il ne faut pas oublier que nous pourrions être leurré par les entités qui parfois s'expriment sous les apparences de personnes bien vivantes. (voir ACTEXXVI dans M127 )Pour ce qui concerne l'affaire Pantel il est arrivé que l'entité Bernard Bidault s'exprime en clair dans des conversations a bâton rompu avec JCP (Bernard Bidault temoigne dans le cd-rom des EGP) .Ce sont ces entités qui sont nommées des clones par les amis de JCP.Bien malin qui pourra en tirer des enseignements utiles mais le fait est là; il faut faire avec.

Nous sommes donc ici totalement en phase avec ce que disent Nicolescu et d'Espagnat , en temps que physiciens ils admettent l'existence théorique d'autres niveaux de réalité. Ceci étant démontré par le calcul mathématiques

Par ses recherches, CASAR a donc apporté sa pierre a l'édifice en matière de paranormal grâce à deux éléments déterminants:

1°)L'explication théorique de la decoherence macroscopique quantique ; aussi bien pour des êtres vivants que pour des objets de la vie courante http://perso.wanadoo.fr/casar/commKAT1.htm

 2°) La preuve de l'action fulgurante de la pensée sur la matière : http://perso.wanadoo.fr/casar/M127.htm


 Les critiques préformatées des sceptiques concernant l'utilisation de la physique quantique à toutes les sauces par les sectes d'obédience ésotérique et autres ne nous concernent pas car les recherches CASAR reposent sur des travaux élaborés par des physiciens de haut niveau ( qui officient à académie des science ASMP.htm ) et sur des enquêtes très serrées et des enregistrement de faits paranormaux sur bande magnétique. Il est mal venu dans ce cas de nous opposer les arguments antiquantiques passe partout et prémâchés qui survolent le problème au lieu de faire une critique de fond. Là encore les généralisations hâtives sont inutiles.


Il est assez mal venu pour les sceptiques de critiquer l'étude (faite a titre bénévole) des messages délivrés par les entités invisibles du dossier Pantel et d'en rire alors que nous trouvons des travaux très sérieux faits sous le couvert de l'académie par des philosophes français très bien payés qui étudient la religion indo-Irannienne (Zaratoustra).Cette religion a fait l'objet d'études sérieuses depuis plus d'un siècle .Beaucoup d'ouvrages français et étrangers (allemands) existent et leur vocabulaire ne peut être compris que par quelques initiés. Le discours de Karzenstein est très limpides a côté de ces textes complètement rébarbatifs. Il y est fait état de l'existence de sept entités immortelles qui en fin de compte se rejoignent dans la représentation d'un seul Dieu (textes désignés sous le terme de GATA ou VEDA) . Curieusement l'étude du VEDA montre des similitudes troublantes vis a vis du discours des entités de JCP. Le mode d'expression, le phrasé, la répétition des mots , la phonétique semble avoir une importance capitale. Il y aurait beaucoup d'intérêt a faire une étude comparative des textes. Dans ces conditions, il est très mal a propos pour les sceptiques de se moquer de JC Pantel

EMISSION pouvant être réécoutée ici http://www.radiofrance.fr/chaines/france-culture/programmes/

Reference: France Culture ; 03 Janvier 2005 à 6h "L'ELOGE DU SAVOIR" Précisions sur certains aspects de l'histoire des études zoroastriennes par Jean Kellens, Chaire "Langues et religions indo-iraniennes"(Collège de France)

 


Petit rappel historique qui devrait faire réfléchir sur la manière dont avance la connaissance universelle

 

Les travaux de CASAR sur la physique quantique macroscopique laissent entrevoir des applications pour le futur beaucoup plus spectaculaires que les travaux sur la physique nucléaire qui ont pris corps au début du siècle dernier. Vous trouverez ici quelques exemples de réflexions faites a la sauvette sur un petit calepin par de grands cerveaux qui avaient prévu a l'avance les énormes répercussions de leur recherches .

Beaucoup de décideurs qui font obstacle a la diffusion des travaux de CASAR devraient réfléchir aux conséquences

 

Notre vécu avec JC Pantel apporte des preuves qui ne pourront plus jamais être contestées .Il ne fait pas bon dans ce pays avoir raison avant l'heure; l'exemple de Denis PAPIN mériterait d'être médité : PAP36.GIF PAP37.GIF PAP38.GIF

 

Un espace nouveau très prometteur s'ouvre a la recherche fondamentale.

