Retour accueil CASAR.htm


En forme de droit de réponse

à l'article de la nouvelle république du centre-ouest le 26 juin 08

http://casar.eklablog.com/deux-articles-infamants-la-nouvelle-republique-et-berry-centre-france-a113265834


Un dossier brûlant OVNIs et MEDIAS


François LEGER et Philippe ROCH auteurs de l'article ne sont pas à blâmer car la rédaction d'un article sur les OVNIs est un exercice périlleux c'est pourquoi je me dois d'apporter quelques précisions afin que les lecteurs de la Nouvelle République puissent se faire a mon sujet une idée plus complète et moins ambiguë sur la pertinence des recherches hors normes (borderline) de CASAR et ne restent pas sur leur faim. En rouge intercalé dans le texte de la NR mes commentaires permettront je l'espère aux lecteurs de la presse quotidienne régionale de mettre les choses plus au clair dans leur esprit étant donné que 20 années de recherches assidues ne peuvent pas se résumer en quelques lignes .

Un cas d'OVNI bien documenté observé à FRESSELINE en mars 1990 manquait au dossier voir détail ici en fin de page ici M184.htm


Sommaire

- Au sujet du fond de l'article trois points posent problème

Ces vingt dernières années, je me suis planté dans tout ce que j'ai entrepris planté

L'engin vient accidentellement lorsqu'un cerveau a foutu le bordel cerveau

Étrange, non ? En tout cas, ça n'engage que lui engage_que_lui

- Au sujet de la forme journalistique employée FORME

- OVNIs et MEDIAS n'ont jamais fait bon ménage

- Complément avec le cas OVNI de Fresselines bien documenté : COMPLEMENT_NR.htm 


Le texte de la NR est en italique et mes réponses sont intercalées dans le texte

Rencontre du troisième type avec Francis Gatti

Depuis plus de vingt ans, Francis Gatti, le président argentonnais du Centre associatif synthèse application et réalisation (Casar) enquête sur le dossier Ovni. Au 16, rue Basse, à Argenton-sur-Creuse, la porte est grande ouverte. Francis Gatti nous attend tranquillement derrière son bureau qui résonne au son de la musique expérimentale. Cet autodidacte est véritablement féru d'ovnis et plus largement de paranormal. C'est en 1984 qu'il a créé son association et, depuis, il collecte, enregistre et étudie tout ce qui a trait, de près ou de loin, à ces mystérieux phénomènes. A 67 ans, il prépare déjà son héritage .

GATTI: Ayant entre autres une expérimentation de physique concrète à proposer au CNS ou au CNRS ( MESSAGESQ.htm ) ; celle-ci concerne la mise en évidence d'une hypothétique réaction gravitationnelle au niveau du sol. Les théoriciens ont encore du pain sur la planche car la relativité générale semble pouvoir être encore perfectionnée . Cette expérience concerne un nouveau principe de propulsion qui remplacerait avantageusement le moteur fusée pour la mise en orbite ( en douceur) de lourdes charges ainsi que les transports aériens (pour de très gros tonnages) . Il serait ridicule et égoïste de ma part au crépuscule de ma vie que je ne laisse pas des idées aussi prometteuses formulées aussi clairement dans mon héritage .

" Je m'intéresse seulement aux gens qui ont vu un objet manufacturé, pas de simples lumières, explique-t-il. Ce qui revient souvent c'est la présence d'un rotor de 10 à 30 mètres de diamètre tournant à une vitesse folle. " Il fait notamment référence à l'affaire Villa Boas où un paysan brésilien aura été mystérieusement kidnappé avant d'être contraint de copuler avec une extraterrestre. A son retour, le captif aurait livré une définition très précise de la soucoupe et notamment de son rotor. Ce qui est de la prime importance pour Francis Gatti." Le niveau de connaissance d'une civilisation se jauge à sa capacité de maintenir un rotor en accélération constante. Sur terre, on reste très limité car nous n'avons pas su résoudre le problème d'énergie ; contrairement aux engins extraterrestres qui semblent pouvoir se passer de génératrice. "Dans les années 1990, Francis Gatti a même construit un prototype de 3 mètres de diamètre.

