ACCUEIL CASAR.htm


Lettre CASAR 17

 

Argenton sur Creuse le 29 octobre 09
Monsieur Etienne Klein,
J'ai écouté France Culture ce matin a 4 heures juste au moment où vous vous exprimiez sur la nature du temps. Je dors assez mal depuis que j'ai la vague certitude que jamais de mon vivant je ne recevrai le moindre remerciement de personne pour le travail de recherche fondamentale (empirique) que je mène avec acharnement depuis 20 ans. Je suis un vieux loup solitaire que tout le monde prend pour un cinglé autant ma famille que mes amis que les rares scientifiques physiciens ( spécialises en mécanique quantiques) que j'ai vainement tenté d'interpeller. je suis tellement convaincu qu'aucune reconnaissance ne me sera apportée avant ma disparition que j'ai pris mes dispositions vis a vis de l'académie des sciences en y laissant pour mémoire un pli cacheté dans lequel j'ai pris la liberté de scotcher sur mon courrier de trois pages une puce MMD de plusieurs gigas contenant l'ensemble de mes recherches.
Ce matin en vous écoutant j'ai compris que mes travaux pouvaient être en complémentarité parfaite avec ce que vous dites au sujet du temps . Mes recherches apportent la preuve de l'existence de phénomènes extrêmement rares de deoherence macroscopique ( ou desuperposition macroscopique ?) .Ceci est dans le droit fil de ce que vous dites en ce qui concernent la réversibilité .

J'ai en ma possession les travaux d'un mathématicien Philippe VIOLA qui pourraient concerner mes recherches (je n'en suis pas certain) mais ils mériteraient d'être évalués car il a de bonnes connaissances en ce qui concerne la réversibilité, son livre "Para c'est du normal" (édité a compte d'auteur en 2004) est resté magistralement ignoré des sphères officielles sera exhumé des limbes pour être réhabilité dans quelques décennies à l'instar de l'ouvrage de Raymond RUYER La conscience et le corps -Presses Universitaires de France, 1936 réhabilité 40 ans Plus tard par Fabrice Colonna , auteur de "Ruyer" Les Belles Lettres, en 2007. )

Pour ce qui concerne mes enquêtes rassurez vous, j'ai du concret a proposer .La preuve scientifique de la décohérence ou désuperposition macroscopique d'objets comme des pièces de monnaie serait à la portée d'un laboratoire de mécaniques des solides sur la base des éléments concrets en ma possession. Un laboratoire universitaire a déjà effectué une analyse déterminante mais il n'ayant pas été averti qu'il s'agissait de decoherence macroscopique il n'a pas su intercepter les résultats.
A 5 heures j'ai podcasté votre émission et j'ai pris le temps de la retranscrire ( texte ) pour mieux en saisir le sens exact et la relation étroite de vos propos vis a vis de mes recherches. J'ai caressé l'espoir que par votre intermédiaire je pourrais peut être de mon vivant avoir la satisfaction de voir mes idées prendre corps progressivement dans les sphères officielles. J'ai 69 ans, je n'ai aucun diplôme et je n'ai qu'une passion chevillée au corps : la recherche scientifique .Je suis en bonne forme physique, (je fais pas mal de sport) et si dieu le veux une dizaine d'années de lucidité devant moi .
Je reste a votre entière disposition
Cordialement
Francis GATTI

 

 


Documentation

émission disponible dans l'espace privé de CASAR sous ce titre :

LES NOUVEAUX CHEMINS DE LA CONNAISSA 3.mp3

 

"les nouveaux chemins de la connaissance" du 26 octobre 09
TRANSCRITION de l'émission
 

"Le facteur temps ne sonne jamais deux fois" Etienne KLEIN

Notre façon de dire le temps détermine notre façon de le penser si nous le disons mal nous risquons de le penser mal le temps passe mais il ne change pas en passant notre façon de dire le temps.
Pour les Physiciens le temps est quelque chose d'homogène c'est a dire que tous les instants du temps ont le même statut vis a vis des lois physiques.
Il faut procéder a un nettoyage de la situation verbale. Qu'est ce qu'on appelle le temps; en quoi est-ce qu'on le distingue du devenir , du changement, de la vitesse de l'accélération, de la simultanéité, de la succession, c'est un mot qui est soumis a une polysémie fulgurante et il faut faire le ménage. C'est le premier piège. Le deuxième Piège c'est plutôt un piège pour les scientifiques ce serait L'idée que le temps c'est le paramètre T qu'on t trouve dans les équations
Le fait d'avoir mathématisé le temps, implicitement résout toutes les questions que nous pouvons nous poser a son propos. Cette représentation porte en elle même des tas de questions qu'elle amplifie ou accentue a propos de L'origine du temps, de son moteur et puis il y a un troisième piège pour les philosophes sans douter .On pourrait croire que la question du temps a été résolue par de grands penseurs comme KANT,HEIDEGER, HUSERL ou d'autres alors que la physique a produit des résultats expérimentaux ou théoriques qui sont de grande portée qui ne résolvent pas en eux même la question du temps mais viennent éclairer les questions philosophiques.
La découverte la plus importante de la physique c'est d'avoir distingué le temps du changement.
Dans notre façon de parler du temps, nous l'identifions (par erreur) a ce qui se passe dans le temps au changements liés aux phénomènes physiques , au devenir , a l'irréversibilité des phénomènes etc..
0r , en physique on distingue bien le cours du temps , la causalité et la flèche du temps qui sont trois choses complètement différentes. cette clarification est utile a tout le monde y compris aux philosophes.
Pour la physique il y a le cours du temps qui est irréversible ; il est soumis au phénomène de causalité et qu'en même temps les voyages dans le temps sont impossibles. Dans ce cours du temps qui est irréversible, il y a des phénomènes dont certains sont réversibles et d'autre qui ne le sont pas.
Ceux qui sont irréversibles sont soumis a la flèche du temps qui n'est pas une propriété du temps mais une propriété qu'ont ou n'ont pas le s phénomènes physiques.
Pour la physique la flèche du temps est un problème parce que ses équations les plus fondamentales ne décrivent que des phénomènes réversibles qui peuvent conduire un système physique a retrouver dans le futur une état qu'il a déjà connu dans le passé .
Ces évolutions réversibles que prévoit la physique nous ne les constatons pas autour de nous.
Nous sommes entourés de phénomènes irréversibles; d'où la question qui a été posée et constamment reposée: est-ce que la physique est dans l'erreur parcequ'elle ne rend pas compte de l'irréversibilité que nous constatons autour de nous parce que ces équations l'annulent ? ou bien est-ce que l'irréversibilité que nous constatons est une propriété émergente de phénomènes qui ne contiennent pas de flèche du temps?

Les travaux actuels semblent accréditer l'idée que L'espace temps serait une entité primitive faisant partie d'un infra monde dans lequel y n'y aurait pas d'espace et de temps mais constituée d'événements causalement reliés.

Sans qu'on puisse parler dans ce monde d'un espace et d'un temps. Si ces travaux aboutissaient ce serait une révolution scientifique mais aussi une révolution philosophique.

C'est a dire qu'au lieu de considérer que le temps est soumis au principe de causalité il deviendrait l'émergence ou la manifestation du principe de causalité qui serait plus fondamental que le temps.

Au lieu de considérer que L'espace temps est primitif , il serait secondaire et au lieu de considérer que la causalité s'applique au temps, elle deviendrait la racine du temps. La physique est devenue puissante parcequ'elle a limité ses ambitions ; plutôt que de se poser la question relatives a L'essence des choses, elle s'intéresse à leur mode de représentation.