Nous ne désirons maintenant plus qu'une chose :

Que les scientifiques de ce pays examinent nos preuves !

La bande enregistrée dans l'affaire LJ ( http://perso.wanadoo.fr/casar/ATELIER2.htm ) peut être facilement contestée puisque personne n'est obligé d'admettre que les interlocuteurs au bout du fil sont sincères. Ces personnes auraient facilement pu tricher et faire tomber des pièces a proximité du combiné du téléphone sans que rien de paranormal n'existe. Par contre, les faits vécus avec JC Pantel enregistrés au fil des mois ne laisseront plus aucun doute sur leur nature paranormale lorsque des acousticiens auront pris la peine d'étudier les enregistrements mis gracieusement leur disposition sur notre site. La preuve définitive étant possible par l'étude minutieuse des fichiers électroniques des télécom.

Dans ces conditions, il est inadmissible que des scientifiques irresponsables se permettent de se moquer de nos recherches tout en accusant JC Pantel d'être un fraudeur habile.

Ceci est insupportable! , c'est pourquoi nous allons maintenant définir plus en détail les différentes manières dont ont été apportées les preuves à l'académie des science au fil de l'histoire et les difficultés rencontrées pour que les preuves soient recevables.

Avec l'affaire Pantel et les affaires poltergeist en général ; les chercheurs se trouvent confrontés a un problème de preuve qui n'a jamais été rencontré jusque là , ceci pour deux raisons majeures:

1.L'objet de l'étude n'est pas palpable, n'est pas mesurable directement puisque physiquement fluctuant .

2. les paramètres qui définissent les événements poltergeist ne sont pas compatibles les lois de physique connues. Par ce fait aucune mesure directe de la physique conventionnelle ne peut servir à l'établissement de la preuve. (Autant pour ce qui concerne la mesure du temps que les trois dimensions d'espace )

Nous nous étions déjà expliquer sur ce point dans le cas du protocole RANDI http://perso.wanadoo.fr/casar/M125.htm , mais maintenant il va falloir entrer plus en détail puisque les arguments des sceptiques se limitent a des attaquent personnelles souvent insultantes. Nous auront donc la lourde tâche de faire admettre que si le sujet a étudier change ici fondamentalement, c'est pourquoi le protocole d'étude doit lui aussi changer fondamentalement. Ceci est très important a prendre en compte par les chercheurs de différents horizons (acousticiens et psychologues) qui auront à étudier les enregistrement téléphoniques paranormaux de CASAR ou les enregistrements sonores des messages sonores qui se manifestent dans l'environnement de JC Pantel .

Il y a manifestement un problème sérieux de nous faire entendre par la science officielle et à fortiori par le sceptiques qui font les idiots lorsqu'on leur donne des éléments solides des preuves à examiner.

 La difficulté principale ici se limite ici uniquement en refus de concertation parce que les sceptiques comme les chercheurs du CNRS estiment que leurs connaissances avérées leur permet de faire autorité vis a vis d'un autodidacte qui n'apporte aucun preuve mathématique pour étayer l'existence de faits qui défient la logique rationaliste.

Il y a plusieurs conceptions possibles de faire de la recherche selon le sujet a étudier. Par exemple; la méthode d'investigation d'un l'ethnologue n'a rien a voir avec un protocole de recherche employé par lu physicien ou un chimiste. Lorsqu'on étudie un objet inerte, la recherche est considérablement facilitée parce qu'il n'y a pas de composante psychique dans l'objet inerte qui peut être disséqué et observé a loisir. Il n'empêche que lorsqu'on arrive a l'étude des condensats BEC ; les paramètres de la physique matérialiste conventionnelle sont sérieusement mis a mal .Il faut savoir que l'objectif premier des recherches entreprises par Max Planck était : "expliquer l'irréversibilité des processus physiques macroscopiques". Autrement dit Max Planck s'interrogeait sur les raisons pour lesquelles les objets macroscopiques n'avaient pas de réversibilité (objet/onde) ; ceci contrairement aux particules de l'infiniment petit qui basculent sans difficulté aucune de l'état d'onde a l'état d'objet ( en fonction de paramètres qui nous échappent encore aujourd'hui). Autrement dit ; Max Planck posait déjà a cette époque les premiers jalons concernant la decoherence macroscopique qui est le souci majeur de CASAR en 2004. Communication de CASAR à l'académie des sciences :

http://perso.wanadoo.fr/casar/M115.htm

Ainsi, pour étudier les phénomènes macroquantiques dont l'affaire Pantel est modèle du genre unique au monde, les savants refusent de prendre en compte les conditions spécifiques nécessaires a cette étude.