 

Ce n'était pas un prototype mais une maquette d'explication pour les visiteurs du musée du futur

ROTOR.JPG

 

Mais, il regrette toujours que son courrier au ministère de la Recherche se soit avéré vain. Aujourd'hui, il ne demande pas mieux que de se voir prêter un complexe par la commune afin de pousser plus loin ses expérimentations en compagnie de scientifiques.

En effet, le président du Casar souhaite effectuer la jonction entre physique et parapsychologie.

" Ce que je dis aura à l'avenir plus d'importance que la découverte du radium par Marie Curie. Ces vingt dernières années, je me suis planté dans tout ce que j'ai entrepris mais, j'en ai toujours ressorti quelque chose d'utile. Je ne démordrai pas de mes idées tant que l'on ne

GATTI: Je voulais dire en réalité que pendant vingt ans je me suis planté dans ma manière de vouloir convaincre les pouvoirs publics .Je reconnais une certaine maladresse de ma part dans la manière de m'exprimer mais ce n'est pas une raison pour détourner le sens de mes propos qui dans ce cas laissent entendre clairement que je serais vraiment un incapable .

Etant donné la nature du sujet traité ; ce ne sont pas les illuminés qui manquent et ma réputation au niveau local s'en trouve très affectée c'est pourquoi je remercie la Nouvelle République d'avoir mis les projecteurs sur L'association CASAR .

Voici a titre de comparaison avec mon discours qui se veut heuristique deux exemples d'illuminés du paranormal avec lesquels vous n'avez aucune raison de m'assimiler :

Claude LADRAT http://membres.lycos.fr/TCIarchives/Ladrat8.mp2

Patrice BON http://membres.lycos.fr/TCIarchives/PatriceBON.mp2

Il vous suffira d'avoir de faibles notions de culture générale en physique pour comprendre.

Et comment explique-t-il la présence d'ovnis dans le ciel ? " L'engin vient accidentellement lorsqu'un cerveau a foutu le bordel. L'émotivité de la personne joue un rôle capital. Ce peut être un phénomène de groupe quand les cerveaux travaillent ensemble à leur insu. Alors, des fois c'est un vrai, mais des fois seulement, c'est un faux. Le temps ne s'écoule plus de la même façon, c'est lié à la gravitation. "

GATTI: Je comprends tout a fait le trouble des néophytes en matière de paranormal qui lisent des propos faisant une relation entre cerveau et OVNIs qui peuvent sembler complètement idiots c'est pourquoi afin d'éviter tout amalgame avec les discours incohérents de Patrice Bon et Claude Ladrat je demande aux intellectuels compétents de prendre connaissance des pages de documentation d'Arthur KOESTLER ci-dessous. Apres seulement vous pourrez décréter si mon discours est incohérent ou pas.

"Les racines du hasard" Arthur KOESTLER (ed. Calmann-Levy)

http://pagesperso-orange.fr/casar/101-88.GIF

http://pagesperso-orange.fr/casar/101-90.GIF

http://pagesperso-orange.fr/casar/101-92.GIF

http://pagesperso-orange.fr/casar/101-94.GIF

 

Étrange, non ? En tout cas, ça n'engage que lui

GATTI: Quoi de plus étonnant que l'étrange soit étrange? mes propos n'engage pas que moi mais toute la communauté scientifique qui est intéressée par la recherche fondamentale. Pour vous convaincre, je vous conseille de lire attentivement les propos de Rupert Sheldrake proposés ici: http://pagesperso-orange.fr/casar/M183.htm

 

En ce qui concerne la forme journalistique employée on voudrait me faire passer pour un arriéré mental qu'on ne s'y prendrait pas autrement

   

Et comment explique-t-il la présence d'ovnis dans le ciel ?

 " L'engin vient accidentellement lorsqu'un cerveau a foutu le bordel. L'émotivité de la personne joue un rôle capital. Ce peut être un phénomène de groupe quand les cerveaux travaillent ensemble à leur insu. Alors, des fois c'est un vrai, mais des fois seulement, c'est un faux. Le temps ne s'écoule plus de la même façon, c'est lié à la gravitation. "

 

GATTI: Rapporter mes propos en accolant des bribes de phrases prises au hasard dans une discussion a bâton rompu est proprement scandaleux et largement diffamatoire. Surtout lorsque le dossier traité se rapporte aux OVNIs qui prêtent le flanc a toutes les dérives psychologiques concernant des individus n'ayant pas toutes leurs facultés mentales. Exemple ce genre de discours http://membres.lycos.fr/TCIarchives/Ladrat8.mp2 http://membres.lycos.fr/TCIarchives/PatriceBON.mp2 où le caractère décousu en forme de charabia incompressible fait jouir le journaliste qui en redemande en excitant l'imaginaire du pauvre témoin.

La méthode journalistique employée ici par les représentants de la "Nouvelle République " est a la portée de tous les débutant ; il vous suffira d'utiliser un magnétophone défectueux qui n'enregistre aléatoirement que des bribes et de recopier bêtement sans explication les morceau de phrases ainsi obtenues.

 

Étrange, non ? En tout cas, ça n'engage que lui

GATTI: cette remarque est intéressante elle montre surtout que le but de l'article était de rendre compte de manière aussi désinvolte qu'irresponsable sans vous douter que vous pouviez nuire gravement a ma réputation. Messieurs LEGER et ROCH ne s'étant pas du tout engagés puisqu'ils n'ont émis aucun avis.

Dans un même ordre d'idée pour départager les hurluberlus de mon espèce des gens sérieux dans un dossier tout aussi sensible que l'ufologie TREVORJackson.htm ; le dossier de l'énergie * . Je convie Messieurs les journalistes de la NR a une discussion très enrichissante pour les lecteurs de la NR .

* CASAR a démystifié par le passé des charlatans prétendant avoir inventé le mouvement perpétuel

 

DOSSIER: TREVORJackson.htm

A une époque où les emplois ne courent pas les rues, Trevor Jackson, d'origine anglaise mais domicilié à Argenton, a décidé de créer son entreprise. Cette dernière a pour finalité de fabriquer des piles à combustible qui pourraient, à moyen terme, permettre aux véhicules (voitures et autres) de ne plus utiliser l'essence. La batterie se décharge à l'usage alors que cette nouvelle pile produira en permanence l'électricité nécessaire pour faire fonctionner le véhicule.

Résultats très discutables après deux ans de recherches: TREVOR.doc

 

 


SUITE ici : COMPLEMENT_NR.htm 


 

 

Article papier NRRU.JPG


OVNIs et Médias

Cette extrait du site http://www.lesmondesparalleles.com/index.php?page=intelligent pour mettre en exergue l'incroyable complexité du dossier OVNI. L'auteur de cet article a voulu garder l'anonymat et nous le comprenons bien. Toute la question tourne autour de la petite phrase citée ici ASSOCIATIONufo

 

:" Et là, en fonction du sérieux de l'association, je vous laisse imaginer les dégâts... "

Il existe tout une marge d'appréciations subjectives du journaliste qui a le choix entre le sourire moqueur sourire moqueur SOURIREmoqueur

et la quête d'informations au GEIPAN.

En ce qui concerne CASAR le problème se complique sérieusement puisque les informations délivrées par le GEIPAN ne sont que la partie visible de l'iceberg car la partie immergée de celui-ci intéresse surtout la recherche scientifique reconnaît volontiers que notre physique est incomplète . C'est a ce niveau pointu que se situent les recherches CASAR et c'est bien là que le bat blesse ; quel poids scientifique pourraient avoir des amateurs autodidactes (sans diplômes) dans le bourbier inextricable qu'est le dossier OVNI.

Le rapport COMETA que nous avons a juste titre sévèrement critiqué au moment de sa sortie en publiant en 1999 le contre rapport COMETA (visible ici : contreRapportCOMETA.htm) pourrait servir de référence aux journalistes pour évaluer le niveau de sérieux de l'association CASAR étant donné qu'avec le recul les erreurs d'appréciation des généraux et autres intellectuels auteurs du rapport cometa sont évidentes.

La lettre au président Sarkosy par le groupement des repas ufologiques LETTREpresident.htm est un modèle du genre de ce qu'il faut éviter de faire pour ne pas ridiculiser le dossier vis a vis de la recherche officielle. Proposer une expérimentation prometteuse au CNES permettant une avancée sur la connaissance en matière de gravitation MESSAGESQ.htm serait plus judicieux et donnerait du crédit aux témoignages dont une faible proportion seulement mérite une étude approfondie afin de faire progresser nos connaissances.

 

----------------------------------------------

EXTRAIT DU SITE

http://www.lesmondesparalleles.com/index.php?page=intelligent

Nous sommes tous d'accord pour dire que la couverture médiatique du phénomène Ovni est encore très mauvaise en France aujourd'hui...