AUTREMENT DIT; imaginons qu'un ethnologue aurait pour ambition d'étudier les mœurs des parisiens en observant leur comportement dans les cafés de la capitale ,lieux privilégié d'échanges et de communication entre individus. Deux méthodes de travail sont possibles:

METHODE1: Le chercheur ethnologue reste a distance d e l'objet de son étude, prend une paire de jumelles et observe les gens a distance et note tout ce qu'il entend et tout ce qu'il voit. Les gens entrent seuls ou en couple; ils ressortent en titubant et ameutent le quartier etc…. L'âge apparent des personnes qui fréquentent les bistrots, des individus parlent fort , gesticulent et parfois en viennent aux mains. La police qui intervient lors de bagarres éventuelles.

METHODE 2 L'ethnologue entre dans le jeu, il fréquente les café et étudie la personnalité des clients. Il est impliqué directement , il boit et parfois se saoul avec eux pour mieux se mettre en situation. Il devient partie intégrante , une composante de l'objet qu'il étudie. Il entre en conversation avec les clients pour connaître les raisons pour lesquels ces gens fréquentent les bistros . IL se fait des amis, des "ennemis" pour mieux évaluer l'impact qu'ont les échanges verbaux sur la psychologie des clients.

Les affaires poltergeist ne peuvent pas être étudiées de l'extérieur, elles ne peuvent pas être mises sous contrôle en laboratoire puisque les conditions affectives entre les diverses composantes du système a étudier ne peuvent être réunies. Ceci est particulièrement valable pour l'affaire Pantel que j'ai eu la chance de connaître de l'intérieur et dont je confirme sous serment avoir vécu in situ les événements merveilleux que j'ai pris la précaution d'enregistrer sur magnétophone : http://perso.wanadoo.fr/casar/M127.htm

. Ces bandes constituent une banque de données extrêmement précieuse qui deviendront très utiles a la recherche fondamentale quand les physiciens auront des indices .permettant de supposer comme réaliste, ce que Max Planxk supposait déjà en 1900 : la réversibilité macroquantique est-elle concevable?

Il est maintenant plus que jamais nécessaire que les savants se posent les vraies questions sur la réversibilité qui intriguait Max Planck.

Si comme l'a dit Szilard EIN24.GIF "la réaction en chaîne fait passer   l'énergie nucléaire du microscopique au macroscopique" nous ne voyons pas pourquoi la réciproque ne serait pas envisageable alors que nous avons emmagasiné avec l'affaire Pantel une multitude de faits qui supportent autant de preuves .

L'histoire des sciences a montré que les phénomènes étaient réversibles systématiquement .L'électron a trouvé son antielectron, la matière a trouvé son antimatière et on voudrait nous faire croire maintenant que la réversibilité micro/macro qui a donné lieu en 1944 (avec la bombe A) à la plus grande manifestation énergétique de tous les temps n'aurait pas son pendant inverse: la réversibilité macro/micro , c'est a dire une défaillance possible de la decoherence quantique au niveau macroscopique. Bien sûr ces phénomènes ne sont pas décelable facilement a l'état naturel .Au même titre que L'antimatière ne s e manifeste pas naturellement à nous, il faut se dire que pour les mêmes raisons, le phénomène de decoherence liés a JC Pantel ne se manifetent que tres tres rarement. Pourtant, ils sont admissibles a notre entendement .Malheureusement , seuls les physiciens qui connaissent bien cette discipline très prometteuse qu'est la mécanique quantique peuvent l'admettre.

Quand on voit de quelle manière nos appel au secours sont entendus dans les diverses sphères scientifiques concernées par nos travaux, c'est a désespérer. L'ennui étant que le sujet a étudier (in situ) n'est pas éternel. Quand on considère l'énergie et surtout les deniers personnel de GATTI dépensés en pure perte depuis des années pour essayer d'interpeller les pouvoirs publics, nous pouvons dire que c'est une honte. Quand on voit le mépris avec lequel les MEDIAS publics nous traitent depuis des années alors qu'ils donnent la parole a des déséquilibrés nous pouvons dire que c'est doublement une honte.