Comme certains le savent, le sujet me tient tout particulièrement à cœur. Je suis moi-même journaliste d'investigation depuis une dizaine d'années et un grand passionné d'ufologie.

C'est donc à ce titre que je me permets de vous soumettre cet article sur les " Ovnis et les Médias ". Il a pour but de vous expliquer ce qu'il se passe exactement au sein des rédactions lorsqu'on parle d'Ovnis. Même si cela commence doucement à changer...

Première chose importante : Il n'y a pas de complot pour cacher la Vérité au sein de la presse française ! Que ce soit très clair ! Mais alors pourquoi le traitement du phénomène Ovni est si mauvais, me demanderont certains ? Vous allez voir...

Je vais commencer par vous décrire brièvement une rédaction de presse écrite, pour que tout le monde comprenne bien comment ça se passe... Tout en haut, dans son gros fauteuil, il y a le PDG. Ce n'est pas vraiment lui qui dirige, contrairement à ce que l'on pourrait penser. Encore moins les actionnaires qui ne sont que des financiers... (Et tous ne sont pas issu de l'industrie de l'armement alors n'y voyez pas non plus de conspiration ici). Souvent, le PDG est aussi le directeur de la publication. C'est donc lui qui est juridiquement responsable des propos tenus dans son titre...

Puis, il y a un rédacteur en chef. Le vrai patron, c'est lui ! Bien sûr, il fait tout pour coller à la ligne éditoriale dictée par le PDG, mais c'est en réalité lui qui mouille la chemise... Et pour finir, tout en bas de l'échelle, après une cascade de chefs de services souvent inutiles, on trouve les gens de terrain : Grands reporters, journalistes rédacteurs, photographes, pigistes, correspondants... Ceux qui vont chercher l'info et qui la traitent !

Une information peut provenir de n'importe où dans cette hiérarchie. Un rédacteur en chef peut proposer un sujet tout comme un journaliste ou même une simple secrétaire... Bien évidement, c'est le rédacteur en chef qui prend la décision finale de la publication ou non...

Et c'est toujours un journaliste qui enquête sur le sujet choisi. C'est aussi lui qui rédige l'article...

Ovni : Le parcours du combattant...

Venons en au fait qui nous intéresse. Imaginons qu'un témoin d'une apparition d'Ovnis frappe à la porte d'un grand quotidien pour raconter ce qu'il a vu. Que se passe-t-il ? Déjà, il a affaire au personnel de l'accueil... Premier barrage !

Parfois, les standardistes renvoient tout bonnement les témoins en les prenant pour des dingues...

Ça arrive vraiment, croyez moi...

En revanche, si ces gens font bien leur travail, ils dirigent le témoin vers un des journalistes de la rédaction.

Généralement, ce sont les Reporters en charge des Faits-divers qui s'y collent. Il faut savoir que les Ovnis sont sous la responsabilité de cette rubrique dans quasiment tous les journaux...

Là, s'engage alors une discussion entre le journaliste et le témoin... Encore une fois, si le fait-diversier a un avis bien réducteur sur la question, il écoutera le témoin en cachant un sourire moqueur.

Puis, il le remerciera d'être passé tout en lui affirmant solennellement qu'il " étudiera ce phénomène d'une rare importance avec la plus grande attention "...

Une fois le témoin dehors, les notes prises durant l'entretien passent directement à la corbeille...

J'ai vu ça plusieurs fois... En revanche, si le journaliste pense qu'il est de son devoir de faire un papier sur ce que le témoin affirme avoir vu, il va être obligé d'en référer à sa hiérarchie... C'est là que les problèmes commencent vraiment...

Le journaliste monte alors à l'étage et frappe à la porte de son rédacteur en chef pour l'informer du témoignage.

Première réaction : " le témoin, il picole ? "...

C'est la crédibilité du témoin qui est mise en cause en premier, quand ce n'est pas carrément celle du journaliste lui-même, en raison de son intérêt pour la chose... Bref...

Il y a aussi le classique : " Pour les gens, les Ovnis, c'est du bidon ! Donc il est hors de question de publier ça. Si on publie, on décrédibilise le reste de nos infos ! "

En poussant un peu, le rédacteur en chef acceptera peut-être de publier quelques lignes... Mais tout juste...

Heureusement, certains responsables de journaux ont un peu plus de cran que d'autres... Ceux-là diront : " Banco ! Mais, il faut enquêter... Appelle l'aérodrome du coin, les services météo, la base militaire, les RG, les gendarmes, etc. " Tout ça, bien évidement, c'est uniquement pour se couvrir...

Pour faire croire qu'une enquête sérieuse a été menée par la rédaction... En fait, ce dont tous les dirigeants de journaux ont peur, c'est de perdre en crédibilité...

Donc il faut brasser un peu d'air auprès des autorités officielles afin de s'acheter une conscience...

Là, seulement après s'être épuisé à cavaler pour des conneries, on peut publier...

Je vous rappelle aussi que dans un quotidien, vous n'avez pas quinze jours pour traiter ce sujet. Et oui, " il y a des choses plus importantes "... C'est comme ça !

Si vous avez un feu de paille dans un champ, un accident de la route ou un meurtre sur les bras au même moment, au revoir les petits Ovnis...

Mais un Ovni, c'est quoi exactement ?

Voici le point le plus important à mes yeux. C'est ici que tout se joue ! Et c'est là que vous, lecteurs d'Ufofu, êtes les plus concernés... Je m'explique...

Si le journaliste n'a jamais eu affaire au phénomène, ce qui est quasiment le cas à chaque fois, il va immédiatement faire des recherches sur... Internet ! Yep ! La première chose qu'il va donc entreprendre, c'est de taper les quatre lettres magiques sur Google : " OVNI "...

Heureusement, aujourd'hui, le premier site à s'afficher est Wikipédia... Ce n'était pas le cas à mon époque. Je ne vous raconte pas le bordel... Bref... Le journaliste va donc voir de quoi il en retourne exactement. Là, il va découvrir que les gens s'intéressant aux Ovnis se font appeler des Ufologues... Pour nous, ça parait évident, mais tout le monde ne le sait pas... Même dans la presse...

Ensuite, notre journaliste va découvrir une chose stupéfiante. Il existe un service officiel qui s'occupe de ça ! Le Geipan ! Et en plus, ça dépend du Cnes, l'agence spatiale française... Formidable !

Eux, ils n'appellent pas ça des Ovnis mais des Pan... Ça à l'air sérieux, il faut les contacter... Tout heureux, le journaliste se sent enfin sauvé ! Il téléphone donc ce providentiel Geipan... Mais là, frustration : " Veuillez envoyer un fax ou un mail à la direction du Cnes pour toute demande officielle d'interview, nous vous répondrons dans les plus bref délais "... Putain !!! Le papier est pour demain ! Au mieux, après demain...

Le Geipan étant une administration comme les autres, le journaliste comprend qu'il faut se tourner vers les Ufologues. Mais lequel contacter ? Et là, pour trouver quelqu'un digne de ce nom, il faut se perdre dans les méandres du web.

Pas le temps de mettre le nez dans les bouquins pour savoir qui est crédible ou non... Du coup, en sillonnant la toile, le journaliste est inondé d'informations en tout genre, plus exotiques les unes que les autres... (Je ne vous dresse pas la liste...) Le journaliste commence donc à prendre très peur, et à juste titre...

Puis, l'inévitable arrive... Il tombe sur l'affaire Roswell. Toutes ses alarmes se mettent au rouge... Roswell ! Autopsie ! Pradel ! Canular ! Carrière brisée ! Help !!! Dans quoi je suis en train de mettre les pieds ???

Dans la tête de tout le monde, donc aussi des journalistes, Roswell n'est pas simplement l'histoire controversée d'un crash au Nouveau Mexique mais c'est surtout l'autopsie d'un mannequin qui a coûté des carrières... Roswell est certainement l'affaire qui a fait le plus de mal à l'ufologie... Tout le monde la connaît sans savoir de quoi il s'agit... Mais revenons à nos moutons...

Admettons que notre journaliste arrive à passer tous ces pièges pour tomber sur un ufologue qui semble sérieux ou un scientifique sympa qui veuille bien lui expliquer ce qu'est l'étude des Pan sans trop se lâcher dans les théories fumeuses.

Ça arrive quand même, heureusement... Là, le journaliste parvient enfin à se faire une idée approximative de la chose... Il y a même de forte chance qu'on lui parle du rapport Cometa qui apporte une certaine crédibilité...