Quand on voit de quelle manière nous sommes traités , autant par les responsables des collectivité locales que les intellectuels dans notre proximité que nous avons tenté de sensibiliser en pure perte (Nous avons distribué gratuitement pas mal de CDROM des EGP localement) nous en déduisons que les responsables de l'éducation de nos enfants et les intellectuels de toutes spécialité (médecins, patrons d'entreprise, responsables culturels etc…) qui ont analysé ce CD fabuleux en ont déduit que cette affaire ne pouvait être qu'une une vaste escroquerie. Ceci est triplement honteux!

 


DOCUMENTATION 

 

 

Exemples divers pris au hasard dans l'histoire des sciences

 

-EINSTEIN : EIN256.GIF EIN258.GIF EIN260.GIF La lentille gravitationnelle en astronomie ;la vérification de la diffraction des rayons lumineux a duré plus d'une dizaine d'années et a coûté très cher a la communauté scientifique .CASAR n'a pas la prétention de comparer son mérite à Einstein mais imaginez qu'un autodidacte génial aurait dit a Newton de son vivant qu'un rayon lumineux était courbé lorsqu'il passe a proximité d'une étoile. Ne l'aurait-on pas pris pour un fou? Voir "Einstein le roman d'une vie" François de Closet (seuil) pages 257 à 261

- LA REACTION EN CHAINE qui débouche sur la bombe atomique, phenomene quantique par excellence qui se manifeste au niveau macroscopique : EIN24.GIF EIN26.GIF EIN28.GIF EIN30.GIF EIN32.GIF

-Max PLANCK PLAN144.GIF PLAN146.GIF PLAN148.GIF PLAN150.GIF

EIN120.GIF EIN122.GIF EIN124.GIF EIN126.GIF EIN128.GIF ( en cours)

 

-Wilhem Conrad RÖNTGEN

( extrait de :Alain Pénicaud "Les cristaux, fenêtre sur l'invisible" Editions ellipses

242-56.GIF 242-58.GIF

 

 Marie CURIE CUR134.GIF

 

Denis PAPIN PAP36.GIF PAP37.GIF PAP38.GIF

 

 

"Einstein, le roman d'une vie " Edition du Seuil 2004

 

- L'intuition sur la fission qui produit la réaction en chaîne :

EIN24.GIF EIN26.GIF EIN28.GIF EIN30.GIF EIN32.GIF

EIN120.GIF EIN122.GIF EIN124.GIF EIN126.GIF EIN128.GIF

"Einstein la joie de l a pensée" Françoise BALIBAR -ED.GALLIMARD

EINS100.GIF Erreur! Signet non défini. EINS116.GIF Erreur! Signet non défini. Erreur! Signet non défini. EINS99.GIF

----------------------------------

"Marie Curie une femme admirable" Françoise Giroud - Editions Fayard (1991)

Marie Curie comprend que les radioéléments concerne la production d'énergie pour le futur: CUR134.GIF

-------------------------

 

"Les cristaux, fenêtre sur l'invisible" Alain Penicaud Ed Ellipses 1999

Röntgen ; découverte des rayons X : 242-56.GIF 242-58.GIF

-------------------------

 

Revue "La recherche" septembre 2004 Article sur la decoherence quantique

LARECH30.GIF LARECH32.GIF LARECH34.GIF LARECH36.GIF

-------------------------------

REVUE "Historia" décembre 2004

Denis PAPIN PAP36.GIF PAP37.GIF PAP38.GIF

----------------------------------

Extrait de :Revue "sciences et vie" N°993 JUIN 2000

Max Planck PLAN144.GIF PLAN146.GIF PLAN148.GIF PLAN150.GIF

--------------------------------------

Les émissions FABULEUSES sur le paranormal de France INTER

Casar interdit d'antenne mais pour faire des emissions "fabuleuses" destinées a ridiculiser les dossiers du paranormal France inter fait très fort :PatriceBON.mp2 Ladrat8.mp2


Microscope précédent : http://perso.wanadoo.fr/casar/M133.htm suivant : http://perso.wanadoo.fr/casar/M135.htm

Accueil : http://perso.wanadoo.fr/casar