Pour le journaliste, le doute commence à se lever. Apparemment, oui, les Ovnis, ça existe bel et bien ! Il s'agit de choses étranges dans le ciel, souvent des lumières, que personne n'arrive à expliquer...

Il y a même plusieurs types d'Ovnis... Différentes formes, différentes couleurs, ils vont à des vitesses qu'aucun avion ne peut atteindre, effectuent des manœuvres impossibles, etc.

Apparemment, la thèse extra-terrestres est la plus soutenue, même par les gens du Geipan, officieusement... Ah bon ? Intéressant tout ça... Même un peu flippant... Imaginez un journaliste bien catho face à tout ça...

Intrigué, un bon journaliste cherchera forcément à pousser un peu le sujet. Une question s'impose alors très vite. Depuis quand sait-on tout ça ? Et là, boom, 1947, Roswell revient sur le tapis à un moment ou à un autre...

Mais là, s'il n'est pas trop con, le fait-diversier dépasse le canular et comprend que c'est plus compliqué que ça.

Mais de toute façon, il n'a pas le temps de passer sa vie là dessus et il est hors de question pour lui de parler de Roswell dans ses colonnes... Trop dangereux.

Puis, l'ufologue lui explique qu'il a existé plusieurs programmes secrets qui ont permis l'étude des Ovnis. " Blue book ", " Sign ", " Grudge " et j'en passe...

Là, inévitablement, le journaliste est à nouveau complètement perdu. Il vient pour savoir ce que son témoin a vu dans le ciel depuis son jardin et on lui sort des dossiers gouvernementaux top secret...

C'est simple : soit le journaliste se dit que ce ne sont que des conneries, soit il ne comprend pas pourquoi personne n'en a jamais vraiment parlé avant.

Une sorte de vrai faux scoop ! Et en général, le journaliste a plutôt tendance à se dire que toutes ces choses ne sont que des foutaises d'ados attardés... Les autres, comme moi, sont ferré pour la vie...

N'empêche que le problème n'est toujours pas réglé pour notre journaliste... Qu'écrire dans ses pages ? Pas question de parler de Roswell, ni des " Blue book " et compagnie... Le journaliste fait alors d'autres recherches... En poussant, il s'y perd encore plus... On lui parle d'abductions, de contactés, d'implants... Pire, il tombe sur les MIB !!! C'est quoi ça ? Ce n'est pas un film avec Will Smith ? Putain, ils craquent totalement ces ufologues !!! Oui, oui... C'est ça que beaucoup de confrères se disent... Mais croyez moi, quand un Reporter arrive jusque là, c'est qu'il est déjà lui même convaincu de l'existence du phénomène Ovni. Sinon, il lâche l'affaire bien avant...

Pas si simple l'ufologie, finalement...

Au final, le journaliste comprend très vite que le sujet Ovni ne peut pas se traiter en deux jours.

Donc, il balance juste quelques lignes dans son canard sur ce que lui a dit son témoin de base...

Il site aussi quelques phrases de l'ufologue qu'il a eu au téléphone et fait dix lignes sur le rapport Cometa afin d'expliquer que des hauts fonctionnaires ont alerté Chirac et Jospin du danger potentiel des Ovnis qui traversent notre espace aérien régulièrement...

Au mieux, si tout va bien, le journaliste obtient enfin l'autorisation d'interroger le directeur du Geipan par téléphone et se fend d'un encadré sur le cas de Trans-en-Provence ou du vol AF 3532 Nice-Londres...

Super ! Quel scoop ! Il peut aussi recenser les cas d'apparitions dans sa région en consultant le site du Geipan... Ça, c'est le côté un peu sympa pour le public local !

Mais admettons que le journaliste veuille faire un vrai dossier, bien chiadé, avec de vraies infos... Inévitablement, à un moment ou à un autre, il va tomber sur les associations ufologiques locales... Et là, en fonction du sérieux de l'association, je vous laisse imaginer les dégâts...

Personnellement, des membres d'une association (j'ai hélas oublié leurs noms) ont voulu m'emmener dans le Jura pour me montrer une base ET.

Ils connaissaient toutes les races, savaient qui étaient les gentils, les méchants, de quelles planètes ils venaient, quel était leur but, etc. Ils communiquaient même avec eux... Oui, oui... J'aurais pu publier le guide du routard intergalactique !

Pour nous, passionnés d'Ovnis, il est facile de se faire une idée globale de l'ufologie, de trier ce qui est bon ou mauvais...

Mais imaginez quelqu'un qui est parachuté dedans sans y être préparé et qui doit informer le public rapidement... Ça explique beaucoup de chose quand au fameux " manque de sérieux " des journalistes par rapport au dossier Ovni... Vous ne trouvez pas ?

Les photos... Vraies, pas vraies ?

Il y a aussi le problème des illustrations que j'aimerais aborder en vitesse. Tout article de presse un peu conséquent doit être illustré. C'est la règle... Et le reproche souvent fait aux journalistes est de mal choisir ces images. Hélas, une belle photo d'Ovnis, c'est rare. Et encore, faut il pouvoir l'identifier... Alors, si le journaliste est vraiment peu scrupuleux, il va utiliser des images de films tel que ID4, ET, Rencontre du troisième type, etc. Pire encore, il utilise de bons gros fakes bien connus de tous en ufologie !!! Le problème, c'est que si il se renseigne un peu pour avoir de " l'authentique ", il va avoir des images souvent de mauvaise qualité... Et en presse, il faut des photos qui claquent !!!

Heureusement, il y a la vague belge que moi, en tout cas, je considère comme authentique... Mais là, le journaliste va se dire qu'il publie peut-être les photos d'un F117 et qu'il va passer pour un con. Et franchement, un F117, le journaliste ne sait pas à quoi ça ressemble en vrai... Que faire ?

Et la carrière dans tout ça...

Le risque de briser sa carrière est sans doute le frein le plus important pour les journalistes. Personnellement, c'est ce qui m'obsède le plus... C'est d'ailleurs pour cela que j'utilise toujours un pseudo... Sorry...

Dans une rédaction, un journaliste qui décide de consacrer un réel dossier aux Ovnis dans son journal va très vite être considéré par ses collègues comme légèrement dérangé, naïf ou même carrément stupide. On va dire de lui que ça ne va pas dans sa vie, qu'il tombe dans l'irrationnel, pire, qu'il est en lien avec une secte... Ça aussi, c'est un point qu'il ne faut pas négliger... C'est pourquoi beaucoup de journalistes se contentent uniquement de publier un bref témoignage au lieu d'y consacrer un dossier. Une carrière, ça compte ! Tout bousiller pour les petits gris, non !

Concernant les sectes, j'ai une anecdote. Peu de gens peuvent se douter de ça sans l'avoir vécu... Ça m'est arrivé ! Après avoir publié mon tout premier papier sur le phénomène Ovni, mes amis des RG m'ont téléphoné pour me dire : " dis donc, mec ! T'es au courant ? Y'a des Raëliens partout dans les rues de la ville qui distribuent des photocopies de ton article aux gens en disant : regardez, c'est vrai, les extra-terrestres sont là, le journal en parle !!! ". Ça aussi, ça vous calme avant de sortir un second article dans vos colonnes...

PQR, Presse Nationale, télé : même combat !

Si je vous parle principalement de Presse Quotidienne Régionale, c'est parce que je considère que c'est la base de la presse française. Tout part de là... De plus, j'y ai travaillé durant plus de 5 ans... J'ai aussi travaillé autant de temps en presse nationale, comme Grand Reporter. A quelques différences près, ça se passe de la même façon partout. Sauf qu'en presse nationale, on est encore plus réticent à parler du sujet car on touche un public plus large. J'ai tenté le coup quelques fois mais je n'ai jamais été suivi... J'ai donc laissé tomber... Sauf au Parisien, une fois, une petite brève... Et encore, ils ont changé le titre pour tourner les témoignages en dérision...

Si la presse rigole toujours du sujet Ovni, c'est juste pour se protéger... Pour dire aux gens : " regardez, on en rigole parce qu'on ne peut pas prendre ça au sérieux. On est intelligent nous... "... Ce n'est pas pour autant que certains journalistes ne sont pas convaincus de l'existence du phénomène. Mais en rire est le meilleur moyen de faire comprendre qu'on n'adhère pas à ça, sans avoir à rentrer dans des débats qui pourraient laisser penser le contraire...

Aujourd'hui, seuls les journaux qui ont déjà bien perdu en crédibilité peuvent s'attaquer sérieusement au sujet : Vsd pour n'en citer qu'un... Alors imaginez la télé...

Bien qu'en télé, le problème est un peu différent...

Il s'agit juste de gros abrutis qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez... Un nez toujours coulant de la cocaïne de la veille, soit dit en passant... Je suis un peu méchant mais c'est vrai... La télé est remplie de gens suffisants et mégalo qui se pensent meilleurs que tout le monde...

Pour eux, les Ovnis, c'est très loin... C'est juste un truc " populo " pour amuser la galerie. La télé est bourrée de c..... idiots, c'est un truc incroyable... Croyez moi, je travaille encore avec eux... Il y a bien évidement des exceptions, mais elles sont rares...

Clarifier et " réglementer " l'ufologie, voilà le secret !

Ce petit article, nullement scientifique comme vous avez pu le constater, a simplement pour but d'illustrer le fonctionnement des médias classiques face au phénomène Ovni. On reproche souvent à la presse de ne pas faire son travail correctement à ce sujet. C'est à mon avis un tord... Je ne prêche pas pour ma paroisse... J'ai moi-même beaucoup de choses à reprocher à la presse... Mais ce n'est pas si simple, pour un média, d'aborder l'ufologie...

Les Ovnis, en France, c'est encore un Tabou ! Et comme tous tabous, c'est très difficile à briser... Et un journal, c'est avant tout des hommes et des femmes. Des êtres humains quoi ! Et oui, snif... C'est émouvant, non ?

Au lieu de tirer à boulet rouge sur les journaux, je pense que l'ufologie doit avant tout se remettre en question.

Ou tout du moins trouver un moyen de communiquer correctement, de simplifier l'accès à l'information pour le grand public... De " s'officialiser " en quelque sorte... Sinon, nous aurons toujours les mêmes témoignages récurrents, sortis de tiroirs poussiéreux...

Heureusement, certaines choses commencent à changer. D'ailleurs, le Geipan a beaucoup aidé à ce changement en ouvrant ses archives. Mais si ils l'ont fait, à mon avis, c'est grâce à la pression de la communauté de passionnés qui grandi de jour en jour sur Internet... Nous sommes un lobby naissant qui ne demande qu'à pousser et à se structurer correctement...

Je voudrais encore reconnaître une qualité au Geipan. En ce moment, il me semble qu'ils font un véritable effort de communication. Dans quel but ? Je n'en sais rien... Et ce n'est pas le débat...

En tout cas, l'ouverture du Geipan aux associations ufologiques sérieuses me semble être une bonne chose...

Grâce à ça, nous allons peut être assister à de plus en plus de reportage télé comme celui du 2 juin à 13 heures sur TF1.

Les associations ufologiques associées officiellement au Geipan vont tout faire pour communiquer sur leurs travaux.

Et comme elles dépendent à présent du Geipan, elles seront bien plus écoutées...

Les médias de masse sont très attachés aux communications des services d'état officiels. Dès qu'un fax tombe dans une rédaction, c'est automatiquement repris.

Le Cnes est un organisme officiel, crédible aux yeux des médias, le Geipan l'est donc aussi... Ainsi, si ils communiquent, les médias suivront... L'assainissement de l'ufologie passera peut être par le Geipan... Bien évidement, il faut aussi s'en méfier... Ça reste l'état...

Pour ma part, je pense qu'il est impossible de changer la machine médiatique de l'intérieur à courte échelle. C'est donc à nous, passionnés d'ufologie, de faire pression sur (et avec) le Geipan... Réfléchissons, parlons, échangeons, créons du Buzz...

Forçons les médias à réagir à notre agitation grandissante...

Et puis, finalement, tout est question de personnes et de rencontres. Si vous croisez un journaliste ou un patron de presse pas trop fermé, n'hésitez pas à lui parler de tout ça. On sait jamais, sur un malentendu, on peu toujours décrocher une médiatisation...

J'invite donc tout le monde à réfléchir aux moyens de faire tout ça le plus intelligemment possible... L'accès au phénomène Ovni, pour le grand public, passera par là. C'est mon opinion... Merci de m'avoir lu jusqu'au bout...

A vos plumes les amis...

ENVOYEZ VOS REACTIONS A CET ARTICLE a CASAR : francisgatti@orange.fr


Retour accueil CASAR.htm